Parution d’un article dans la revue “Projets de paysage” : Entre désir de nature et peur de l’abandon : quelles attentes paysagères après l’arasement des barrages hydroélectriques de la Sélune ?

La revue Projets de paysage a publié un numéro spécial (n°20) intitulé “Paysages de l’eau“. Coordonné par Sylvie Servain, Nathalie Carcaud et Sabine Bouché-Pillon, celui-ci rassemble plusieurs contributions dont un article écrit par Marie-Anne Germaine, Ludovic Drapier, Laurent Lespez, Marie-Jo Menozzi et Olivier Thomas portant sur la vallée de la Sélune. Celui-ci s’intitule : “Entre désir de nature et peur de l’abandon : quelles attentes paysagères après l’arasement des barrages hydroélectriques de la Sélune ?

Vous pouvez accéder à l’article ici.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de cet article :

À travers l’exemple d’un projet de suppression de deux barrages hydroélectriques (16 et 36 m de haut), cet article propose d’examiner la place du paysage dans la construction d’un tel projet et dans le débat qui accompagne sa mise en œuvre. La suppression d’obstacles en travers aboutit de fait à une reconfiguration importante des milieux et des paysages de la rivière. Impliquant la définition de nouveaux paysages, la mise en œuvre de la restauration de la continuité écologique des cours d’eau se heurte sur le terrain à la multiplicité des représentations de la rivière et, plus largement, de la nature des différentes parties prenantes. Il s’agit de voir en quoi la pluralité des regards portés sur le paysage peut constituer un élément crucial pour appréhender les résistances vis-à-vis de la restauration écologique des cours d’eau. Cet article s’appuie sur la confrontation des représentations paysagères des riverains et usagers enquêtés via des entretiens qualitatifs, des propositions implicites des promoteurs de l’arasement et des propositions paysagères concrètes émises par les bureaux d’études, appréhendées dans le cadre d’une démarche d’observation participante. La mise en regard des projets de paysage formulés par les experts et des attentes exprimées par les habitants amène à réfléchir aux moyens de mieux prendre en compte la dimension paysagère. Alors que l’ensemble des projets d’effacement d’ouvrages conduit à créer de nouveaux paysages et pose la question des choix pour aménager l’espace dénoyé après abaissement ou disparition du plan d’eau, il semble nécessaire de prendre en considération les attentes des populations locales.

Parution d’un article dans la revue Norois : lA restauration de la continuité écologique des cours d’eau et la pêche de loisir : héritages, changements et enjeux

La revue Norois publie un article d’Olivier THOMAS et de Marie-Anne GERMAINE dans son dernier numéro (249). Cet article est intitulé “La restauration de la continuité écologique des cours d’eau et la pêche de loisir : héritages, changements et enjeux“. Vous trouverez ci-dessous son résumé.

Dès l’émergence des premières sociétés de pêche à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les pêcheurs à la ligne ont développé une sensibilité à l’égard de l’eau et de la faune piscicole. D’abord mobilisés pour le repeuplement piscicole et la surveillance des cours d’eau, puis pleinement engagés dans la gestion des milieux halieutiques d’eau douce, les pêcheurs vont voir leur rôle évoluer à partir de la Loi-Pêche de 1984. Participant à la protection du patrimoine piscicole et des milieux aquatiques, ils deviennent des acteurs incontournables de la mise en œuvre des nouveaux principes de gestion écologique des cours d’eau, en particulier la restauration de la continuité écologique visant à rétablir la libre circulation des poissons migrateurs. À partir de l’exemple des cours d’eau du Nord-Ouest de la France, et d’un focus sur le cas du démantèlement des barrages de la Sélune, cet article propose de mettre en tension le poids des héritages (pratiques de repeuplement) et les dynamiques de changements (restauration des milieux) qui animent le monde de la pêche de loisir à travers une analyse rétrospective du positionnement des pêcheurs. Il s’agit ainsi d’analyser le rôle ambivalent des acteurs de la pêche, à la fois partenaire et opposant, dans la mise en œuvre de la restauration des cours d’eau. Si les fédérations de pêche prônent le passage vers une gestion patrimoniale, cette posture vient parfois bousculer les habitudes des pêcheurs et plus largement leurs représentations de la nature.

Impact d’un barrage sur l’étagement des zones piscicoles

De l’enjeu de conservation au projet de territoire : Le saumon atlantique au coeur des débats : parution d’un article dans la revue Vertigo

Olivier THOMAS et Marie-Anne GERMAINE ont publié un article intitulé “De l’enjeu de conservation au projet de territoire : Le saumon atlantique au cœur des débats” dans la revue Vertigo.

Résumé : La mise en œuvre d’actions en faveur de la préservation ou de la restauration de la biodiversité s’appuie souvent sur la mise en lumière d’espèces emblématiques attachées à un biotope régulièrement présenté comme un patrimoine. Concernant les milieux aquatiques, et tout particulièrement en ce qui concerne l’affirmation des principes de gestion écologique mobilisant la restauration de la continuité écologique des cours d’eau, le saumon atlantique est l’un des principaux poissons migrateurs amphihalins utilisés pour sensibiliser les décideurs, les financeurs et le grand public. Dans cet article, l’objectif est de s’interroger sur la place de cet acteur non humain dans la construction de programmes à visée écologique telle que l’effacement d’ouvrages transversaux. L’analyse s’inscrit à deux échelles : celle des stratégies nationales et européennes destinées à restaurer les stocks de saumons, et celle d’un projet local de démantèlement d’ouvrages dans la vallée de la Sélune (Manche). En procédant ainsi, l’objectif est de mettre en miroir l’enjeu écologique de conservation de l’espèce avec la réalité locale d’un projet de dés-aménagement d’un cours d’eau dans un territoire. In fine, cet article démontre que l’instrumentalisation du saumon peut s’avérer contre-productive pour l’espèce, mais aussi pour le déploiement des politiques environnementales liées à l’eau.

La pêche du saumon d’hier à aujourd’hui : une lecture socio-historique des enjeux de gestion

Olivier THOMAS a présenté une partie de ses travaux menés sur la pêche dans la vallée de la Sélune à l’occasion du forum international SAMARCH (Salmonid Management round the channel / Gestion des salmonidés dans la mer de la Manche) organisé du 16 au 18 Mai 2018 au Mont-Saint-Michel par l’association Normandie Grands Migrateurs (NGM), en collaboration avec Bretagne Grands Migrateurs (BGM).

Cet événement s’est déroulé dans le cadre du programme de recherche franco-britannique SAMARCH (financement INTERREG de l’Union Européenne) dont le but est d’étudier les populations de saumons et de truites de mer, en particulier dans les zones côtières et estuariennes, en France et en Grande-Bretagne.

Ces journées avaient pour objectifs de faire un état des lieux des connaissances acquises sur les salmonidés migrateurs (saumons et truites de mer) et de discuter collectivement des enjeux de gestion. Elles ont rassemblé des scientifiques, des gestionnaires, des représentants de la pêche de loisir et des membres d’associations environnementales.

Olivier THOMAS a montré que les enjeux de gestion du saumon dans le massif armoricain n’ont pas toujours été les mêmes au cours de l’histoire, ce qui témoigne d’une évolution du regard que nous portons sur ce poisson migrateur (envisagé comme une « ressource » hier et comme un « patrimoine » aujourd’hui) et plus largement sur les fleuves et les cours d’eau.

Au terme de cette présentation, Olivier THOMAS a expliqué au cours des échanges que l’enjeu actuel de conservation des populations de saumon atlantique devait nécessairement devenir un projet collectif attaché aux fleuves et aux territoires encore fréquentés par ce grand migrateur.

Vous pourrez visionner ci-dessous sa présentation intitulée “La pêche du saumon d’hier à aujourd’hui : une lecture socio-historique des enjeux de gestion“.

Continuer la lecture de La pêche du saumon d’hier à aujourd’hui : une lecture socio-historique des enjeux de gestion

Découvrir les loisirs dans la vallée de la Sélune

Après la diffusion en juillet 2018 d’une première carte présentant l’histoire de plusieurs lieux de la vallée de la Sélune, nous vous présentons une nouvelle carte. Celle-ci propose un aperçu des loisirs pratiqués dans la vallée :

  • la pêche de la truite
  • la pêche à la carpe
  • la randonnée (à vélo ou à pied)
  • les chantiers de nettoyage / balisage des sentiers
  • la pêche des poissons blancs
  • la pêche des carnassiers
  • la pêche du saumon
  • le canoe-kayak
  • la pêche à pied et la pêche dans la baie

Continuer la lecture de Découvrir les loisirs dans la vallée de la Sélune

Les panneaux de l’exposition – La vallée de la Sélune racontée par ses habitants

Vous retrouverez ici les panneaux exposés en plein-air au Petit Bois de Vezins et auprès du château de Montgomery à Ducey depuis août 2018. Encore visibles sur place pendant plusieurs semaines, ces panneaux visent à partager avec les habitants et visiteurs de la vallée une partie des résultats des travaux que nous avons mené sur la vallée de la Sélune dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « Paysages, usages et représentations de la vallée de la Sélune » Continuer la lecture de Les panneaux de l’exposition – La vallée de la Sélune racontée par ses habitants

Ce site présente les résultats des recherches menées par une équipe de géographes et sociologues travaillant sur la vallée de la Sélune dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la rivière. Ce travail propose un état des lieux, un historique et un suivi des paysages et des usages de la vallée de la Sélune.