Le regard des habitants de la vallée (2) : des lacs de la Sélune au futur

Avant de rendre compte des résultats de l’enquête par questionnaire menée durant le printemps 2021 auprès des habitants et usagers vis-à-vis du devenir de la vallée de la Sélune, nous publions (avec retard) la deuxième partie des résultats de l’enquête menée auprès des riverains des lacs en 2017. 

Ce billet fait suite à un précédent billet qui portait sur l’information et la communication autour du projet de démantèlement des barrages de la Sélune. L’enquête avait aussi pour but de comprendre les pratiques des habitants de la vallée de la Sélune avec les lacs et d’évaluer comment ceux-ci envisageaient le futur. Nous pourrons comparer ces résultats obtenus avant la démolition du barrage de Vezins avec l’enquête menée en 2021.

Pour rappel, l’enquête s’est déroulée en deux temps : août et septembre 2017 et mai à août 2018. Nous avons pratiqué le porte à porte dans les hameaux situés à moins de 500 mètres des rives des lacs de Vezins et de la Roche-qui-Boit (figures 1 et 2) : 98 personnes ont accepté de répondre au questionnaire (soit un taux de réponse de 52 % environ)[1].

Figures 1 et 2 : Zones de passation du questionnaire autour des lacs de Vezins et de la Roche-qui-Boit.

1. Une cartographie des lieux appropriés de la vallée de la Sélune

L’un des objectifs était de mieux comprendre la manière dont les habitants fréquentaient la vallée de la Sélune. Nous avons établi une cartographie des lieux les plus cités à partir des réponses à la question « Quels sont les lieux que vous conseilleriez de visiter/découvrir à une personne de votre entourage ? ».

L’analyse des réponses a permis d’aboutir à une liste de 9 lieux dans la vallée de la Sélune (figure 3). Parmi les plus cités, on retrouve le barrage de Vezins (cité à 36 reprises) et la Mazure (cité 31 fois). Il faut noter que les lieux les plus cités correspondent aux points d’accès à la vallée comme les ponts (des Biards et de la République) sur le lac de Vezins ou l’Autre Café sur le lac de la Roche-qui-Boit. Cela souligne le faible nombre de lieux où il était possible de voir les lacs et le caractère fermé de la vallée qui avait déjà pu être mis en lumière par ailleurs[2]. Ces résultats révèlent également l’étendue spatiale selon laquelle les répondants envisagent la vallée de la Sélune puisque peu de lieux cités se situent en dehors de la partie des lacs. Cette section des lacs est considérée comme la partie ayant le plus d’intérêt au détriment de l’aval (Ducey, Bois d’Ardennes) ou de l’amont (Saint-Hilaire-du-Harcouët).

Fig. 3 : Cartographie des lieux cités par les habitants. Lecture : « L’Autre Café » a été cité par 22 habitants.

2. La vallée de la Sélune, un espace pratiqué au quotidien

Cette cartographie révèle en filigrane une cartographie des pratiques quotidiennes dans la vallée. En effet, les lieux cités correspondent également à des espaces appréciés par les habitants, sur lesquels ils pratiquent différentes activités. Tandis que la pratique de la pêche sur les lacs a souvent été mise en avant[3], l’objectif était de mettre en lumière les autres usages de la vallée. Pour les habitants, la vallée est un espace d’activités tirant profit de la singularité des lieux liée à la présence des lacs et au caractère « sauvage » de la vallée. La base de loisirs de la Mazure constitue un point focal puisqu’elle concentre l’ensemble de ces activités pour les personnes.

Les résultats montrent que les habitants des lacs pratiquaient un panel d’activités sur ou à proximité des lacs (fig. 4). En particulier, les balades à pied constituent le premier motif de rencontre avec la Sélune pour les habitants puisque 90 % des personnes rencontrées déclarent marcher régulièrement à proximité des lacs.  Se rendre en bateau sur les lacs (38%) ou pêcher (29%) ne sont pas des activités pratiquées par la majorité des habitants, bien que celles-ci soient les plus visibles.

Fig 4 : Les activités pratiquées par les habitants de la vallée de la Sélune. Lecture : 30 % des répondants ont déclaré promener leur chien de manière régulière à proximité des lacs de la Sélune.

Les résultats indiquent également que la vallée est pour beaucoup d’entre eux un lieu reposant, propice à la détente. En effet, contempler (68%), se détendre (37%) ou encore observer la nature (19%) sont des activités très pratiquées. Cette dimension se retrouve dans les termes utilisés afin de décrire la vallée de la Sélune avec les lacs. Ainsi, la mobilisation des adjectifs « tranquille », « reposant », « paisible » dessine une ambiance propre à la vallée. Le terme « petit » est également mobilisé dans des expressions telles que « joli petit coin », « petits chemins », « petits endroits ». Ainsi, même sans habiter un cabanon sur les rives des lacs, ces différents adjectifs concourent à la construction de la vallée en tant qu’un cadre intime, propice au repos, à la contemplation de la nature par les riverains plus éloignés des lacs. Des lieux comme l’Autre Café ou la pointe de la Hogue sont caractéristique de cette ambiance intimiste. Les habitants ont également utilisé de manière récurrente les termes tels que « beau », « joli », « magnifique » afin de catégoriser la vallée sur un registre esthétique. Dans cette même catégorie, de nombreuses références aux paysages canadiens sont également citées par les habitants.

Fig. 5 : La pointe du Hogue, un lieu propice au calme et au ressourcement (LD, juin 2017)

3. La vallée dans le futur : entre crainte de la friche et demande d’accessibilité

L’enquête visait également à évaluer la manière dont les habitants envisageaient le futur de la vallée. Elle met en lumière deux positions ambivalentes.

En premier lieu, de nombreux habitants ont fait état de leur crainte que la vallée dénoyée ne devienne une friche où la végétation spontanée domine et où les animaux dits « nuisibles » (sangliers, renards) pullulent. L’utilisation des termes de « forêt vierge », « cambrousse », « broussaille », « vermine », « saloperie », « herbes folles » traduit cette peur de l’enfrichement[4]. Au moment de l’enquête, le niveau du lac de Vezins avait diminué et certains secteurs en amont avaient déjà été recolonisés par la végétation, ce qui a renforcé cette crainte. Face à cela, les habitants sont nombreux à souligner la nécessité d’un entretien de la vallée. Pour autant, ils sont inquiets et ont conscience de la difficulté de cette tâche au regard de la surface à entretenir, des contraintes techniques (repousse rapide, versants abrupts) et financières.

Fig. 6 : La reconquête de la végétation dans l’ancien lac de Vezins, en aval de la base de la Mazure. Cette végétation spontanée symbolise la crainte d’un enfrichement de la vallée (LD, octobre 2020).

Au-delà de cette crainte, l’enquête a montré que les habitants sont également en attente d’un certain nombre d’aménagements et d’actions à mener afin de mettre en valeur la vallée de la Sélune après le démantèlement. Bien que non favorables au projet dans la grande majorité, les réponses illustrent la volonté des habitants de disposer d’un environnement qu’ils apprécient et dans lequel ils puissent continuer à pratiquer leurs activités. Le premier élément est la demande d’une meilleure accessibilité à la vallée. Ainsi le développement d’un réseau de chemins pédestres apparaît comme une nécessité pour les habitants : « des chemins, c’est indispensable », « c’est des chemins qu’il faut, tout simplement ». Ils souhaitent pouvoir se balader dans la vallée, se rendre à proximité de la rivière et ainsi profiter de ce nouvel environnement.

Au-delà de l’accessibilité, de nombreux répondants souhaitent également voir une redynamisation de la vallée au travers de diverses activités. En particulier, la Mazure est citée comme un lieu pouvant être réaménagé afin d’accueillir non seulement les enfants mais également des touristes et excursionnistes. Pour autant, les habitants sont soucieux de conserver une ambiance calme, apaisante et naturelle afin de ne pas dénaturer la vallée qui est aussi leur cadre de vie. En effet, ils restent attachés à l’ambiance particulière qui régnait dans la vallée avec les lacs.

4. Conclusion

Ces résultats de l’enquête par questionnaire auprès des habitants de la vallée de la Sélune soulignent l’attachement des habitants à leur environnement et à leur cadre de vie. L’enquête met en évidence deux sources d’attachement (qui ne sont pas les seules). D’une part, la vallée de la Sélune constitue l’espace des pratiques quotidiennes des habitants. Par ailleurs, la vallée est dotée d’une ambiance particulière que les habitants apprécient et souhaitent conserver.

Ensuite, alors qu’aucun projet concret pour la vallée de la Sélune n’a encore été acté (cela est toujours le cas aujourd’hui), les habitants soulignent des points d’attention par rapport au futur de la vallée sans les lacs. En particulier, ils mettent en avant une réelle demande d’accessibilité à la vallée au travers de la constitution d’un réseau de chemins pédestres, qu’ils considèrent bien souvent comme indispensable. Si d’autres aménagements peuvent être envisagés, ils doivent l’être en respectant l’ambiance calme que les habitants apprécient dans la vallée. La prise en compte de ces demandes dans la construction de la future vallée apparaît importante afin de ne pas faire subir aux riverains de la Sélune un projet qu’ils ne souhaitaient pas et à propos duquel ils ont eu peu d’informations associé à un nouveau cadre de vie qui ne correspondrait pas non plus à leurs attentes.

Nous publierons prochainement les conclusions de l’enquête par questionnaire réalisée entre mai et juillet 2021 auprès d’habitants de la vallée (pas seulement riverains des lacs) et d’usagers résidant plus loin. Ces résultats confortent ces premières conclusions puisqu’elles montrent que les répondants reconnaissent un véritable potentiel dans cette nouvelle vallée tout en s’interrogeant sur les choix à opérer pour l’aménager et la rendre accessible tout en préservant son caractère naturel et tranquille.

[1] Taux estimé en divisant le nombre de réponses par le nombre de logements visités au total.

[2]https://selune.hypotheses.org/3530

[3]https://selune.hypotheses.org/tag/peche

[4]La place du paysage et de ses évolutions a fait l’objet d’une publication scientifique en 2019 à retrouver à cette adresse : https://www.projetsdepaysage.fr/fr/entre_d_sir_de_nature_et_peur_de_l_abandon_quelles_attentes_paysag_res_apr_s_l_arasement_des_barrages_hydro_lectriques_de_la_s_lune_


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.