Le regard des habitants de la vallée (4) : Les attentes vis-à-vis de la future vallée après le démantèlement du barrage de Vezins

Ce billet est la seconde partie de la présentation des résultats issus des enquêtes réalisées au cours de l’année 2021. Pour rappel, il s’agissait d’un questionnaire ouvert à tous (453 participants) et d’un atelier collectif organisé avec des habitants et usagers (22 participants). Ce nouveau billet est dédié à la présentation des attentes des habitants et usagers vis-à-vis du futur de la vallée.

Une des questions clefs du questionnaire consistait à choisir et hiérarchiser cinq principaux critères de réussite pour la future vallée parmi une liste de propositions (figure 1). Les résultats témoignent de l’importance de la qualité du cadre de vie pour les participants : c’est d’abord l’ambiance de la vallée qu’ils souhaitent conserver, tandis que la qualité des paysages occupe la troisième position. La gestion du risque d’inondation apparaît comme le second critère de réussite. Les considérations écologiques apparaissent ensuite avec l’augmentation de la biodiversité (4ème critère), l’amélioration de la qualité de l’eau (6ème) et la recolonisation de la rivière par les saumons (7ème), témoignant de l’intérêt des participants pour l’atteinte des objectifs initiaux du programme, élargis à un environnement plus vaste. Le développement des activités de loisirs (5ème), des retombées économiques (8ème), de l’animation (9ème) et l’amélioration de l’accès à la vallée (11ème) apparaissent ensuite.

Ces résultats sont éclairés par les différentes thématiques abordées plus précisément dans le questionnaire et au cours de l’atelier.

Figure 1. Les critères de réussite pour la future vallée
Figure 1. Les critères de réussite pour la future vallée

 

1. La reconnaissance d’un potentiel et d’une opportunité unique pour la vallée

Presque tous les participants à l’atelier identifient un potentiel dans la nouvelle configuration de la vallée. Ils mettent en avant des paysages originaux, comparables à ceux des vallées de l’Orne (Suisse Normande) et de la Vire, susceptibles d’être le décor de diverses activités. Ce constat a motivé leur participation à l’atelier : ils souhaitent qu’un projet soit proposé pour mettre en valeur la vallée.

L’aménagement d’un cheminement continu au bord de la rivière, entre Saint-Hilaire-du-Harcouët et la Baie du Mont Saint-Michel, s’impose comme une opportunité à saisir.

Ce désir a également été observé dans le cadre du questionnaire. Les différentes sections proposées pour l’aménagement d’un chemin le long de la rivière ont remporté entre 265 et 311 voix (figue 2).

Figure 2. Les sections privilégiées en vue de l’aménagement d’un chemin le long de la Sélune

À l’aide d’un croquis, les répondants étaient invités à indiquer les zones où ils aimeraient se promener à l’avenir. La figure 3 montre que les habitants et les usagers sont nombreux à souhaiter se promener au plus proche de la rivière.

Figure 3. Les zones privilégiées pour se promener dans la vallée à l’avenir

Le souhait de pouvoir profiter d’un chemin le long de la rivière a toutefois soulevé la question du foncier et de la propriété des terrains libérés par la disparition du lac.2. Un équilibre à trouver entre valorisation et laisser-faire

Les participants à l’atelier montrent un intérêt partagé pour la diversité des paysages : ils souhaitent conserver une mosaïque paysagère variée.

Ils souhaitent maintenir des paysages ouverts, c’est-à-dire en prairie, afin que la vallée demeure accessible et vivante, tout en conservant des paysages boisés considérés comme « naturels ». Selon eux, la gestion des paysages doit coïncider avec les objectifs écologiques initiaux du projet : il ne s’agit donc pas d’aménager massivement la vallée, mais bien de développer des activités respectueuses de l’environnement. Pour eux, l’amélioration de l’environnement n’est pas restreinte au retour du saumon, mais reliée à des enjeux plus globaux, tels que l’amélioration de la biodiversité et de la qualité de l’eau ou encore la lutte contre le changement climatique. Ce choix n’est pas synonyme d’un retrait des humains, mais plutôt de la promotion de nouvelles activités tournées vers l’éducation à l’environnement, qui pourraient éventuellement être associées à la Mazure.

Les participants à l’atelier suggèrent quelques aménagements discrets pour faciliter le développement (modéré) des usages récréatifs. Les équipements demandés sont modestes : il s’agit de zones permettant de stationner, d’aires de pique-nique familiales, de zones d’embarquement pour le canoë-kayak et d’un cheminement au bord de l’eau.

Du point de vue de la protection de l’environnement, la figure 4 montre que 61 % des répondants (234 personnes) seraient satisfaits si la vallée de la Sélune était destinée à protéger une ou des espèces animales ou végétales. Seules 21 personnes (5 %) seraient contre ce type de mesure. Pour près d’un quart des répondants, les attentes en termes de protection de l’environnement sont plus nuancées : ils comprendraient mais cela les ennuierait (40 personnes) ou bien ils accepteraient parce qu’ils n’auraient pas le choix (50 personnes).

Figure 4. Les attentes en termes de protection de l’environnement

Pour résumer, les habitants et les usagers interrogés souhaitent le maintien de paysages diversifiés mêlant des paysages ouverts pour garantir des vues et des paysages plus « naturels », afin de préserver l’environnement et l’ambiance de la vallée[1]. Il s’agit donc de trouver un équilibre pour garder une vallée accessible sans pour autant être trop interventionniste.

3. Quels moyens pour prendre en charge l’entretien de la vallée ?

La nécessité de prendre en charge les paysages est motivée par le paysage transitoire lié aux travaux et au développement rapide de la végétation spontanée (figure 5). Ce paysage globalement non apprécié par les participants nourrit des inquiétudes et justifie des interventions pour éviter un boisement complet de la vallée.

Figure 5 – La progression de la végétation dans la vallée
Figure 5 – La progression de la végétation dans la vallée

3. 1 L’agriculture pour maintenir des herbages en fond de vallée : vers des prairies de fauche ?

L’élevage (pâturage, fauche) est identifié comme l’activité la plus à même d’entretenir le fond de vallée, même si plusieurs contraintes ou incertitudes sont pointées. Quelques participants à l’atelier questionnent en effet la portance des sols, qui sont constitués de sédiments asséchés, ainsi que l’intérêt des agriculteurs pour ces terres de petite taille, pentues et peu accessibles. Les agriculteurs présents se sont, eux, montrés favorables.

3.2 Une urgence à agir face à la végétation qui n’attend pas

La question du temps occupe une place importante dans les discussions (durée des travaux, impatience à voir émerger un projet). Le développement rapide de la végétation s’oppose à la lenteur de mise en œuvre des expérimentations d’ensemencement des zones planes du fond de vallée.Les participants soulignent la progression de la végétation en mentionnant la conquête des saules, des broussailles et des orties.

Cette fermeture des paysages favorise par ailleurs l’arrivée de nuisibles qu’il faut réguler.3.3 L’entretien de la rivière contre les inondations

Ces questions sont renforcées par des enjeux voisins : les inondations. Selon les participants, l’entretien de la rivière est primordial pour éviter les inondations.

4. Une cohabitation entre usagers à inventer

Les échanges ont fait émerger la nécessité de trouver des règles de cohabitation dans la vallée. Celles-ci sont motivées par la volonté de partager l’espace, d’éviter la privatisation de la vallée ou un accaparement par une catégorie d’usagers – comme cela a pu être le cas avec les pêcheurs des lacs –et de faire en sorte que les activités soient respectueuses de l’environnement.

4.1 Une cohabitation entre usagers dans le temps et dans l’espace

Le relief de la vallée est perçu comme un atout pour organiser plusieurs types de pratiques. Les pentes de la vallée permettent en effet d’envisager plusieurs niveaux de pratiques (randonnée, kayak, etc.) : sportives ou familiales.

La possibilité d’étendre les activités dans la vallée fait naître des échanges sur la cohabitation avec la chasse, qui apparaît plus complexe[2].

La question des engins motorisés (quads notamment) a fait l’objet de discussions. Certains sont pour les interdire, tandis que d’autres préfèreraient contenir l’activité en lui offrant des espaces spécifiques.

4.2 La cohabitation entre usages locaux et touristiques

Un des enjeux récurrents abordé pendant l’atelier est celui de la définition de la cible du projet : s’agit-il d’améliorer le cadre de vie des habitants ou bien d’attirer des visiteurs ? La mise en valeur pour des personnes extérieures est envisagée dans une logique de tourisme vert ou écotourisme.

Les deux publics renvoient à des besoins différents et donc à des stratégies d’aménagement distinctes. Sur le plan de la randonnée, les habitants privilégient des boucles courtes avec des connexions à l’existant (voie verte par exemple), tandis qu’un itinéraire continu jusqu’à la Baie ne serait pas emprunté régulièrement et dans son entièreté par ce public.

Les résultats du questionnaire montrent que les riverains des anciens lacs (A) et les autres participants (B, C et D) ont des priorités différentes pour le futur de la vallée (figure 6). Les locaux (A) sont majoritaires parmi les répondants ayant choisi l’agriculture, les loisirs et l’animation, l’accessibilité ou la qualité des paysages comme premier critère de réussite pour la future vallée. Ce sont des critères sensibles, qui relèvent de l’espace vécu. À l’inverse, les personnes extérieures à la zone des anciens lacs (B, C et D) privilégient l’économie, l’écologie et l’énergie, des critères plus froids et fonctionnels.

Figure 6. Le premier critère de réussite pour la future vallée
Figure 6. Le premier critère de réussite pour la future vallée selon la zone de résidence des répondants

4.3 La cohabitation avec les non-humains

La question du devenir des ouvrages hydrauliques – pêcheries et vestiges d’anciens moulins – a été soulevée par les participants. Ils sont identifiés comme un patrimoine à valoriser qui pourrait participer à la mise en tourisme de la vallée et à des activités autour de l’éducation à l’environnement. Ils contribuent également à l’intérêt du parcours pour les kayakistes. Mais les participants s’interrogent sur la possibilité de les conserver s’ils constituent des obstacles pour les poissons.

La cohabitation est aussi à penser avec le vivant. Les participants mettent en avant la régulation nécessaire des sangliers. Les chasseurs présents évoquent les sollicitations croissantes des agriculteurs face à la prolifération de cette espèce.

Pour certains participants, l’escalade est une activité qui pourrait se développer, tandis que d’autres soulignent ses effets négatifs sur la reproduction des oiseaux.

5. Comment accompagner le projet ?

L’atelier a été ponctué de discussions sur la difficulté à se projeter vers l’avenir. Il était souvent difficile pour les participants de respecter la consigne d’exprimer ce qu’ils souhaitaient voir dans le futur et non ce qui allait véritablement advenir selon eux.

L’attachement aux barrages est encore très présent, en particulier chez les personnes les plus proches géographiquement, pour qui il est difficile de dépasser cette phase d’opposition. À l’inverse, les participants moins attachés au barrage ont manifesté un véritable intérêt pour la vallée et une volonté de voir émerger un projet. Ces positions ambivalentes et l’influence du lieu de résidence – et donc de la relation entretenue avec la rivière – sur la capacité à se projeter dans une nouvelle vallée sans les lacs ont également été observées dans le cadre du questionnaire.

La nécessité de construire collectivement ce projet, ou a minima de tenir informés les habitants, est apparue comme un élément indispensable.

5.1 Une projection vers l’avenir difficile

Il faut insister sur le traumatisme toujours fort provoqué par la décision de suppression du barrage de Vezins chez certains participants : ils ont le sentiment de ne pas avoir été écoutés. Globalement, les participants à l’atelier sont toutefois désireux d’aller de l’avant. Ils considèrent important de faire entendre d’autres voix, afin de témoigner de l’intérêt et des attentes des habitants et usagers vis-à-vis de la vallée.

Malgré cet enthousiasme réel, des inquiétudes demeurent du fait des incertitudes qui pèsent sur la possibilité qu’un projet émerge.

5.2 Un contexte local qui ne favorise pas une appropriation

 Au-delà du contexte passé, plusieurs éléments jouent en défaveur d’une appropriation de la vallée. L’interdiction de circuler dans la vallée pour des raisons de sécurité depuis 2018 a instauré une véritable distance. Les habitants n’ont accès à celle-ci que via les ponts desquels ils voient un paysage en chantier. En revanche, certains usagers – les kayakistes du club d’Avranches, les organisateurs du trail de la vallée de la Sélune, les agriculteurs riverains – ont, eux, eu l’opportunité d’explorer d’autres secteurs de la vallée. Cette connaissance fine est remarquée et les autres participants sont curieux de découvrir à leur tour.

Le manque d’information sur le futur de la vallée est regretté tout au long de l’atelier et génère beaucoup de perplexité et d’inquiétude.

Les résultats du questionnaire témoignent eux aussi du déficit d’information autour des travaux de suppression et de la reconversion de la vallée (figure 7). Environ 220 répondants ont exprimé le souhait de recevoir plus d’informations sur les travaux de restauration écologique en cours dans la vallée, devant les autres sujets proposés.

Figure 7. La demande d’information

Le silence des élus pousse les participants à interroger l’existence d’un projet pour la reconversion de la vallée. Inquiets, ils se demandent si les collectivités préparent un projet et craignent que celui-ci n’émerge pas.

Certains participants rappellent que l’enjeu est aussi financier.

5.3 Des pistes pour accompagner la transition vers la nouvelle vallée 

Plusieurs pistes pourraient aider les habitants à s’engager dans une dynamique autour de la vallée. La première renvoie à la mémoire des barrages.

Au sein du questionnaire, certaines questions étaient spécifiquement dédiées à la matérialisation du barrage de Vezins. La figure 8 montre que près de trois quarts des répondants (145 personnes) souhaitent que le barrage de Vezins soit symbolisé. Les participants étaient invités à partager leurs idées quant à la façon de matérialiser le barrage (figure 9). L’installation de panneaux d’information sur l’histoire des barrages et le projet de restauration a fréquemment été évoquée, souvent en association avec des photographies. D’autres répondants privilégient des dispositifs technologiques (salle vidéo, image 3D, animation numérique interactive, réalité augmentée, etc.), l’installation d’une œuvre d’art ou d’une maquette du barrage ou encore la création d’un musée. La possibilité de franchir la rivière au niveau de l’ancien barrage a également été mentionnée. Pour finir, certaines personnes regrettent que des vestiges du barrage n’aient pas été conservés sur le site.

Figure 8. La matérialisation du barrage de Vezins
Figure 9. Propositions pour la matérialisation du barrage de Vezins

La seconde piste pour accompagner la transition renvoie à la nécessité de communiquer autour de l’opération de suppression des barrages pour expliquer les raisons du projet, mais aussi au-delà, dans un effort d’éducation à l’environnement qui peut contribuer à l’attractivité du territoire.

6. Conclusion

Si le conflit lié à la suppression du barrage de Vezins est toujours présent (en particulier chez les personnes résidant à proximité des lacs), les habitants et les usagers de la vallée expriment une forte préoccupation vis-à-vis de l’avenir. Ils soulignent le potentiel et l’opportunité unique offerte par les paysages originaux et la nouvelle configuration des lieux. Ils souhaitent maintenir la diversité paysagère, mêlant paysages ouverts – rendant la vallée accessible et garantissant des vues – et paysages « naturels », dans une démarche globale d’amélioration de l’environnement. Il apparaît nécessaire de trouver un équilibre entre valorisation et laisser-faire : la vallée doit rester accessible, mais elle ne doit pas être surinvestie (par les aménagements, les activités, etc.) afin de préserver son ambiance calme et naturelle. Le développement des activités doit par ailleurs s’accompagner de règles favorisant la cohabitation entre usagers (en particulier avec la chasse et les engins motorisés) et avec les non-humains (pêcheries et vestiges d’anciens moulins, nuisibles, oiseaux).

Le développement rapide de la végétation spontanée (saules, broussailles, etc.) et des nuisibles (sangliers) inquiète et révèle l’urgence des enjeux d’entretien. L’élevage (pâturage, fauche) est privilégié pour entretenir le fond de vallée, bien que des incertitudes demeurent.

L’information sur l’avenir de la vallée est jugée déficitaire par les participants, qui questionnent la volonté des élus vis-à-vis de la construction d’un projet, tout en reconnaissant les enjeux financiers associés. Il faudrait d’abord définir la cible du projet : s’agit-il d’améliorer le cadre de vie des habitants ou de se tourner vers l’extérieur dans une logique de tourisme vert ? L’orientation privilégiée guidera la stratégie d’aménagement mise en œuvre. Rendre compte de la mémoire des barrages pourrait par ailleurs aider les habitants à s’engager dans une dynamique autour de la vallée. Une autre piste renvoie à la communication autour de l’arasement et du projet de reconversion, en investissant la sensibilisation à l’environnement.

Pour citer ce billet : Germaine M.-A., Machado T. (2022), Le regard des habitants de la vallée (4) : Les attentes vis-à-vis de la future vallée après le démantèlement du barrage de Vezins, https://selune.hypotheses.org/3876

[1] En 2017, dans le cadre d’une enquête réalisée avant la suppression du barrage de Vezins, les riverains des lacs évoquaient déjà leur souhait de conserver l’ambiance particulière de la vallée : https://selune.hypotheses.org/3756.

[2] Une réflexion sur le partage de règles apparaît comme une piste à creuser. Il serait intéressant de voir si ce sujet existe avec la pêche, autour d’éventuelles précautions à envisager pour une bonne entente avec les randonneurs et les kayakistes. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.