AU SUJET DES TRANSFORMATIONS DE L’OFFRE DE PECHE DANS LA VALLEE DE LA SELUNE ET EN FRANCE

Dans les vallées des fleuves côtiers du Nord-Ouest de la France, les opérations de restauration de la continuité écologique modifient plus ou moins fortement les milieux halieutiques hérités. L’abaissement de la ligne d’eau, la raréfaction des espèces cyprinicoles et des poissons carnassiers au profit des salmonidés, qui retrouvent un milieu favorable à leur cycle de vie, génèrent une nouvelle offre de pêche. Ces transformations, plus ou moins importantes en fonction des opérations réalisées, sont diversement perçues par les pêcheurs à la ligne et parfois contestées lorsqu’elles modifient profondément les habitudes de pêche.

Dans la vallée de la Sélune (Manche, 50), l’opération de déconstruction en cours du barrage de Vezins (et celle programmée du barrage de la Roche-Qui-Boit) va engendrer la disparition des lacs de retenue présents sur le cours moyen de la rivière depuis la première moitié du XXèmesiècle. Dans la vallée exondée, perches, carpes, sandres, et silures vont laisser place à la truite fario et aux poissons migrateurs (saumons atlantiques, lamproies marines, aloses, …). Par conséquent, les pêches des cyprinidés et des carnassiers ne seront probablement plus pratiquées que dans la partie basse de la Sélune, alors que la pêche des salmonidés devrait se développer entre Ducey et Saint-Hilaire-du-Harcouët.

Cette transformation profonde de l’offre de pêche a contribué à faire émerger, lors des débats qui ont animé les projets successifs de revalorisation socio-économique de la vallée de la Sélune entre 2011 et 2015, l’idée de « pêche de compensation ». A la demande des élus locaux, les bureaux d’étude ont eu à travailler sur le maintien d’une « offre de pêche au blanc pour les pratiquants actuels des lacs » (Etheïs, 2013) puis, plus concrètement, sur le développement d’un projet afin de « compenser partiellement la disparition des lacs pour certaines pêches qui y étaient pratiquées avec la valorisation d’autres secteurs du département et la création d’une offre locale nouvelle (plan d’eau de Ducey) » (Maîtres du Rêve, 2015). L’objectif était d’atténuer les conséquences halieutiques de l’opération de restauration de la continuité écologique de la Sélune en proposant des alternatives aux pêcheurs de carnassiers et de cyprinidés.

Ce billet propose de questionner cette démarche au regard de l’histoire de la pêche de loisir en France, et dans la vallée de la Sélune en particulier, afin de mettre en lumière, sur le temps long, l’idée de changement de l’offre de pêche. Depuis l’émergence des premières sociétés de pêche dans la deuxième moitié du XXèsiècle, les pratiques de pêche à la ligne n’ont en fait jamais cessé d’évoluer, en lien avec l’aménagement et la transformation des milieux aquatiques.

Évolution et adaptation de la pêche de loisir en France

Au cours du XIXèmesiècle, la pêche à la ligne en tant qu’activité de loisir s’est développée sur des milieux aquatiques associés à des rivières aménagées : celles-ci sont ponctuées de seuils de moulins, de canaux créés pour le transport marchand, d’étangs creusés pour la culture du poisson, de mares entretenues pour abreuver les animaux, etc. En ce sens, les débuts de la pêche à la ligne étaient une adaptation « à l’existant », c’est-à-dire à une offre de pêche largement dépendante des actions cumulées de l’homme sur son environnement, en particulier depuis le développement de l’économie médiévale.

Par la suite, l’histoire industrielle, urbaine et agricole du pays a profondément modifié cet héritage. Au cours du XXèmesiècle, les pêcheurs ont eu notamment à composer avec la multiplication des ouvrages transversaux construits sur les fleuves et les rivières pour la navigation, la production d’énergie hydroélectrique, ou encore les remembrements associés à la modernisation des pratiques agricoles. Les milieux aquatiques favorables aux poissons d’eaux vives (truite, chabot, loche, vairon…) et aux poissons migrateurs (saumon, truite de mer, anguille, alose…) ont ainsi régressé et ont été remplacés par des milieux favorables aux poissons d’eaux calmes (gardon, brème, carpe, perche, brochet…). En conséquence, les pratiques de pêche à la ligne ont évolué. Selon une enquête réalisée à la demande de la Fédération Nationale de la Pêche en France (FNPF) en 2014, près des 2/3 des pêcheurs en France (59%) pêchent des poissons d’eaux calmes contre un peu plus de 1/3 pour la truite (38%). Les pêcheurs de salmonidés migrateurs en France sont aujourd’hui si peu nombreux (environ 4 800 soit 0,003% des pêcheurs …) qu’ils n’apparaissent pas dans l’enquête. Ce très faible effectif trouve son origine dans la disparition en moins de 150 ans des populations de saumons sur les grands systèmes tels que le Rhin, la Meuse, la Seine, la Dordogne ou encore la Garonne. Sur le bassin de la Loire, la population de saumons n’est plus que de 700 individus en moyenne (Thomas et Germaine, 2019). La pêche à la ligne de ce grand migrateur y est d’ailleurs fermée depuis 1994 sans que cela ait eu le moindre effet sur la reconstitution des stocks…

Dans la vallée de la Sélune, la pêche des lacs n’a pas toujours existé

Dans la vallée de la Sélune, la pêche à la ligne en tant qu’activité de loisir s’est développée au cours du XIXè siècle sur une rivière aménagée. De nombreux seuils de moulins ou de pêcheries ponctuaient en effet son cours entre Ducey et Saint-Hilaire-du-Harcouët (Thomas, 2016). Truites et saumons étaient les poissons[1]les plus recherchés des pêcheurs anglais comme des pêcheurs locaux (Thomas, 2017a). Le matériel de pêche de ces derniers était pour le moins rudimentaire : une grande canne de bambou associée à un moulinet à tambour tournant garni d’une soie tressée et d’un bas de ligne en gut (boyau séché) ou en crin de cheval servait à la fois à pêcher à la mouche, au devon (leurre tournant muni d’hameçons) ou aux appâts naturels (ver de terre, crevette, …).

Sur les rivières de l’Avranchin, les pêcheurs à la ligne se sont rassemblés en association au début du XXèsiècle. Ainsi, avant la Première Guerre Mondiale sur la Sélune, les pêcheurs du Mortanais, de Fougères et de Saint-Hilaire-du-Harcouët avaient formé des Sociétés de Pêche. En 1912, les pêcheurs du Mortanais, de la Gaule Fougeraise et de l’Avranchin se sont mobilisés pour demander l’installation d’une échelle à poisson lors de la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit afin de permettre la circulation des poissons migrateurs (Thomas, 2015). Dans le même temps, les pêcheurs de la Société de pêche de Saint-Hilaire-du-Harcouët travaillaient à empoissonner l’Airon et la Sélune en truites et en saumons :

« Pêche. – La Société de pêche de St Hilaire-du-Harcouët a fait immerger, dans la rivière l’Airon, entre le Pont Rouge et l’usine des pare balles, 2000 alevins de saumons et 8000 de truites.
Chaque année depuis sa fondation qui remonte à 5 ans, la Société de pêche de Saint-Hilaire a fait immerger de 8000 à 10 000 alevins dans la rivière l’Airon et la Sélune. »

L’Opinion de la Manche, 11 avril 1914.

Ainsi, avant la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit, les salmonidés étaient au cœur de l’offre de pêche sur la Sélune.

1919-2019 : bouleversement des milieux halieutiques et évolution des pratiques de pêche dans la vallée de la Sélune

Avec la mise en service du barrage de la Roche-Qui-Boit en 1919, puis de Vezins en 1936, l’offre de pêche sur la Sélune a été profondément modifiée. Les pêches du saumon et de l’anguille se sont trouvées cantonnées au secteur aval de la Roche-Qui-Boit. A l’amont des ouvrages, le lit de la Sélune a été noyé et de grands lacs de retenues se sont formés. Ils ont été le lieu de multiples tentatives de mise en valeur piscicole. Depuis leurs mises en eaux, et jusque dans les années 2000, les Sociétés de pêche locales, accompagnées de l’administration des Eaux et Forêts et/ou du Conseil Supérieur de la Pêche, n’ont eu de cesse d’introduire différentes espèces de poissons pour repeupler ces retenues d’eau. En l’espace de 80 ans, ce sont ainsi des centaines de milliers d’alevins de truites, de brochets, de perches, de black-bass, de sandres mais aussi de carpes, de poissons blancs (rotengles, ablettes…) et plus récemment de silures qui ont été déversés dans les lacs (Thomas, 2017b) avec le projet d’une mise en valeur halieutique. A l’amont, une population de truites farios est parvenue à se maintenir, mais les poissons migrateurs ont quant à eux disparu.

En conséquence, les pratiques de pêche ont changé. A l’endroit des lacs, la pêche au coup des cyprinidés s’est développée, notamment depuis les pontons installés sur les terrains riverains. Certains pêcheurs aussi se sont munis d’embarcations : des barques en bois tout d’abord (dont on retrouve parfois les squelettes à l’occasion des différentes vidanges) remplacées plus récemment par des coques modernes, en aluminium ou en résine, équipées pour la pêche (sondeurs, rangements, portes cannes, …). Au niveau des seuils de moulins où l’on pêchait autrefois la truite et le saumon à la mouche, la pêche du sandre « à la verticale » a fait son apparition. Enfin, sur les bords des lacs, des secteurs ont été aménagés pour la pêche sportive de la carpe, une pratique qui s’est développée en France au cours des trente dernières années. A l’amont, la Sélune et ses affluents n’ont plus été fréquentés que par des pêcheurs de truites.

Ainsi, au fil des années, les pêcheurs se sont progressivement adaptés et habitués à la présence des lacs et de nouvelles espèces de poissons. A l’amont, les pêches du saumon à la ligne ou de l’anguille ne sont plus pratiquées depuis un siècle. Elles se sont effacées progressivement de la mémoire pêcheurs.

Vers une réorganisation des pratiques et de l’offre de pêche

Le démantèlement prévu des barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche-Qui-Boit à l’horizon 2021 va marquer un nouveau bouleversement des pratiques de pêche dans la vallée de la Sélune. Les habitudes de pêche devraient en effet se réorganiser sur l’ensemble des cours d’eau du bassin versant qui seront à nouveau colonisés par les populations de truites farios et de poissons migrateurs (saumons, anguilles et probablement aussi aloses et truites de mer). Entre Ducey et Saint-Hilaire-du-Harcouët, 25 km de cours d’eau vont ainsi à nouveau être accessibles aux pêcheurs de salmonidés. Dans le même temps, les pêches des cyprinidés et des carnassiers qui s’étaient développées dans la vallée de la Sélune du fait de la présence des lacs de retenue ne vont plus être pratiquées, sinon dans les eaux calmes de la basse vallée entre Ducey et l’estuaire.

Replacé dans le temps long, la disparition des lacs va constituer un temps fort de l’histoire halieutique de la vallée de la Sélune. Et de la même manière qu’il avait fallu de nombreuses années pour que les pêcheurs s’approprient la pêche des lacs, il faudra certainement du temps pour que de nouvelles habitudes de pêche s’installent dans la vallée. Cependant, et contrairement au début du XXèsiècle, la vallée de la Sélune n’est plus majoritairement fréquentée par des pêcheurs locaux. Les mobilités des pêcheurs ont considérablement changé, et c’est à une autre échelle, régionale (voire nationale) qu’il semble intéressant d’observer la transformation de l’offre de pêche.

Carte touristique de la pêche en France dans les années 1930, publiée dans la Revue « Au bord de l’eau »

Cette carte touristique de la pêche en France publiée dans la revue de pêche « Au bord de l’eau » dans les années 1930 témoigne de la diversité de l’offre de pêche à cette époque. Elle est probablement très différente de celle qui aurait pu être dessinée au milieu du XIXèsiècle, et s’il fallait la publier à nouveau aujourd’hui, il faudrait apporter de nombreuses modifications en ajoutant par exemple les sandres de la Loire, les silures de la Saône ou les aspes du Rhin. Il faudrait par ailleurs supprimer le saumon de l’Allier, l’Esturgeon de la Garonne, voire l’alose de la Loire…

Ainsi l’offre de pêche évolue, et avec elle, les pratiques des pêcheurs à la ligne. Plus largement encore, l’histoire sociale de la pêche à la ligne (Malange, 2011), tout comme l’éthique et la sociologie des pêcheurs (Roux, 2007 ; Barthélémy, 2013) témoignent d’un monde de la pêche qui accompagne – et parfois bouscule – l’évolution des rapports de la société aux milieux aquatiques et à l’environnement en général.

Sur les fleuves de la grande baie du Mont Saint-Michel (Sienne, Sée, Sélune et Couesnon), les opérations de restauration de la continuité écologique mises en œuvre depuis quelques années contribuent à modifier les milieux halieutiques. Dans les prochaines années, les mots « truite » et « saumon » trouveront peut-être une place à l’endroit des lacs, dans l’Avranchin, sur la grande carte de l’offre de pêche en France.

Article rédigé par Olivier THOMAS, Mars 2019.

Références bibliographiques

Barthélémy C., 2013, La pêche amateur au fil du Rhône et de l’histoire. Usages, savoirs et gestions de la nature, L’Harmattan, Paris, 180 p.

ETHEIS, 2013, Schéma de Développement Durable de la Vallée de la Sélune / Diagnostic et Plan d’Actions, pour la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de la Manche, Lien : http://www.manche.gouv.fr

FNPF / BIPE / ONEMA, 2014, Synthèse des résultats de l’étude « Impacts socio-économiques de la pêche de loisir en eau douce en France », Lien : https://www.generationpeche.fr/190-les-publications.htm 

Maîtres du Rêve, 2015, Définition du projet de valorisation socio-économique de la vallée de la Sélune après l’effacement des barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche-Qui-Boit, Rapport final pour le Pays de la Baie, Septembre 2015

Malange J.F., 2011, Histoire sociale des pratiques de pêche à la ligne en France de 1829 à 1941 : aux origines d’une conscience environnementale, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Toulouse 2 Le Mirail, 753 p.

Roux F., 2007, Des « pêcheurs sans paniers ». Contribution à une sociologie des nouveaux usages culturels de la nature, Thèse de sociologie, Université de Nantes, 358 p.

Thomas O., 2015, Sur la présence du saumon (et d’autres poissons) dans la Sélune avant la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit, Programme de recherche “Sélune” dirigé par M.-A., Germaine, Université Paris Nanterre, 26 mars 2015. Lien : https://selune.hypotheses.org/650

Thomas O., 2016, L’histoire sous les lacs : pêcheries, moulins, gués et ponts sur la Sélune, Programme de recherche “Sélune” dirigé par M.-A., Germaine, Université Paris Nanterre, 23 juin 2016. Lien : https://selune.hypotheses.org/2116

Thomas O., 2017(a), Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune, Programme de recherche “Sélune” dirigé par M.-A., Germaine, Université Paris Nanterre, 09 février 2017. Lien : http://selune/hypotheses.org/2326

Thomas O., 2017(b), Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re)peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune, Programme de recherche “Sélune” dirigé par M.-A., Germaine, Université Paris Nanterre, 20 janvier 2017. Lien : http://selune.hypotheses.org/2318   

Thomas O. et Germaine M.-A., 2019, « De l’enjeu de conservation au projet de territoire : Le saumon atlantique au coeur des débats », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 18 numéro 2 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 31 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/22259 ; DOI : 10.4000/vertigo.22259

[1]Pêchée sur la Sélune depuis le Moyen Age à l’aide nasses aux seuils des pêcheries (ainsi que dans la baie du Mont Saint-Michel), l’anguille devait aussi être particulièrement recherchée, mais nous ne sommes pas parvenus à retrouver d’archives attestant de sa pêche par les pêcheurs à la ligne. Toutefois, comme ailleurs en France à cette époque, l’anguille devait très certainement être pêchée de nuit sur la Sélune au moyen de lignes de fond munies d’hameçons.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.