Les inondations dans la vallée de la Sélune : quelle histoire depuis le début du 19ème siècle ?

De février à juillet 2015, l’équipe a accueilli Ronan Leclair, étudiant en Master 1 de Géographie, qui a effectué un stage sur les inondations dans la vallée de la Sélune encadré par Marie-Anne Germaine et Laurent Lespez. L’objectif était de faire l’inventaire les inondations passées grâce à divers documents d’archives (articles de presse, cartes et plans anciens, cartes postales et photographies,…). Ce travail a permis d’identifier les principales inondations intervenues depuis le 19ème siècle (Fig. 1).

1
Figure 1 : Chronologie des inondations dans la vallée de la Sélune de 1820 à aujourd’hui (à partir des articles de presse et documents d’archives)

Deux secteurs de la vallée sont particulièrement vulnérables (Figure 2) :

– le premier se situe en amont des actuels barrages : il s’agit de la partie ouest de Saint-Hilaire-du-Harcouët au niveau de la confluence Airon-Sélune.

– le second se situe en aval des actuels barrages : c’est la partie sud de Ducey ainsi que tout l’est de Poilley.

2
Figure 2 : Partie aval du bassin versant de la Sélune vulnérable aux inondations

1. Les inondations de la Sélune à travers la presse

La consultation des Archives départementales de la Manche a conduit à collecter plus de 60 articles de presse traitant des inondations. Le tableau ci-dessous présente les titres mobilisés dans le cadre de ce travail.

3
Figure 3 : Titres et dates des journaux mobilisés

L’ensemble des informations collectées a été rassemblé dans la frise ci-dessous. Pour y accéder, suivez le mode d’emploi ci-dessous.

 

Cliquer ici si la frise n’apparait pas.

[Mode d’emploi de la frise et de la carte sur l’histoire de la Sélune  – Vous pouvez lancer la lecture de l’histoire de la Sélune directement en cliquant sur la flèche verte « lecture » ou Vous pouvez accéder aux principaux événements de crue par ordre chronologique depuis les drapeaux listés sur la frise (bandeau en haut) ou en cliquant sur les pictogrammes sur la carte (située en dessous). Dans les deux cas, une fenêtre apparaît donnant des informations et illustrations sur l’événement. Il est également possible de faire défiler l’histoire de la Sélune en cliquant à chaque fois sur la flèche bleue « next » située à droite des fenêtres.]

2. Que nous apprend l’histoire des paysages sur les inondations de la Sélune ?

En parallèle, une cartographie historique de l’occupation du sol a été dressée afin de suivre les transformations des paysages dans la vallée. Pour cela, des plans anciens datés des 18ème et 19ème siècles collectés aux archives départementales et nationales, ainsi que des photographies aériennes plus récentes (20ème siècle) ont été utilisés. Une base de données intégrée dans un Système d’Information Géographique (SIG) a été constituée.

L’ensemble du bassin versant n’a pas pu être renseigné du fait de sa grande superficie. Des zones ont donc été privilégiées. Il s’agit des zones de fond de vallée définies comme sensibles aux inondations (autour de Ducey et de Saint-Hilaire-du-Harcouët) et des zones d’interfluves (plateaux) dans lesquelles s’organisent les écoulements élémentaires (ruissèlement, ruisseaux) qui alimentent la rivière (Figure 4).

4
Figure 4 : Localisation des zones étudiées et données mobilisées

2.1 Des constructions en zone inondable qui renforcent la vulnérabilité des communes

Le risque d’inondation ne provient pas seulement de la dynamique des écoulements et du fleuve mais aussi de l’exposition humaine (vulnérabilité) à l’inondation dans le lit majeur de la rivière (aléa). Or, les constructions dans les zones inondables augmentent significativement à partir de la seconde moitié du 20ème siècle dans la partie ouest de Saint-Hilaire-du-Harcouët et dans les bas-quartiers de Ducey et Poilley (Figures 5 et 6). Sur les cartes suivantes, l’emprise faible et homogène du bâti aux 18ème et 19ème siècles contraste avec la forte concentration de bâti à partir du 20ème siècle jusqu’à nos jours à proximité des zones inondables qui est à l’origine de la multiplication des enjeux et de l’augmentation de la vulnérabilité des sociétés. À Pontaubault en revanche l’extension de la ville ne s’est pas faite en zone inondable, certes plus réduite (Figure 7).

5
Figure 5 : Évolution de l’occupation du sol à Saint-Hilaire-du-Harcouët de 1831 à 2002
6
Figure 6 : Évolution de l’occupation du sol à Ducey et Poilley de 1831 à 2002
7
Figure 7 : Évolution de l’occupation du sol à Pontaubault de 1831 à 2002

2.2 Des modifications du paysage dans le bassin versant qui favorisent les processus de ruissellement

Trois grandes phases paysagères se distinguent à travers le temps :

  • du 18ème au début du 19ème siècle : dominance des labours dans le paysage agricole (Figure 8)
  • de 1850 à 1950 : mise en prairies des terres avec l’essor de l’élevage
  • de 1950 à nos jours : retour des terres labourables (fourrages), simplification du réseau bocager et extension du bâti
8
Figure 8 : L’occupation du fond de vallée au début du 19ème siècle

Les zones d’interfluves conditionnent les ruissellements transversaux, notamment à travers le type et le sens de culture des parcelles. La présence importante du maïs ainsi que des cultures pratiquées dans le sens des pentes et l’arrachage des haies qui favorisent l’interruption des écoulements et l’infiltration, sont des facteurs aggravants du risque d’inondation : l’eau ruisselle et alimente plus rapidement les rivières. À cela s’ajoute la gestion des barrages qui peut poser problème.

9
Figure 9 : Les trois phases paysagères

3. Le rôle des barrages dans les inondations

3.1 / Évolution du rapport aux inondations à travers le temps

L’étude de la presse a permis d’identifier six phases distinctes qui mettent en avant le rôle différent des barrages vis-à-vis des inondations depuis leur construction.

10
Figure 10 : Évolution du rapport entre barrages et inondations à partir de l’analyse de la presse locale
  • L’importance des moulins à eau (Phase 1809 – 1915): Avant l’implantation des barrages, ce sont les moulins à eau qui jouent un rôle dans l’écoulement des eaux. En 1882, par exemple, une plainte est déposée par des propriétaires fonciers de Saint-Hilaire-du-Harcouët à l’encontre du meunier pour mauvaise gestion du vannage du Moulin de Virey en période de crue. Le risque d’inondation est alors un frein important aux demandes de construction ou de modification des seuils de moulins. Par ailleurs, les inondations nuisent à la production d’électricité : ainsi, les dégâts survenus au Moulin de la Roche à Ducey font l’objet de descriptions dans la presse.
  • Les barrages mis à l’épreuve : vont-ils résister aux inondations ? (Phase 1916 – 1939): Après leur construction, les barrages sont mentionnés dans la presse avec l’inquiétude de savoir s’ils sont bien résistants aux crues. Il n’est pas encore question de leur impact sur les inondations même si certains doutes sont relevés : les inondations causent des dégâts mineurs sur les barrages et des rumeurs se répandent dans la population.
  • Absence d’inondations relayées dans la presse (Phase 1940 – 1965): La presse ne mentionne pas d’inondations majeures durant cette période marquée par la Seconde Guerre Mondiale puis la reconstruction. De faibles crues ont pourtant eu lieu en 1945 et 1959 mais la presse ne les mentionne que très peu. Les barrages et les lacs deviennent caractéristiques du paysage de la vallée.
  • Les barrages régulateurs des crues (Phase 1966 – 1992) : Durant cette période, la solution contre la succession d’inondations en amont des barrages (Saint-Hilaire-du-Harcouët) semble être de turbiner le plus possible afin d’évacuer l’eau vers l’aval tout en tenant compte des dégâts potentiels vers Ducey et Poilley. Les barrages sont au cœur de la gestion des inondations sans considérations des facteurs liés aux pratiques agricoles pourtant en pleine transformation. Les barrages acquièrent une nouvelle fonction au-delà de la production d’hydroélectricité : la régulation des crues.
  • Prise de conscience d’une mauvaise gestion des barrages (Phase 1993 – 2000) : La vidange catastrophique de 1993 provoque une série de remises en cause qui aboutira à la création d’une instance de gestion locale de l’eau à travers le SAGE – Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux – (aujourd’hui porté par le Syndicat Mixte du bassin versant de la Sélune). Les barrages commencent eux aussi à être pointés du doigt pour les problèmes écologiques qu’ils génèrent (cyanobactéries, continuité écologique, …) mais aussi pour leur rôle aggravant sur les inondations. Les sédiments accumulés dans les retenues (du fait de l’érosion des versants et des berges) provoquent des reflux en amont et sont donc responsables d’inondations à Saint-Hilaire-du-Harcouët. Apparaît alors la volonté de rendre les barrages « transparents » au budget hydrologique en période de crue.
  • La mise en place de la côte hivernale à Vezins (Phase 2001 – 2013): Suite à un important épisode de crue, un conflit survient entre EDF et les communes sinistrées par l’inondation de 2000. Les habitants concernés créent le Comité de Défense des Riverains de l’Airon et de la Sélune. Une décision préfectorale est prise afin d’abaisser la côte hivernale de la retenue de Vezins de façon à éviter les inondations dans la partie amont de la retenue (Saint-Hilaire-du-Harcouët) tout en maintenant la production d’énergie. Le niveau du lac est donc maintenu plus bas durant l’hiver et remonté pour la période estivale afin d’assurer le maintien des activités récréatives et un paysage de plan d’eau. Du point de vue des inondations, l’absence de fortes crues depuis 2000 n’a pas permis de mettre réellement à l’épreuve cette modalité de gestion.

3.2 / Les inondations dans le débat sur l’arasement des barrages

L’analyse des avis émis lors de l’enquête publique concernant le démantèlement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit achevée à l’automne 2014 montre que plus de la moitié des avis défavorables au projet (52%) mentionne la crainte d’une aggravation des inondations en cas d’arasement des barrages. L’argument est surtout évoqué localement puisque 78% des avis défavorables exprimés dans les registres locaux sont en lien avec la crainte d’inondations. Ces avis émanent surtout de personnes habitant à l’aval des barrages (Poilley, Ducey) tandis qu’à l’inverse les habitants de Saint-Hilaire-du-Harcouët voient dans la suppression des barrages une solution au risque d’inondation.

11
Figure 11 : Place occupée par les inondations dans les résultats de l’enquête publique

Depuis l’annonce d’arasement des barrages du Sud Manche fin 2009, l’association des Amis du Barrage centralise l’opposition de la population au projet. L’aggravation des inondations figure clairement parmi leurs arguments comme en témoignent notamment les affiches installées dans la vallée (Figure 12) ainsi que les prises de paroles dans les réunions publiques.

Figure 12 : Exemple de banderole installée par l’association des Amis du Barrage (Mai 2014, MAG©)

Extrait vidéo de la réunion publique du 14 Février 2012 organisée par l’association des Amis du Barrage à Isigny-le-Buat : interventions de Michel Gérard (maire de Poilley) et d’Henri-Jacques Dewitte (maire et conseiller général du canton de Ducey)

Les études commandées par la DDTM de la Manche sur les inondations en 2012 (résumé dans le bulletin « la Sélune au long cours) concluent à un effet nul ou négligeable des barrages sur l’écrêtement des crues dans 60% des cas et à un écrêtement compris en 5 et 10% dans 40% des cas. L’expertise souligne que les barrages retardent l’arrivée de la crue à Ducey : 2 à 6 heures de retard sur le pic de crue dans 50% des cas (2 à 4 heures dans 25% des cas, aucun effet dans 25% des cas). C’est pourquoi une des propositions est de mettre en place un système d’alerte des crues afin que les communes de Ducey et Poilley puissent être averties : sans barrage la propagation de la crue de Saint-Hilaire-du-Harcouët à Ducey est estimée à une durée de 7 à 8 heures durant laquelle l’État s’est engagé à prévenir les habitants.

Conclusion

Le risque d’inondation est indissociable de trois facteurs : l’évolution des enjeux humains (plus de constructions en zones inondables = hausse des enjeux exposés = hausse de la vulnérabilité), les mutations agricoles et paysagères (artificialisation des sols, suppression du maillage bocager, … = accélération des processus de ruissellement) et enfin la gestion des barrages. Les inondations font donc partie de la vie de la Sélune et des habitants depuis toujours. Les dégâts causés par le débordement de la rivière évolue au fil du temps du fait d’une part de l’augmentation des enjeux exposés (constructions) et/ou d’autre part de l’imperméabilisation des sols.

L’absence de Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI) et la présence des barrages rendent la situation complexe. En amont, la pression anthropique sur le lit majeur contraint le cours d’eau tandis que la présence du barrage de Vezins favorise les inondations par reflux. En aval, les barrages retardent les petites crues fréquentes mais sont sans effet sur les grandes crues. Si l’arasement des barrages doit se faire, il convient donc d’anticiper les inondations futures à travers la mise en place d’un PPRI mais aussi d’accepter le risque d’inondation mis en avant par cette étude historique.

Si vous avez des documents ou des souvenirs d’inondations que vous souhaitez partager avec nous, ou des réactions à ce billet, n’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de cette page ou à nous contacter : geo.selune@gmail.com


6 réflexions sur « Les inondations dans la vallée de la Sélune : quelle histoire depuis le début du 19ème siècle ? »

  1. Il suffit de reprendre le rapport PERRIN au paragraphe ci-après, pour comprendre une fois encore, que a été projeté avec mission d’aboutir tel qu’il avait été conçu. En conséquence il est établi qu’aucun mode de contestation ne peut le modifier encore moins l’annuler, dussent-ils être les plus sérieux (comme la crise du Corona Virus) et les plus légaux (comme l’enquête d’utilité publique).

    MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’ÉNERGIE
    MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DE L’INDUSTRIE, ET DU NUMÉRIQUE
    N° 008106-02 N° 2015/03/CGE/SG
    Expertise du projet d’effacement des ouvrages de Vezins et La Roche-qui-Boit sur la Sélune
    François CHOLLEY (CGEIET), Thérèse PERRIN (CGEDD, coordonnatrice) et Eric VINDIMIAN (CGEDD)
    Page 74
    7. Inondations
    La mission s’est intéressée au niveau de protection de fait assurée par les ouvrages contre les
    inondations, et aux modalités qui permettraient de le garantir en cas d’effacement.
    7.1. Analyse critique de la situation actuelle
    (…)
    Bien qu’il soit probable que l’effet des retenues telles que gérées actuellement soit très limité pour
    les crues décennales et centennales, l’étude produite apparaît peu convaincante. L’identification des
    zones de débordement selon différentes hypothèses n’a été réalisée que pour l’aléa centennal, et il
    n’est pas étonnant que la population et les élus attribuent aux barrages un rôle de protection sans
    doute excessif. Il est tout aussi plausible que les barrages puissent jouer un rôle positif pour les «
    petites crues », qui ne présentent pas d’enjeu fort en termes de sécurité, mais qui représentent un
    vécu plus immédiat. La question de savoir quelle est l’occupation des zones de débordement,
    habitations, voiries, terres agricoles, etc, est également importante. 14. La mission recommande aux
    autorités compétentes de préciser les points qui ont trait aux inondations quelle que soit la décision
    prise in fine concernant le démantèlement des ouvrages, et que les populations soient clairement
    informées.
    (…)
    7.4. Scénario 3 – Démantèlement des ouvrages pour une ouverture totale de la Sélune
    Ce scénario est le plus élaboré puisqu’il a fait l’objet d’études postérieures à la décision initiale
    d’effacement des barrages. La mission considère cependant que les études d’inondation auraient pu
    être plus complètes. Par exemple, les études de ligne d’eau qui ont été effectuées afin de comparer
    l’influence de divers scénarios d’extraction des sédiments du lit mineur auraient pu, sans effort
    supplémentaire démesuré, aboutir à une cartographie des zones inondables pour les temps de
    retour 2, 5 et 10 ans après effacement des barrages, seule la carte d’aléa centennal ayant été
    produite à ce jour. Le débat public sur la question des crues et de l’influence, protectrice ou non, des
    barrages n’aurait pu qu’y gagner, ne serait-ce qu’en sérénité. Même si elle considère comme
    probable le fait qu’il n’y aurait pas d’aggravation des conséquences d’inondations pour les crues
    rares, la mission regrette qu’il n’ait pas été procédé à une étude fine du risque d’inondation pour
    différents niveaux de crue de la Sélune après effacement. Le démantèlement des barrages a
    également pour conséquence l’arrêt de la vigilance actuelle de l’exploitant en matière de crues. De
    fait, même si cela n’est pas sa vocation, EDF jouait un rôle en matière d’alerte concernant les crues
    de la Sélune. Les experts de la mission ont été informés oralement que l’État, dans le cadre de
    l’extension de son réseau des cours d’eau surveillés, prendrait le relais et assurerait l’annonce des
    crues. Cette information aurait mérité de figurer sous une forme écrite, avec des précisions sur sa
    mise en oeuvre, dans le dossier mis à la disposition du public.

    1. Le « rapport Perrin » dit clairement que, sur le risque d’inondations, la supposée « absence de conséquences de la suppression de Vezins » ne concerne que les conséquences des crues centennales, pas celles des crues quinquennales… Le texte de M. Leclair écrit lui aussi clairement  » Si l’arasement des barrages doit se faire, il convient donc d’anticiper les inondations futures à travers la mise en place d’un PPRI mais aussi d’accepter le risque d’inondation mis en avant par cette étude historique. »
      Bien entendu, « accepter le risque d’inondation » tel q’il existait au XIXème siècle a plusieurs conséquences, dans une démarche « réduire et compenser »: modifier les habitations, réseaux, activités… de la basse vallée pour renforcer la résilience face aux inondations qui résulteraient des « petites crues », créer un système moderne de prévision des crues, utiliser le site de la Roche qui Boit comme « infrastructure de protection »,… Et il est important de faire tout cela sans tarder , sans attendre la prochaine crue biennale ou quinquennale!

  2. VEZINS LA ROCHE qui BOIT
    Scandale du siècle

    Comment ne pas être sidéré, dans ces conditions, utiliser l’argent des contribuables pour réaliser un projet très coûteux de suppression de barrage serait un détournement de fonds publics, encore plus incompréhensible dans la situation financière critique, pour ne pas dire désastreuse, qui est actuellement celle de la France.

    Est- il besoin de rappeler, qu’à cette décision scandaleuse s’ajoute la perte, d’une production électrique loin d’être négligeable, d’une retenue d’eau douce relativement importante face aux effets du dérèglement climatique et de la vie des hommes, mais aussi et surtout une part importante dans la sécurité des personnes et des biens en aval de l’ouvrage.

    Le barrage de la Roche qui boit est une œuvre modèle et novatrice de l’ingénieur Albert CAQUOT considéré, comme l’a rappelé en 1997 le président de la République comme l’un des plus grands ingénieurs du 20em siècle.

    SAVANT, soldat et bâtisseur, tel est le titre du livre de Jean KERISEL retraçant l’œuvre complète d’Albert CAQUOT.

    Le soldat constructeur aéronautique. Le 1er aout 1914 Albert Caquot est mobilisé comme capitaine commandant la 21eme compagnie d’aérostiers, ensuite, par décret fut nommé chef de bataillon Cette promotion est accompagnée du commentaire suivant : « Cette promotion est la récompense bien méritée des remarquables travaux de cet officier qui a fait faire depuis deux ans au matériel de ballons captifs les progrès les plus considérables qu’ils ait vus depuis sa création. »

    Quelques mois plus tard en pleine guerre CLEMENCEAU devenu depuis peu chef du Gouvernement nomma Albert CAQUOT comme directeur de la Section technique de l’aéronautique militaire, ce réserviste âgé de 36 ans.

    La Roche qui Boit œuvre d’Albert CAQUOT est le premier barrage de ce type en Europe est un patrimoine qui ne doit pas être détruit et qui devrait au contraire faire l’objet d’une protection au titre des monuments historiques.

    Pour l’histoire, il serait peut être temps que les décideurs prennent conscience de leurs actes et de leur valeur morale.

    JL V

    1. Bonjour,
      Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à ces travaux. Ce billet reprend l’ensemble du travail réalisé par Ronan Leclair dans le cadre de son stage. Il n’est pas possible de mettre en ligne l’intégralité de son travail mais le mémoire est consultable en bibliothèque à l’Université de Paris Diderot.
      Nous en profitons pour vous adresser le lien vers l’article complet paru dans la revue Développement Durable et Territoires en 2014 (https://developpementdurable.revues.org/10525) qui propose un compte-rendu plus complet des jeux d’acteurs à l’oeuvre autour du projet d’effacement des barrages de la Sélune que le billet que vous citez dans vos publications récentes sur le site Hydrauxois (http://www.hydrauxois.org/2016/04/vallee-de-la-selune-en-lutte-1-le-deni.html).
      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.