Parution d’un article dans la revue « Projets de paysage » : Entre désir de nature et peur de l’abandon : quelles attentes paysagères après l’arasement des barrages hydroélectriques de la Sélune ?

La revue Projets de paysage a publié un numéro spécial (n°20) intitulé « Paysages de l’eau« . Coordonné par Sylvie Servain, Nathalie Carcaud et Sabine Bouché-Pillon, celui-ci rassemble plusieurs contributions dont un article écrit par Marie-Anne Germaine, Ludovic Drapier, Laurent Lespez, Marie-Jo Menozzi et Olivier Thomas portant sur la vallée de la Sélune. Celui-ci s’intitule : « Entre désir de nature et peur de l’abandon : quelles attentes paysagères après l’arasement des barrages hydroélectriques de la Sélune ?« 

Vous pouvez accéder à l’article ici.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de cet article :

À travers l’exemple d’un projet de suppression de deux barrages hydroélectriques (16 et 36 m de haut), cet article propose d’examiner la place du paysage dans la construction d’un tel projet et dans le débat qui accompagne sa mise en œuvre. La suppression d’obstacles en travers aboutit de fait à une reconfiguration importante des milieux et des paysages de la rivière. Impliquant la définition de nouveaux paysages, la mise en œuvre de la restauration de la continuité écologique des cours d’eau se heurte sur le terrain à la multiplicité des représentations de la rivière et, plus largement, de la nature des différentes parties prenantes. Il s’agit de voir en quoi la pluralité des regards portés sur le paysage peut constituer un élément crucial pour appréhender les résistances vis-à-vis de la restauration écologique des cours d’eau. Cet article s’appuie sur la confrontation des représentations paysagères des riverains et usagers enquêtés via des entretiens qualitatifs, des propositions implicites des promoteurs de l’arasement et des propositions paysagères concrètes émises par les bureaux d’études, appréhendées dans le cadre d’une démarche d’observation participante. La mise en regard des projets de paysage formulés par les experts et des attentes exprimées par les habitants amène à réfléchir aux moyens de mieux prendre en compte la dimension paysagère. Alors que l’ensemble des projets d’effacement d’ouvrages conduit à créer de nouveaux paysages et pose la question des choix pour aménager l’espace dénoyé après abaissement ou disparition du plan d’eau, il semble nécessaire de prendre en considération les attentes des populations locales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.