Vidanges des lacs de la Sélune et pêches de récupération entre 1952 à 1993

Dans la vallée de la Sélune, la vidange du lac de Vezins a débuté au cours du printemps 2017 et devrait se terminer à l’été 2018. A cette occasion, un pêche de récupération de la faune piscicole devrait être organisée. L’opération n’est pas inédite puisque plusieurs pêches ont déjà eu lieu par le passé lors des différentes vidanges de Vezins et/ou de la Roche-Qui-Boit. Pour en reconstituer l’histoire, nous avons consulté les archives conservées à Vezins et à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM). Il s’agit pour l’essentiel de correspondances entre EDF, l’Administration des Eaux et Forêts, le Conseil Supérieur de la Pêche et les Sociétés de Pêche locale de St Hilaire et de Ducey. Les éléments rapportés ci-après en sont une synthèse.   

Depuis 1952, ce sont 7 opérations de vidanges des barrages de Vezins et/ou de la Roche-Qui-Boit qui ont eu lieu. La question de la pêche des poissons présents dans les lacs s’est posée à chaque fois, mais quelles que soient les mesures mises en place, il n’a jamais été possible d’empêcher une mortalité importante – par asphyxie – de la faune piscicole, que ce soit dans les lacs ou dans la Sélune. Par ailleurs, des aléas techniques (débits trop importants) ou naturels (crues) ont toujours contrarié la récupération des poissons des lacs. Enfin, il apparait que ces opérations ont largement contribué au peuplement du tiers aval de la Sélune par des espèces originaires de milieux cyprinicoles.

– 1952 –

Vidange des lacs de Vezins et de la Roche-Qui-Boit

En 1952, c’est la première fois que les lacs de Vezins et de la Roche-Qui-Boit sont vidangés. L’opération doit se dérouler entre le 15 avril et le 1er octobre. EDF, alors maitre d’ouvrage, doit organiser la pêche, mais ce sont les sociétés de pêche qui les premières font des propositions.

La Société de Pêche de Saint Hilaire fait savoir que le transport du poisson vers des étangs voisins apparait difficile et couteux. Une demande est donc formulée auprès de l’administration des Eaux et Forêts pour obtenir le droit de pêche au filet ainsi que le droit de vendre le produit de la pêche pour disposer ensuite des fonds suffisants pour permettre un rempoissonnement (Courrier du 27 mars 1952, le Président de la Société de Pêche de Saint-Hilaire à l’Ingénieur des Eaux & Forêts).

De son côté, la Société de pêche de Ducey demande l’installation d’une pêcherie en aval du barrage de la Roche-Qui-Boit pour empêcher les saumons de remonter dans le lac, mais aussi, et surtout,  pour éviter que les poissons carnassiers ne descendent dans la Sélune.

« Nous vous demandons (…) s’il vous sera possible d’effectuer des pêcheries afin de soustraire les gros voraces qui mettraient à sac notre rivière (…) » (Courrier du 4 mars 1952, le secrétaire de La Ducéenne à l’Ingénieur des Eaux & Forêts)

Par ailleurs, les pêcheurs craignent qu’une telle installation ne soit favorable au braconnage des saumons et demandent également une surveillance renforcée de la pêche :

«  (…) nous vous demandons de vouloir bien pendant la durée des travaux faire effectuer une surveillance vigilante pour que les braconniers ne puissent se livrer à la capture du saumon et l’utilisation du fil à quenouille » (Courrier du 4 mars 1952, le secrétaire de la Ducéenne à l’Ingénieur des Eaux & Forêts)

Quelques jours plus tard, le 26 mars, La Ducéenne précise sa requête et propose d’installer elle-même une pêcherie au lieu dit « La passerelle », c’est-à-dire au niveau du moulin de la Roche. Celle-ci pourrait être fabriquée à partir de grillage américain venant des pistes d’envol des terrains d’aviation. Un plan du dispositif de pêche est joint au courrier adressé à l’Ingénieur des Eaux & Forêts.

Plan du projet de pêcherie proposé par les pêcheurs de La Ducéenne

A Saint-Lô, l’administration des Eaux & Forêts a semble t-il plus de questions que de réponses à apporter :

« L’opération projetée par Electricité de France n’ayant encore jamais été réalisée, il est difficile de prévoir exactement ce qu’il se passera et par conséquent de prévoir les mesures les plus efficaces ni même les mesures réalisables. » (Rapport de l’Ingénieur des Eaux & Forêts, 21 mars 1952)

En fait, les autorités attendent les recommandations de la Direction Générale des Eaux & Forêts. Celles-ci leur parviennent le 29 avril dans un long courrier dactylographié de 6 pages précisant l’ensemble des dispositions à prendre pour engager la gestion de la pêche de récupération (attribution des droits de pêche, déversement des géniteurs en étangs, vente des espèces jugées nuisibles ou envahissantes, don des invendus, etc.). Mais cette lettre ne sera suivie d’aucune mesure concrète puisqu’à cette même date, la vidange du lac de Vezins vient de se terminer…

De leurs côtés, les pêcheurs n’ont pas attendu les instructions de Paris. Concernant l’installation d’une pêcherie tout particulièrement, le chef de district des Eaux & Forêts en déplacement sur les bords de la Sélune le 6 mai 1952 ne peut que constater l’initiative des pêcheurs locaux de la Ducéenne :

« L’association de pêche et de pisciculture de Ducey avait déjà assuré la pose du grillage à travers la Sélune à 200 m en aval du barrage de la Roche-Qui-Boit (ce grillage était à mailles carrées de 60×60 mm) dont elle avait demandé la pose. Comme d’après la note le Monsieur de Directeur Général ce grillage était à proscrire, j’ai signalé le fait à ladite association dont les membres m’ont déclaré qu’il serait vraiment utile (…). De ce fait, je n’ai donc donné aucun ordre pour enlever ce grillage (…) » (Courrier du 6 mai 1952, le Chef de District des Eaux & Forêts à l’Ingénieur des Eaux & Forêts)

Annoncée pour durer environ deux mois, la vidange du lac de Vezins est en fait réalisée en 6 jours par EDF, dont un abaissement de 11 m le dernier jour. En conséquence, dans la nuit du 28 au 29 avril ce sont 3 à 5 tonnes de carpes, plusieurs tonnes de gardons et des centaines de kilogrammes de brèmes qui sont envoyés, morts pour la plupart, du lac de Vezins à celui de la Roche-Qui-Boit. Au matin, des carpes sont encore présentes dans les trous d’eau en amont de l’ouvrage. Les règles en matière de sécurité n’étant pas en 1952 celles qu’elles sont aujourd’hui, il est décidé de tenter d’aller les pêcher :

« (…) dans le trou plein de vase situé au pied du barrage, au-dessous du niveau de la vanne qui n’est pas tout à fait au bas de l’ouvrage pipaient un certain nombre de grosses carpes qu’il fallait essayer de récupérer (…). L’opération fut difficile à réaliser, il fallut descendre au moyen de cordes du sommet du barrage une barque et quelques hommes qui capturèrent les carpes une à une. » (16 mai 1952, Rapport de l’Ingénieur des Eaux & Forêts)

Les carpes ainsi pêchées sont vendues à un marchand de poissons de Saint-Hilaire. Par ailleurs, la Société de pêche de Saint-Hilaire trouvera à vendre 27 kg de brèmes et 256 kg de carpes pour un montant total de 27 793 Fr.

Malgré les attentes des pêcheurs, très peu de brochets sont retrouvés à l’occasion de la vidange. Il est d’abord imaginé que les poissons sont remontés en direction de la queue du lac. Il apparaitra en définitive qu’ils ont pour la plupart été braconnés dans la nuit et c’est sur les étales des marchés à Ducey et à Avranches qu’ils seront retrouvés…

La vidange du lac de la Roche-Qui-Boit est quant à elle réalisée entre le 25 et le 28 juin 1952. Cette fois un arrêté est publié pour autoriser des pêches extraordinaires dans la Sélune ainsi que la vente des espèces jugées nuisibles ou envahissantes.

L’abaissement du lac se fait lentement et de façon progressive. La pêche se déroule sur deux journées, les 27 et 28 juin. Au total, 51kg de brochets et perches, mais aussi 279 kg de carpes et anguilles sont pêchés et vendus. On note aussi la capture de 9 saumons et d’une truite de 4kg, mais seuls 5 saumons apparaissent dans les comptes rendus des ventes… La Ducéenne sera dédommagée à hauteur de 28 534 Fr et 7 766 Fr seront reversés au Service des Domaines.

D’un point de vue piscicole, l’opération est néanmoins catastrophique. De grandes quantités de poissons meurent par asphyxie piégés dans 2 à 3 mètres de vases à l’amont de l’ouvrage. La faune piscicole est aussi entièrement détruite sur plusieurs kilomètres à l’aval du barrage :

« Notons qu’entre le confluent du « Beuvron » et de la « Sélune » avec le barrage de la Roche Qui Boit, c’est-à-dire sur une distance d’environ 4 km 500, toutes les espèces ont totalement disparu (salmonidés dominant). » (Courrier du 8 août 1952, le Garde commissionné des Eaux et Forêts au Directeur Général des Eaux & Forêts).

Aussi, pas moins de 19 saumons sont retrouvés morts au niveau de Quincampois. Plus en aval, les truites et saumons qui ont survécu à l’opération partagent dorénavant la rivière avec des chevesnes, des gardons, des ablettes, des brochets, des perches et des carpes.

– 1963 –

Vidange du lac de la Roche-Qui-Boit

En 1963, c’est la vidange du seul lac de la Roche-Qui-Boit qui est programmée. Elle doit se dérouler entre le 1er mai et la fin juillet. En concertation avec l’administration des Eaux & Forêts, Electricité de France envisage de transférer à la Société de Pêche « La Ducéenne » la gestion de l’opération de récupération des poissons et au Service des Domaines la vente de cette pêche. Mais le 27 avril 1963, le Président de la Société de Pêche de Ducey faisait savoir que l’association ne souhaitait pas se charger de cette opération :

« J’ai l’honneur de vous demander qu’à l’occasion de la vidange de cette retenue qui doit avoir lieu prochainement, et, en application de l’article 25 du décret du 16 septembre 1958, l’administration des Eaux & Forêts se substitue à ma Société, pour exercer son droit, remplir ses obligations, et accomplir toute opération nécessaire à la sauvegarde des intérêts de l’Etat et des pêcheurs. » (Courrier du 27 avril 1963, le Président de la Ducéenne à l’Ingénieur des Eaux & Forêts).

Dès lors, un projet d’arrêté est envisagé pour permettre à l’administration des Eaux et Forêts et à la Fédération Départementale de Pêche et de Pisciculture de pêcher dans la Sélune. En parallèle, une étude est lancée pour préparer l’installation d’une pêcherie composée de grilles à 200 mètres à l’aval du barrage. Les APP de la Manche sont aussi informées par courrier qu’elles seront autorisées à venir chercher à leurs frais des alevins ou des géniteurs pour empoissonner leurs territoires de pêche.

Le 11 mai 1963, la pêche est réalisée par les gardes de la Fédération, mais l’opération échoue en partie, car contrairement au débit 1 à 1,5 m3/s demandé, c’est un débit de 5m3/s qui est constaté à l’aval du barrage. Installés dans une barque, les gardes ne parviennent plus à travailler et chavirent. Pendant 2h, c’est à pied avec de l’eau jusqu’à la poitrine qu’ils parviennent à maintenir les grilles installées en appui sur la passerelle du moulin de la Roche. Dans ces conditions, seule une petite partie des poissons de la retenue parvient à être pêchée.

Des sandres, des brochets, des perches, mais aussi des carpes et des brèmes, pour un poids total de 250 kg, sont pris vivants, stockés dans des cuves et dans des bassins de 4m3 creusés pour l’occasion dans le terrain adjacent, avant d’être transférés dans l’étang de La Pommeraye à Saint Martin de Landelles. Un saumon pris à l’endroit de la pêcherie à quant à lui été tué et remis au propriétaire du terrain et des locaux occupés par les agents de l’administration pendant la pêche.

En aval, dans la Sélune, une mortalité qualifiée de « minime » par les gardes – mais estimée tout de même entre 300 et 400 kg – est constatée suite à l’opération de vidange. Il s’agit essentiellement de brèmes, de gardons, de perches, de brochets et de sandres. Des truites sont également retrouvées mortes suite au transport de volumes de vases jugés « considérables » à l’époque. Néanmoins, et pour le Conseil Supérieur de la Pêche, « compte-tenu des pertes inévitables lorsqu’on vidange un lac de retenue contenant une grande masse de vase, le résultat n’a pas été mauvais. » (Courrier du 15 mai 1963, l’Ingénieur du CSP chargé de la Région Piscicole de l’Ouest à l’Ingénieur Principal des Eaux & Forêts).

Lors de cette vidange, une vente des poissons pêchés à des mareyeurs a été autorisée par le Service des Domaines. Les bénéfices ont été en partie redistribués à la Fédération de Pêche et de Pisciculture de la Manche pour remboursement des frais engagés.

– 1967 –

Vidange du lac de Vezins

En 1967, la vidange du lac de Vezins s’est déroulée entre le 15 mai et le 30 septembre. Concernant le devenir de la faune piscicole, la Direction Départementale des Eaux & Forêts envisageait trois possibilités :

  1. Aucune pêche de récupération
  2. La récupération du plus grand nombre de poissons au moyen de filets, de grilles et tous les dispositifs utiles
  3. La récupération des géniteurs afin de ré-empoissonner le lac par la suite.

Le Conseil Supérieur de la Pêche est directement intéressé par l’opération. Il émet un avis dès le 15 février 1967 à l’attention de l’administration des Eaux & Forêts. Il est proposé notamment d’autoriser la société de pêche de Saint-Hilaire de prélever un maximum de poissons à l’aide de filets et d’utiliser des grilles pour récupérer le poisson vivant avant de le stocker dans des étangs voisins. Il est suggéré également de veiller à mettre en relation, au moyen de « talkie walkie », le responsable des pêches et la personne en charge de l’ouverture des vannes pour éviter, comme en 1963, que le système de pêcherie ne soit rendu inefficace à cause d’un débit trop important. Mais le 3 mai 1967, après une visite sur place, le Conseil Supérieur de la Pêche renonce finalement à l’installation d’une pêcherie à l’aval du barrage :

« Après examen attentif des lieux, je dois préciser que je ne vois pas comment je pourrai utilement contribuer à récupérer du poisson lors de la vidange de la retenue de Vezins. La largeur du cours d’eau en aval du barrage dépasse la longueur des grilles dont je dispose. La profondeur excède la limite permise pour l’utilisation de ces grilles. Enfin, en admettant que nous parvenions à récupérer quelques kilogrammes de poissons, l’escarpement des rives en rendrait le transport assez difficile et onéreux. Bref, les résultats possibles, en supposant le mieux, n’ont pas de commune mesure avec les risques auxquels serait exposé le personnel, ni même avec le coût de l’opération, compte tenu des pertes inévitables d’un matériel précieux, car il peut rendre ailleurs, employé dans des conditions normales, de très grands services. Il serait d’ailleurs d’autant moins justifié d’encourir de tels risques que l’intérêt général de la Pêche n’est pas en cause. » (Courrier du 3 mai 1967, l’ingénieur du CSP chargé de la Région Piscicole de l’Ouest à l’Ingénieur Principal des Eaux & Forêts)

Dès lors, et dans ces conditions, il est suggéré par le CSP d’opérer un abaissement lent du lac pour faciliter le transfert des poissons à l’aval, puis d’organiser une entente entre les deux sociétés de pêche locales concernant une récupération ultérieure des poissons.

L’idée d’un « transfert » de la faune piscicole de Vezins vers la Roche-Qui-Boit, qui sera mis en place pour la première fois en 1967, est en fait à attribuer au Préfet de la Manche de l’époque qui, dans un courrier du 5 avril 1967 destiné à l’Ingénieur en chef de la Direction Départementale de l’Agriculture, juge qu’il serait possible d’utiliser le lac de la Roche-Qui-Boit comme « réceptacle à une quantité non négligeable de certains produits de ponte et alevins ».

Deux brochets pêchés lors de la vidange du lac de Vezins en 1967

Par ailleurs, il avait également été envisagé d’organiser la vente sur place d’une partie des poissons pêchés à l’occasion de la vidange, mais le projet sera abandonné suite à une mauvaise communication avec le Service des Domaines de la Direction Générale des Impôts.

En définitive, et malgré les ambitions affichées, ce sont les pêcheurs des lacs et de Saint-Hilaire qui se chargeront de récupérer quelques poissons et de les transférer en amont, au niveau du moulin de Virey.

– 1977 – 

Vidange du lac de Vezins

En 1977, EDF fait savoir par courrier aux acteurs de la pêche (Conseil Supérieur de la Pêche, Fédération Départementale, APP de Saint-Hilaire du Harcouët) qu’une opération de vidange est prévue entre le 2 mai et le 1er septembre sur 20 à 40 jours et qu’ils sont ouverts à d’éventuelles propositions pour organiser la récupération des poissons. Saisi par le CSP, le chef du Service de l’Industrie et des Mines contactait EDF pour demander de « procéder à la vidange par temps frais et aussi lentement que possible » (courrier du 1 mars 1977). Toutefois, dans le même courrier, il est précisé que « l’aspect de récupération du poisson est secondaire ». Pour les pêcheurs de l’APP de Saint-Hilaire, l’opération tombe mal puisque ce n’est pas moins de 3 tonnes de poissons qui avaient été déversées dans le lac l’année précédente et qui seront perdues en cas de vidange. Une réunion de concertation est finalement organisée, mais la solution retenue n’en est pas vraiment une puisqu’elle consiste, comme en 1967, en une vidange franche devant permettre le transfert des poissons de Vezins à la Roche-Qui-Boit suivie d’une pêche de récupération des poissons à l’automne. Les archives disponibles ne permettent pas de savoir si celle-ci a eu lieu et quel en a été le résultat.

– 1982 – 

Vidange du lac de la Roche-Qui-Boit

En 1981, la Ducéenne avait demandé, par l’intermédiaire de la Fédération Départementale des Associations de Pêche et de Pisciculture de la Manche, que des grilles soient installées aux vannes des déversoirs du barrage de la Roche-Qui-Boit pour empêcher que les poissons carnassiers évoluant dans le lac (sandres et brochets notamment) ne descendent en 1ère catégorie et détruisent truitelles et tacons présents dans la Sélune.

Pour l’administration des Eaux & Forêts, la mise en place d’un dispositif empêchant la circulation des poissons d’un milieu piscicole à l’autre est qualifiée de « possible, mais difficile » (courrier du 14 avril 1981). Il est cependant proposé de solliciter EDF afin de doter les vannes de grilles 20x20mm ou d’installer un barrage électrique à impulsion pour repousser le poisson vers l’amont.

Les archives disponibles ne permettent pas de savoir quelle solution a été retenue ni même si un quelconque dispositif a été installé, mais « la perte de nombreux poissons » a été constatée par les pêcheurs (Courrier du 21 décembre 1983, L’Ingénieur des Eaux & Forêts au Président de la Société de Pêche de La Ducéenne).

– 1983 – 

Vidange du lac de Vezins

Lors de la vidange du lac de Vezins en 1983, aucune pêche n’a semble t-il été officiellement organisée. Pour la Direction Départementale de l’Agriculture, quelques poissons sont remontés vers l’amont tandis que la majeure partie de la faune piscicole (carnassiers et cyprinidés) est descendue dans le lac de la Roche-Qui-Boit. Une mortalité importante a aussi été constatée et seule une petite partie des poissons (des sandres surtout) a été pêchée par les habitants à l’aide d’épuisettes et de gaffes dont les manches avaient été rallongés pour l’occasion.

Pêche de récupération au moyen de gaffes et d’épuisettes en aval de Vezins en 1983

1993 –

Vidange des lacs de Vezins et de la Roche-Qui-Boit

La vidange du lac de Vezins débute le 29 mars 1993. Une nouvelle fois, EDF choisit de ne pas organiser de pêche de récupération en amont du lac mais de transférer les poissons en aval dans la lac de la Roche-Qui-Boit. Un pêcheur professionnel est missionné et dans la presse locale, on annonce la tenue d’un marché aux poissons tous les matins de 9h à 12h à proximité du barrage.

Mais la pêche ne se déroule pas comme prévue. La météo est particulièrement défavorable. Des pluies importantes provoquent une remontée du niveau du lac rendant difficile la maitrise de l’eau pour la pêche. En conséquence, à l’ouverture des vannes, ce ne sont pas seulement les poissons du lac qui dévalent mais aussi les sédiments accumulés par la crue à l’amont immédiat du barrage de Vezins.

« Je n’avais jamais vu de concentration de sédiments comme ça. On devait être à plus de 100 gr/L ! C’était plus de l’eau (…), c’était ce qu’on appelle de la crème de vase, (…) presque de l’eau qu’on peut tenir ! » (Témoignage d’un pêcheur professionnel présent en 1993)

Lors de cette phase de l’opération, la mise en suspension des sédiments a provoqué l’anoxie du milieu : l’oxygène disponible dans le lac de la Roche-Qui-Boit a diminué, engendrant la mortalité de la quasi totalité des poissons.

A l’aval de la Roche-Qui-Boit, un chalut avait été spécialement conçu et installé pour récupérer les poissons avant qu’ils ne descendent dans la Sélune.

Conception d’un filet par un pêcheur professionnel

Pêcherie installée en aval de la Roche-Qui-Boit en 1993

En amont des ouvrages, la topographie des lieux n’a pas facilité l’organisation de la pêche. En effet, contrairement à la plupart des lacs de plaine, l’accessibilité aux lacs de la Roche-Qui-Boit et de Vezins est particulièrement difficile et c’est au moyen d’hydroglisseurs qu’une partie des poissons a été récupérée.

L’un des deux hydroglisseurs en service en 1993

Finalement, et alors que l’objectif était de pêcher 20 à 25 tonnes de poissons, seulement 15 tonnes de poissons vont être récupérés. Une petite partie sera vendue sur place.

En aval des ouvrages, les conséquences pour la Sélune et la faune piscicole ont été particulièrement désastreuses, et la mémoire de cet épisode est encore très présente parmi les habitants.

– Quelles pêches de récupération en 2018 ? –

Contrairement aux précédentes vidanges, la maitrise d’ouvrage de la vidange en cours n’appartient pas à EDF, mais à l’Etat qui est responsable de la récupération des poissons présents dans la retenue de Vezins mais aussi – et surtout – de la gestion sédimentaire. L’objectif de protection de la Sélune et de la baie du Mont St Michel est aujourd’hui prépondérant, témoignant d’un enjeu environnemental qui n’était encore que marginal en 1993.

Concernant Vezins, la pêche de récupération devrait intervenir au cours de la phase d’abaissement complet du lac qui se déroulera à partir d’avril 2018. Elle fera probablement intervenir un pêcheur professionnel, et les acteurs de la pêche associative (Fédération de pêche de la Manche et AAPPMA locales) ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils proposaient d’être associés à cette pêche.

Dès à présent, un arrêté de sécurité en date du 17 mars 2017 a été publié. Il concerne la pénétration et la circulation dans l’emprise de la retenue de Vezins et couvre pour 2017 une zone géographique allant du lieu dit « La Ville » jusqu’au pont de Virey dans laquelle la navigation – et donc la pêche depuis une embarcation – est interdite. La pêche du bord (depuis l’extérieur des anciennes limites de la retenue) reste quant à elle autorisée. Un autre arrêté de sécurité couvrant la zone allant du lieu dit « La Ville » jusqu’au barrage de Vezins devrait être publié en 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.