Le regard des habitants de la vallée (1) : information et communication autour du projet de démantèlement des barrages de la Sélune

Dans le cadre de la réalisation d’une thèse de géographie soutenue en décembre 2019, nous avons réalisé une enquête par questionnaire auprès des habitants de la vallée de la Sélune. La publication de ce billet est tout d’abord l’occasion de remercier vivement l’ensemble des personnes qui ont accepté de participer à cette enquête en répondant à nos questions et par ailleurs l’occasion de partager avec vous des éléments sur les résultats de ce travail.

Cette enquête avait plusieurs objectifs :

– identifier les pratiques des lacs de la Sélune par les riverains ;

– appréhender le degré de connaissance du projet de démantèlement des barrages par les riverains et identifier les sources d’informations qu’ils mobilisent ;

– connaître et comprendre l’opinion des habitants sur l’opération de suppression des barrages.

Cette volonté d’interroger directement les riverains découle du double constat qu’ils sont les premiers affectés par les changements induits par le démantèlement et qu’ils sont pourtant très peu interrogés.

L’enquête s’est déroulée en deux temps : août et septembre 2017 et mai à août 2018. Nous avons pratiqué le porte à porte dans les hameaux situés à moins de 500 mètres des rives des lacs de Vezins et de la Roche-qui-Boit (figures 1 et 2) : 98 personnes ont accepté de répondre au questionnaire (soit un taux de réponse de 52 % environ)[2].

Localisation des questionnaires complétés le long du lac de VezinsFigures 1 et 2 : Zones de passation du questionnaire autour des lacs de Vezins et de la Roche-qui-Boit.

Nous proposons ici de présenter une première partie des résultats de cette enquête en nous concentrant sur la perception et l’évaluation par les habitants de la communication mise en place autour du projet de démantèlement des barrages de la Sélune.

1            Le constat d’un déficit d’information officielle

Avant de présenter les résultats de l’enquête, il est important de rappeler le contexte en détaillant les différents éléments d’information mis en œuvre par les différents protagonistes depuis l’annonce du non renouvellement des concessions des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit en novembre 2009.

1.1       Un accompagnement faible autour du projet

L’opération d’effacement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit se caractérise par un déficit d’information publique, et ce durant l’ensemble du processus. Outre le fait que l’annonce de 2009 a été effectuée à 150 km de la Sélune, au bord de la Touques dans le Calvados, le portage du projet a été caractérisé par une information limitée du public et une implication distante de l’État. Suite à l’annonce de C. Jouanno, alors secrétaire d’État à l’écologie, fin 2009, c’est avant tout la presse qui relaie l’information puisque aucune réunion publique n’a été organisée localement[3].

La Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de la Manche, service déconcentré de l’État dans le département de la Manche, est chargée de mettre en œuvre la décision de l’État localement. Elle a organisé plusieurs commissions locales d’information (CLI)[4] « destinées à assurer la communication envers la population » au fil des différentes étapes du projet selon le dispositif de gouvernance proposé par le préfet en 2009. Censées réunir l’ensemble des acteurs du territoire (élus, acteurs socioprofessionnels et associatifs), elles étaient en théorie ouvertes à tous. En réalité, sur la Sélune, les CLI se sont réunies sur invitations et les habitants de la vallée n’ont pas pu y assister. Elles ont cependant rassemblé entre 60 et 120 personnes (élus, services de l’État et des collectivités, responsables associatifs, …). Le préfet et/ou les agents de la DDTM, parfois accompagnés de représentants des bureaux d’étude, y présentaient les résultats des études commandées, les étapes et le calendrier des travaux programmés. Des questions pouvaient être posées.

En parallèle, la DDTM a diffusé 4 numéros d’une brochure intitulée « La Sélune au long cours – Journal de l’opération d’effacement des barrages de la Sélune » entre décembre 2012 et septembre 2014. Chacun présentait un aspect particulier du projet : les sédiments, le schéma de développement durable de la vallée, les travaux de gestion sédimentaire et les inondations (Tableau 1). Si les arguments pour justifier l’opération sont dispersés dans les différentes publications, aucune ne proposait une section exposant clairement les enjeux du projet, ses dimensions réglementaires et les objectifs qui étaient poursuivis. Sur la première page du journal, figurent un logo accompagné de de l’expression « Gorges de la Sélune » qui symbolisent le nouveau paysage de cette partie de la vallée de la Sélune. La disparition des barrages et donc des retenues d’eau doit laisser place à une vallée encaissée et étroite avec des méandres encadrés par des versants rocheux et boisés. Choisi par l’État, ce visuel et ce slogan visaient à donner une nouvelle identité au territoire alors même que de nombreux acteurs (élus et habitants) n’étaient pas prêts à l’accepter.

Date de diffusion

Thème principal

Nombre de pages

1

Décembre 2012

Sédiments, mieux connaître  pour pouvoir gérer

12

2

Septembre 2013

Le Schéma de développement durable de la vallée de la Sélune

12

3

Février 2014

Les travaux de gestion sédimentaire

16

4

Septembre 2014

Hydrographie et inondations

16

Tableau 1: Les 4 numéros du Journal de l’Opération diffusé par la DDTM de la Manche

La diffusion de bulletins d’information a repris à l’occasion du démarrage des travaux de vidange avec 4 publications entre mars 2017 et décembre 2018. Les bulletins renommés « Infos Travaux » se focalisaient sur les dimensions techniques de la gestion sédimentaire (calendrier, étapes, plans, type de matériel utilisé, machines, etc.) avec quelques encarts sur les précautions prises pendant la vidange (pêche de récupération, suivi de la qualité de l’eau). Il n’y a plus d’édito ou d’interview d’élus. Il s’agissait de présenter et d’expliquer les travaux que les habitants de la vallée pouvaient observer quotidiennement. En complément, des panneaux d’information grand format ont été installés sur les ponts des Biards et de la République ainsi qu’au Petit Bois d’Isigny[5], lieux d’observations privilégiés des travaux pour le public (figure 3), pour fournir les mêmes informations. Il faut souligner que le choix a été fait de conserver la même identité visuelle autour des « Gorges de la Sélune » : le logo est de nouveau mis en première page alors même que le projet d’arasement est en suspens au moment de la diffusion des deux premiers bulletins en 2017.

Figure 3 : Badauds observant l’avancée des travaux au Pont de la République et panneau d’information installé par la DDTM sur le Pont des Biards (LD, août 2017)

Entre l’annonce de la suppression et les travaux de gestion sédimentaire, le projet a en effet été suspendu après la visite de Ministre de l’environnement, S. Royal, en 2014. À la suite de cette remise en cause, aucune communication spécifique n’a été mise en place. Encore une fois, seule la presse locale a relayé l’information. Plus tard, lorsque son successeur, N. Hulot, a relancé le projet par un communiqué de presse, il n’informe pas les élus locaux et cette annonce n’est pas suivie d’une communication particulière de la part de l’État ou des autres acteurs en charge du dossier. Seul le préfet alors en poste a réaffirmé la volonté de l’État d’effacer les barrages à plusieurs reprises dans la presse : « Arasement des barrages du sud-Manche : le préfet enfonce le clou »} (La Manche Libre, 7 décembre 2017) ; « le préfet précise l’arasement » (La gazette de la Manche, 13 décembre 2017).

1.2       En ligne, une communication nationale voire internationale

Le même constat d’absence d’information peut être fait sur internet : peu de documents officiels concernant ce projet sont disponibles facilement. Alors que le projet est souvent labellisé comme « le plus grand démantèlement de barrage en Europe », aucun site internet dédié n’a été créé par l’État (propriétaire du barrage de Vezins) ou l’Agence de l’Eau (qui finance les travaux) pour donner des informations. Pourtant, des projets de restauration de la continuité écologique ont fait l’objet d’une communication en ligne ailleurs en France : le site « Nouveau Poutès » expose le projet de restructuration du barrage hydroélectrique géré par EDF sur l’Allier tandis que le site « Eure, rivière vivante » a été créé autour de la suppression du barrage de Martot à la confluence de l’Eure et de la Seine.

Les informations officielles en ligne sont donc rares mais aussi très techniques : les documents mis en ligne sont les rapports des bureaux d’étude qui ne sont pas adaptés au « grand public » ni dans leur format – ce sont des documents volumineux (plusieurs centaines de pages) – ni dans leur forme – ils sont très techniques –.  Il n’existe par exemple aucun espace dédié à l’opération sur le site de la DDTM de la Manche : l’information est éparpillée. L’information est aussi réduite et éparpillée sur le site de l’Agence de l’Eau Seine Normandie. Celle-ci a pourtant réalisé en partenariat avec EDF et l’Onema une vidéo de 21 minutes pour promouvoir les projets exemplaires de restauration de la continuité écologique en prenant l’exemple des barrages de Vezins et de Poutès (sur l’Allier). Celle-ci n’a jamais été projetée sur place. La communication des promoteurs de l’opération reste tournée vers la sphère des gestionnaires (colloque, formation) ou des événements réunissant des personnes acquises à la cause (pêcheurs). A l’échelle locale, on observe que les sites des collectivités locales ne relaient pas non plus d’informations sur le projet à l’exception du Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Sélune qui relaie les images de l’observatoire photographique du paysage mis en place pour suivre la transformation de la vallée.

Au final, seul le collectif des Amis de la Sélune, créé en 2011 et réunissant des acteurs favorables à la suppression des barrages de la Sélune, est actif sur internet avec un site (remplacé par une page dédiée au projet hébergée sur le site de European River Network)[8]. Il ne s’agissait pas d’informer les habitants de la vallée mais davantage d’utiliser le projet comme une vitrine en Europe. Les articles se focalisent notamment sur le retour du saumon atlantique dans la vallée de la Sélune après arasement[9]. Ils soulignent par exemple que la Sélune est « considérée comme la 3ème rivière de France en « potentiel Saumon » » et que l’effacement des barrages pourrait permettre le retour de 5 000 saumons[10]. De plus, la page internet est entièrement traduite en anglais et le collectif a également édité une version anglaise de sa brochure. Le collectif a aussi mobilisé des réseaux médiatiques : la Sélune a fait l’objet de plusieurs reportages dans les médias nationaux généralistes (Europe 1[11], France Inter[12]) ou spécialisés (Reporterre[13]) qui, dans la plupart des cas, peuvent être qualifiés de « pro-arasement ». À l’échelle nationale et internationale, la suppression des barrages de la Sélune apparaît donc comme « la plus grande opération d’effacement de barrage en Europe ». C’est la raison pour laquelle l’association European River Network a organisé le colloque international « Renaissance de la vallée de la Sélune » à Rennes et Avranches en septembre 2019.

2            Un espace occupé par les opposants

2.1       Une présence importante sur le terrain

Alors que l’État et ses partenaires ont peu accompagné l’opération localement, les opposants ont, eux, particulièrement investi le champ de la communication vers les habitants de la vallée. De fait, l’association les Amis du Barrage créée en 1993 à l’occasion de la vidange du lac de Vezins est implantée dans la vallée. Cette association a d’abord pris en charge l’animation de la vallée en organisant divers événements qui rassemblaient les habitants de la vallée (expositions, visites au moment de la vidange puis fêtes et repas). Elle a été réactivée aux premières rumeurs de suppression des barrages et s’est transformé en association de défense.

Depuis l’annonce du barrage en 2009 jusqu’aux dernières actions menées au printemps 2019, l’association des Amis du Barrage a clairement occupé la place laissée vacante et par l’État et par les élus locaux, et ce de manière constante. Elle a ainsi régulièrement organisé le soir des réunions publiques à destination des habitants dans les salles polyvalentes d’Isigny-le-Buat ou de Saint-Laurent-de-Terregatte. La plupart d’entre elles ont généralement réuni plusieurs centaines de personnes, pour la plupart des habitants de la vallée. L’organisation de la Fête de l’eau au début du mois de septembre depuis 2012 au petit bois d’Isigny illustre bien ce double rôle d’animation et d’information : cet évènement est organisé au bord du lac de Vezins autour d’un repas mais aussi d’interventions d’élus locaux soutenant la conservation des barrages et de spectacles.

Figure 4 : Affiche annonçant la fête de l’eau organisée par les Amis du Barrage au bord du lac de Vezins (LD, août 2017)

Figure 5 : La fête de l’eau en septembre 2017 (Clichés de OT et MAG)

2.2       L’utilisation d’internet et des réseaux sociaux

Alors que la communication en ligne a été largement délaissée par les promoteurs du projet, les opposants se sont largement appuyés sur internet et les réseaux sociaux pour fédérer les habitants de la vallée. Deux vecteurs d’information principaux ont été mobilisés par les opposants.

En premier lieu, le « blog à jojo » représente le blog officieux de l’association des Amis du Barrage[14] puisque le gestionnaire du site est membre du bureau de l’association. Créé en janvier 2010, soit trois mois après l’annonce de la suppression des barrages, il diffuse l’ensemble des informations de l’association des Amis du Barrage (communiqués de presse, invitations et comptes rendus d’assemblée générale ou de réunions) ainsi que différents articles relatifs à l’énergie renouvelable et à la gestion de l’eau plus généraux. Il assure également un relais vers d’autres acteurs comme l’Observatoire de la continuité écologique (OCE)[15] et Hydrauxois[16] qui s’opposent aux modalités de mise en œuvre de la restauration de la continuité écologique en France.

En parallèle, un groupe public sur Facebook intitulé « La Sélune et ses barrages »[17] a été créé en août 2016. Il réunit 4470 membres (au 1er mai 2020)[18]. De nombreuses informations sur les barrages et les lacs y sont relayées. La plupart des articles de la presse locale y sont postés mais l’administrateur poste également régulièrement des photographies de la vallée, des lacs et des barrages, issus de promenades mais aussi d’archives historiques. Il s’agit donc d’informations mettant en valeur les lieux à travers des images, des souvenirs, des expériences vécues. Un autre groupe, privé lui, créé en février 2012, « les barrages de Vezins et de la Roche qui Boit » réunit 1037 personnes.

3            Un projet confus et mal accompagné

Parmi les 98 personnes ayant répondu à notre questionnaire, on compte 56 hommes et 42 femmes. Les personnes de 65 ans et plus sont la catégorie la plus représentée, juste devant la catégorie 55-65 ans. En revanche, on compte peu de personnes de moins de 40 ans. Logiquement, cela se traduit par une proportion importante de personnes retraitées. Il s’agit en très grande majorité (86) de personnes occupant des résidences principales. Un peu plus de la moitié des personnes interrogées (56) voit le lac (de Vezins ou de la Roche-qui-Boit) depuis leur résidence.

3.1       Une évaluation négative de la part des répondants à l’enquête

Plusieurs éléments peuvent être soulignés par l’enquête. En premier lieu, une majorité des répondants ne sont pas ou plutôt pas satisfaits par les informations qu’ils ont reçues par rapport à l’opération de suppression des barrages (figure 6). Parmi ces personnes, certaines déplorent une information au « compte-goutte », « pas claire », « ponctuelle ». Les personnes rencontrées ont le sentiment d’être les premiers concernés mais d’avoir été peu informés. Sans exiger énormément, ils considèrent bien souvent qu’ils n’ont reçu pas le minimum requis d’information. L’enquête souligne également la défiance des répondants vis-à-vis des décideurs. Ainsi, plusieurs personnes doutent de la fiabilité des informations : « ils nous disent ce qu’ils ont envie de nous dire » ou « c’est des infos dirigées ». Cela est renforcé par le manque de transparence de la part des promoteurs du projet déjà souligné plus haut (absence de réunions publiques, difficulté d’accès aux commissions locales d’information). Ce contexte a finalement alimenté un climat de défiance localement.

Figure 6 : Evaluation de l’information par les personnes enquêtées. Réponse à la question : « Sur les informations officielles qui vous ont été données, vous êtes… » ; 98 réponses

Lorsque nous avons interrogé les personnes sur les sources qu’ils avaient mobilisées pour s’informer, la presse est ressortie comme le vecteur principal puisque 86 % d’entre eux ont déclaré avoir obtenu des informations par ce biais. Durant l’ensemble du processus, la Manche libre, La Gazette de la Manche et Ouest France ont en effet largement relayé les différentes étapes et revirements du projet. La réception de courriers (les bulletins d’information) a constitué une source d’information pour 37 % des individus rencontrés, cela place cette communication « officielle » au même niveau que les réunions organisées par les Amis du Barrage. Cela traduit bien la place occupée par l’association durant les 10 années du conflit. La même proportion des individus a déclaré avoir obtenu des informations par bouche à oreille. Souvent négligée par les porteurs de projet, cette dernière modalité se retrouve sur d’autres sites et contribue souvent à la diffusion des informations.

Figure 7 : Source d’information des personnes enquêtées. Lecture : 86 % des répondants ont déclaré avoir eu des informations par la presse

3.2       Un projet à l’objectif clair mais aux détails confus pour les résidents

Le déficit de communication transparaît dans les détails que les répondants donnaient pour décrire le projet. L’enjeu de rétablissement de la continuité piscicole était identifié par les personnes interrogées comme l’objectif principal de l’opération. En revanche, la majorité des personnes indiquant cet objectif se référaient uniquement au saumon, qui a largement été mis en avant par les différents acteurs promouvant l’opération et la presse. Le manque de rentabilité économique et la vétusté des barrages étaient respectivement le deuxième et le troisième objectifs identifiés par les personnes rencontrées. Ils correspondaient au discours porté notamment par l’exploitant des ouvrages, EDF, dont la direction avait mis en avant le manque de rentabilité des ouvrages hydroélectriques de la Sélune[19]. L’amélioration de la qualité de l’eau ou le rétablissement de continuité écologique n’ont en revanche été que très peu mis en avant par les répondants. Cela illustre de nouveau la focalisation du projet autour de la remontée du saumon.

Figure 8 : Les objectifs du projet de démantèlement des deux barrages selon les répondants Réponse à la question : « Savez-vous pour quelles raisons les ouvrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit vont-ils être supprimés ? ; 132 réponses pour 85 répondants (12 personnes ont indiqué ne pas connaître les raisons)

Le second aspect illustrant les difficultés pour les habitants à bien cerner le projet est l’identification des acteurs portant l’opération. Plus d’un tiers (35%) des personnes rencontrées n’était pas en capacité de citer un acteur impliqué dans le projet. Parmi ceux ayant nommé des partenaires, seules deux personnes, connaissant très bien le dossier, ont cité précisément les acteurs en charge du dossier comme l’Agence de l’Eau, la DDTM ou encore les différents bureaux d’études ayant travaillé sur le projet. Pour les autres répondants, trois catégories d’acteurs émergeaient :

  • Un bloc « État » qui rassemble les mentions « Ministère », « Ministre », « gouvernement » mais aussi « DDTM » ou « préfecture ». Il s’agit des acteurs les plus cités. Dans ce cas, les riverains s’appuiyaient alors sur l’annonce de C. Jouanno la venue de S. Royal, et/ou le communiqué de N. Hulot. Cela conforte dans le même temps le sentiment qu’il s’agit d’un projet extérieur au territoire et décidé d’en haut ;
  • On retrouve ensuite un bloc « élus ». Au sein de ce dernier, il est possible de faire une distinction. D’une part, un nombre important de personnes citait M. Thoury comme un individu important dans le projet. Ses différents postes politiques (Président de la CLE, du syndicat d’eau) et sa forte personnalité lui ont permis d’être reconnu comme un promoteur du projet par les habitants. Il a de plus rédigé un édito dans un numéro du bulletin d’information diffusé par les services de l’État affichant publiquement son soutien au projet. D’autre part, la référence à des personnalités politiques s’appuiyait sur les 4 élus désignés comme « responsables » de la décision de N. Hulot en novembre 2017 de relancer le démantèlement. Suite au communiqué de presse du Ministre, les Amis du barrage avaient en effet publiquement (dans la presse, sur des banderoles au bord de la route) pointé du doigt le rôle de ces élus qui, d’après eux, seraient allés au Ministère de la Transition Écologique durant l’été 2017 pour demander l’arasement. Une partie de l’enquête s’étant déroulée au printemps 2018, cette nouvelle information s’est traduite dans les réponses au questionnaire ;
  • Enfin, un bloc « écologistes » était désigné, bien souvent de manière péjorative (« écolos de Paris », « les écologistes, tous ces gens-là ») par une petite quinzaine de personnes. Les pêcheurs de saumon étaient associés à cette catégorie. Elle renvoyait aussi au collectif des Amis de la Sélune perçu comme totalement déconnecté du territoire et de ses habitants. Cette absence d’implantation locale du collectif pro-effacement a notamment été dénoncée à l’occasion de l’organisation par ENR d’un colloque international en septembre 2019 : des rassemblements ont eu lieu pour manifester l’opposition des habitants de la vallée lors de l’arrivée des participants à Avranches le second jour ou lors de la visite du site[20].

Cette distinction en trois catégories rend bien compte du manque de portage politique sur le territoire du projet. Les personnes interrogées n’identifiaient pas clairement les différents acteurs du dossier et leur rôle respectif. Cela souligne davantage encore le sentiment de flou qui les répondants ressentent à l’égard du projet.

Au bilan, les répondants à l’enquête ont clairement identifié l’objectif de la remontée piscicole dans la vallée. En revanche, l’enjeu plus global d’amélioration de la qualité de l’eau n’a que très peu été identifié. De plus, les acteurs en charge du projet ne sont pas clairement identifiés. Il ressort simplement de grandes catégories d’acteurs sans précision.

4            Conclusion

Ces premiers éléments issus de l’enquête par questionnaire auprès des habitants de la vallée de la Sélune permettent de mieux comprendre comment ces derniers ont évalué les informations entourant le projet. Ils soulignent que le déficit d’information autour du projet a également été perçu par les répondants. Pourtant, au regard de la dimension du projet, des changements induits par le démantèlement des barrages, des incertitudes sur le futur liés aux revirements successifs des Ministres, un réel effort d’accompagnement à l’échelle locale, à la fois technique et politique, eut été nécessaire afin de ne pas laisser les habitants dans la confusion. Contrairement à l’État, EDF semble s’engager dans une dynamique d’ouverture envers les habitants dans le cadre de la vidange et du démantèlement du barrage de la Roche-qui-Boit puisque la création d’un site internet dédié est prévu et que des réflexions sur des visites de chantier sont actuellement en cours[21].

Le travail sur les autres terrains étudiés dans la thèse souligne l’importance de l’information produite par le porteur du projet ainsi que les modalités de sa diffusion dans l’émergence de la conflictualité, sans pour autant identifier de lien de causalité[22]. Autrement dit, il ne s’agit pas ici d’affirmer qu’une meilleure communication locale aurait permis une adhésion de la population locale au projet. En revanche, cela a participé à la cristallisation de la situation locale et à une défiance des habitants par rapport aux autorités. L’enjeu aujourd’hui est alors de renouer le dialogue entre les différents acteurs, en incluant les habitants de la vallée, afin de construire de manière collective le futur projet de territoire. Dans ce cadre, l’information est un préalable à toute  émergence de dynamique.

[1] https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02519110

[2] Taux estimé en divisant le nombre de réponses par le nombre de logements visités au total.

[3] On peut se référer ici à l’article d’Yves-François Le Lay et Marie-Anne Germaine qui analyse le traitement de l’opération par la presse locale : http://www.revues.armand-colin.com/geographie/annales-geographie/annales-geographie-ndeg-715-32017/deconstruire-lexemple-barrages-selune-manche

[4] Parmi ces réunions, on peut citer les commissions locales organisées aux dates suivantes : 29 janvier 2010, 6 Juillet 2010 (Isigny-le-Buat), 6 mai 2011, 29 mars 2013 (Isigny-le-Buat), 21 février 2014 (la Mazure), 23 janvier 2017 (la Mazure), 22 octobre 2018 (Isigny-le-Buat).

[5] http://www.manche.gouv.fr/Dossiers/Vidange-et-gestion-sedimentaire-de-la-retenue-du-barrage-de-Vezins/La-Selune-INFOS-TRAVAUX

[6]https://selune.hypotheses.org/676

[7] Les Amis de la Sélune sont un collectif d’acteurs en faveur du démantèlement des barrages de la Sélune. Il rassemble notamment des associations de protection de l’environnement nationales et internationales (WWF France, SOS Loire Vivante, Fondation pour la Nature et l’Homme…), des fédérations départementales de pêche et des AAPPMA locales (extérieures au bassin de la Sélune à l’exception de la Ducéenne située à l’aval des barrages) et est soutenu par l’Agence de l’Eau Seine Normandie et le Ministère de l’Environnement.

[8] https://www.ern.org/fr/selune-libre/

[9] On peut ici renvoyer aux différentes publications de l’équipe à ce sujet : https://selune.hypotheses.org/tag/saumon

[10]https://www.ern.org/fr/selune-libre/

[11] https://www.europe1.fr/emissions/La-question-environnement/La-Selune-aux-saumons-85080

[12] https://www.franceinter.fr/emissions/planete-environnement/planete-environnement-28-decembre-2014

[13] https://reporterre.net/Quand-la-ministre-de-l-environnement-s-oppose-a-la-renaturation-d-une-riviere

[14] http://lesamisdubarrage.over-blog.fr/

[15]https://continuite-ecologique.fr/

[16]http://www.hydrauxois.org/

[17] https://www.facebook.com/groups/234945816899824/

[18] En comparaison, la page des Amis de la Sélune est suivie par 399 personnes.

[19] Le rapport d’expertise de 2015 souligne que « la rentabilité de la production hydroélectrique permise par ce fleuve côtier de basse altitude n’est aujourd’hui pas assurée » (p. 11)

[20]https://actu.fr/normandie/avranches_50025/barrage-vezins-comite-daccueil-participants-colloque-international_27513450.html

[21]https://www.edf.fr/edf/la-roche-qui-boit-les-travaux-debutent-en-juin-et-s-acheveront-en-2022

[22]https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02519110

Pour citer ce billet : Drapier Ludovic, « Le regard des habitants de la vallée (1) : information et communication autour du projet de démantèlement des barrages de la Sélune », Carnet Hypothèse « La Sélune », publié le 20 mai 2020, https://selune.hypotheses.org/3616


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.