La pêche du saumon d’hier à aujourd’hui : une lecture socio-historique des enjeux de gestion

Olivier THOMAS a présenté une partie de ses travaux menés sur la pêche dans la vallée de la Sélune à l’occasion du forum international SAMARCH (Salmonid Management round the channel / Gestion des salmonidés dans la mer de la Manche) organisé du 16 au 18 Mai 2018 au Mont-Saint-Michel par l’association Normandie Grands Migrateurs (NGM), en collaboration avec Bretagne Grands Migrateurs (BGM).

Cet événement s’est déroulé dans le cadre du programme de recherche franco-britannique SAMARCH (financement INTERREG de l’Union Européenne) dont le but est d’étudier les populations de saumons et de truites de mer, en particulier dans les zones côtières et estuariennes, en France et en Grande-Bretagne.

Ces journées avaient pour objectifs de faire un état des lieux des connaissances acquises sur les salmonidés migrateurs (saumons et truites de mer) et de discuter collectivement des enjeux de gestion. Elles ont rassemblé des scientifiques, des gestionnaires, des représentants de la pêche de loisir et des membres d’associations environnementales.

Olivier THOMAS a montré que les enjeux de gestion du saumon dans le massif armoricain n’ont pas toujours été les mêmes au cours de l’histoire, ce qui témoigne d’une évolution du regard que nous portons sur ce poisson migrateur (envisagé comme une « ressource » hier et comme un « patrimoine » aujourd’hui) et plus largement sur les fleuves et les cours d’eau.

Au terme de cette présentation, Olivier THOMAS a expliqué au cours des échanges que l’enjeu actuel de conservation des populations de saumon atlantique devait nécessairement devenir un projet collectif attaché aux fleuves et aux territoires encore fréquentés par ce grand migrateur.

Vous pourrez visionner ci-dessous sa présentation intitulée “La pêche du saumon d’hier à aujourd’hui : une lecture socio-historique des enjeux de gestion“.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.