Archives par mot-clé : poisson

Parution d’un article dans la revue Norois : lA restauration de la continuité écologique des cours d’eau et la pêche de loisir : héritages, changements et enjeux

La revue Norois publie un article d’Olivier THOMAS et de Marie-Anne GERMAINE dans son dernier numéro (249). Cet article est intitulé « La restauration de la continuité écologique des cours d’eau et la pêche de loisir : héritages, changements et enjeux« . Vous trouverez ci-dessous son résumé.

Dès l’émergence des premières sociétés de pêche à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les pêcheurs à la ligne ont développé une sensibilité à l’égard de l’eau et de la faune piscicole. D’abord mobilisés pour le repeuplement piscicole et la surveillance des cours d’eau, puis pleinement engagés dans la gestion des milieux halieutiques d’eau douce, les pêcheurs vont voir leur rôle évoluer à partir de la Loi-Pêche de 1984. Participant à la protection du patrimoine piscicole et des milieux aquatiques, ils deviennent des acteurs incontournables de la mise en œuvre des nouveaux principes de gestion écologique des cours d’eau, en particulier la restauration de la continuité écologique visant à rétablir la libre circulation des poissons migrateurs. À partir de l’exemple des cours d’eau du Nord-Ouest de la France, et d’un focus sur le cas du démantèlement des barrages de la Sélune, cet article propose de mettre en tension le poids des héritages (pratiques de repeuplement) et les dynamiques de changements (restauration des milieux) qui animent le monde de la pêche de loisir à travers une analyse rétrospective du positionnement des pêcheurs. Il s’agit ainsi d’analyser le rôle ambivalent des acteurs de la pêche, à la fois partenaire et opposant, dans la mise en œuvre de la restauration des cours d’eau. Si les fédérations de pêche prônent le passage vers une gestion patrimoniale, cette posture vient parfois bousculer les habitudes des pêcheurs et plus largement leurs représentations de la nature.

Impact d’un barrage sur l’étagement des zones piscicoles

De l’enjeu de conservation au projet de territoire : Le saumon atlantique au coeur des débats : parution d’un article dans la revue Vertigo

Olivier THOMAS et Marie-Anne GERMAINE ont publié un article intitulé « De l’enjeu de conservation au projet de territoire : Le saumon atlantique au cœur des débats » dans la revue Vertigo.

Résumé : La mise en œuvre d’actions en faveur de la préservation ou de la restauration de la biodiversité s’appuie souvent sur la mise en lumière d’espèces emblématiques attachées à un biotope régulièrement présenté comme un patrimoine. Concernant les milieux aquatiques, et tout particulièrement en ce qui concerne l’affirmation des principes de gestion écologique mobilisant la restauration de la continuité écologique des cours d’eau, le saumon atlantique est l’un des principaux poissons migrateurs amphihalins utilisés pour sensibiliser les décideurs, les financeurs et le grand public. Dans cet article, l’objectif est de s’interroger sur la place de cet acteur non humain dans la construction de programmes à visée écologique telle que l’effacement d’ouvrages transversaux. L’analyse s’inscrit à deux échelles : celle des stratégies nationales et européennes destinées à restaurer les stocks de saumons, et celle d’un projet local de démantèlement d’ouvrages dans la vallée de la Sélune (Manche). En procédant ainsi, l’objectif est de mettre en miroir l’enjeu écologique de conservation de l’espèce avec la réalité locale d’un projet de dés-aménagement d’un cours d’eau dans un territoire. In fine, cet article démontre que l’instrumentalisation du saumon peut s’avérer contre-productive pour l’espèce, mais aussi pour le déploiement des politiques environnementales liées à l’eau.

Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

Les pratiques de repeuplement piscicole des cours d’eau ne débutent véritablement en France que dans la seconde moitié du XIXème siècle, après la redécouverte[1] de la fécondation artificielle de la truite en 1849 et la création de la pisciculture d’Huningue dans le Haut-Rhin en 1852 (Thibault, 1983)[2]. A cette époque, et bien que les historiens peinent à en trouver la preuve (Malange, 2011)[3], l’idée du « dépeuplement » des eaux marines et des eaux douces est profondément ancrée dans les discours des membres des sociétés savantes. Les naturalistes du XIXème siècle vont alors s’attacher à identifier les causes de la diminution des populations piscicoles en France. A l’exception du braconnage et de la présence d’animaux jugés nuisibles à cette époque comme les loutres, ce sont essentiellement les « externalités négatives » du progrès industriel qui sont pointées du doigt (Barthélémy, 2013)[4]. On recense ainsi de façon récurrente dans les écrits des sociétés savantes[5] et des scientifiques : la multiplication des seuils, écluses et barrages, les pollutions liées à l’industrie et à l’urbanisation (égouts), la destruction des habitats par dragage, curage et canalisation des rivières, et la surpêche (le développement des transports augmentant la demande en poissons). Continuer la lecture de Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune