Visite au barrage de Guerlédan pendant la vidange : une source d’inspiration pour la Sélune ?

Début septembre 2015, nous avons visité le lac de Guerlédan durant sa vidange. A la frontière des Côtes d’Armor et du Morbihan, ce barrage est situé sur la commune de Mûr-de-Bretagne. Support de multiples activités touristiques, le lac de Guerlédan s’est retrouvé vide durant toute la période estivale. Les collectivités riveraines ont alors décidé de faire de cette opération un événement attractif en invitant les visiteurs à découvrir le site sous un jour nouveau dans le cadre de visites guidées permettant d’arpenter un paysage lunaire et d’accéder à des vestiges engloutis. Relayée dans la presse et sur les réseaux sociaux, l’opération a connu un grand succès qui apparaît intéressant à suivre en vue de la vidange du lac de Vezins sur la Sélune, et plus largement des travaux qui devraient accompagner l’arasement des barrages du Sud Manche.

1. Quelques éléments de contexte à propos de la vidange du barrage de Guerlédan

Si cet événement est intéressant pour le territoire de la Sélune, c’est que le barrage de Guerlédan présente des dimensions comparables à celles du barrage de Vezins. Construit au début du 20ème siècle sur le Blavet, ce barrage mesure 45 mètres de haut (36 mètres pour Vezins) pour 206 mètres de large (278 mètres pour Vezins). Le lac représente une surface de 304 hectares (soit l’équivalent d’autant de terrains de foot). Construit dans les années 1920 pour produire de l’hydroélectricité, le barrage est aujourd’hui exploité par EDF.

La vidange n’est que temporaire : elle a été programmée afin de permettre d’effectuer des travaux d’entretien et de modernisation sur l’ouvrage concernant notamment l’étanchéité. Cette vidange s’inscrit dans le cadre des contrôles décennaux auxquels doivent répondre les exploitants hydroélectriques. Comme sur la Sélune, ce rythme n’a pas été tout à fait respecté puisque la dernière vidange remonte à 1985, soit il y a 30 ans. Cela explique la grande quantité de vases qui s’est accumulée à l’amont du barrage. Celle-ci représente d’ailleurs un risque pour la sécurité des personnes, c’est pourquoi l’accès au fond du lac n’est autorisé que dans le cadre des visites guidées organisées par les offices de tourisme. Plusieurs personnes imprudentes ont d’ailleurs expérimenté la dangerosité de la vase comme en témoignent les vidéos déposées sur Internet.

La vidange a débuté au printemps 2015 (mars/avril). Une période de 17 jours a été nécessaire pour abaisser progressivement le niveau d’eau. A l’issue des travaux, ce mois-ci (novembre 2015), le lac sera de nouveau remplit de manière naturelle au fil des précipitations mais la centrale hydroélectrique ne sera, elle, remise en service que début 2016. Au total, l’assec du lac aura donc duré près de 6 mois (mai à octobre).


Vidange du lac de Guerlédan : Récupération des… par OuestFranceFR

Vidéo sur la vidange de Guerlédan (©Ouest-France, Mai 2015)

Les poissons qui peuplaient le lac ont été récupérés pour être revendus. Sur les 20 à 30 tonnes de poissons vivant dans le lac, 4 à 5 tonnes sont des carnassiers (soit 20%). Ces derniers ne pouvant pas survivre à la vidange, il a été décidé de récupérer une partie d’entre eux dans les filets d’un pêcheur professionnel afin de transporter les plus beaux spécimens dans les plans d’eau les plus proches notamment pour la reproduction (les silures ont, eux, été détruits). A l’issue de la vidange, 13 tonnes de poissons seront réintroduits et la pêche reprendra fin 2017.

Mise en œuvre par l’exploitant du barrage EDF, elle est suivie par divers acteurs dont les services de l’Etat, les fédérations de pêche et les producteurs d’eau potable qui veillent à son bon déroulement.

2. L’histoire du barrage

Dans les années 1920, le barrage de Guerlédan voit le jour sur le Blavet au niveau de l’écluse de Guerlédan. Le barrage est en fait construit sur le canal de Nantes à Brest (construit au 19ème siècle) qui occupe le Blavet dans cette portion. Sa construction provoque l’ennoiement de 17 écluses aménagées sur le canal (qui par le développement du chemin de fer n’est plus concurrentiel). C’est le premier barrage en béton édifié en France. Comme les barrages du Sud Manche, sa construction représente un énorme chantier pour la région qui va durer plusieurs années et mobiliser de nombreux ouvriers. Comme les barrages de la Sélune, il a d’abord été exploité par une entreprise privée (1930-1946) puis géré par EDF depuis la nationalisation de l’électricité. Cette histoire et l’électrification des campagnes du Centre-Bretagne sont notamment racontées à l’Électrothèque de Guerlédan qui est un Musée de l’électricité situé à Saint-Aignan.

Il fournit 15 Méga Watts ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle en électricité d’une ville comme Pontivy (15 000 habitants). Sa production est donc comparable au complexe Sélune dont il est fréquemment annoncé qu’il alimente l’équivalent de la population d’Avranches (15 000 habitants). Le lac de Guerlédan constitue également un réservoir d’eau potable pour le Morbihan.

Situé dans les terres, le lac de Guerlédan fait par ailleurs l’objet d’une valorisation touristique : de nombreux loisirs s’y sont développé notamment la pêche aux carnassiers mais aussi du sandre, de la perche et des brochets. On remarque en particulier la présence d’un important site de villégiature de loisirs sur le site Beau rivage (chalets, emplacements de camping). Ces résidences secondaires sont notamment associées à la pratique de la pêche dans le lac. Dans ce même secteur, plusieurs restaurants et cafés sont installés en bordure du lac : ces derniers sont restés ouverts pendant la vidange. Une plage a été aménagée et plusieurs activités sont proposées (ski nautique, jet ski, canoë, VTT, randonnée, …).

Certaines de ces activités ont été suspendues par la vidange. Deux bateaux échoués sur les berges du lac rappellent que des croisières restaurant et promenade sont proposées sur le lac en période « normale ». Par ailleurs, la pêche est fermée pour les deux ans à venir (elle ne rouvrira que fin 2017). C’est peut être ici que se trouvent les quelques bémols à cette opération.

3. Les dispositifs mis en place pour attirer et accueillir les visiteurs

A l’occasion de la vidange, les offices de tourisme de Kreiz Breizh, Pays Centre Bretagne et Pontivy Communauté ont décidé de mettre en place divers dispositifs afin de valoriser l’évènement.

Un site Internet (voir aussi) a été créé. Il rassemble l’ensemble des informations pratiques mais aussi de nombreuses photographies et des éléments sur l’histoire des lieux.

Sur le terrain, 4 points d’accès et 2 points de vue ont été identifiés et aménagés. Ils ont pour but de contrôler la fréquentation de la vallée (même s’il est en réalité impossible d’empêcher les visiteurs ou riverains de pénétrer dans la vallée à partir d’autres points). Chacun d’entre eux est le départ de visites guidées organisées par un des offices de tourisme. En parallèle, un plan de circulation a été mis en place afin d’organiser les déplacements des visiteurs : certaines routes sont ainsi en sens unique tandis que d’autres sont fermées et une signalétique claire a été déployée sur le terrain pour guider les visiteurs d’un site à un autre. Des aires de stationnement complètent le dispositif : elles ont été aménagées dans des herbages riverains de façon à accueillir les véhicules particuliers mais aussi les bus et camping-cars sur chacun des sites. Elles sont équipées de toilettes et de points de récupération des déchets (domestique et tri sélectif). L’accès aux sites s’effectue à pied depuis ces parkings.

La carte des points d’accès et de la circulation (© Offices de tourisme de Kreiz Breizh, Pays Centre Bretagne et Pontivy Communauté)

L’accès au fond de vallée étant rendu dangereux par les sédiments accumulés (surtout au début de la vidange car dès l’été ces derniers avaient en fait séchés et offraient un terrain stabilisé plus facilement praticable), c’est par le biais de visites guidées que les visiteurs ont pu accéder au paysage découvert par la vidange. Beaucoup de vase s’étant déposée depuis la dernière vidange, des travaux ont été conduits pour l’évacuer et sécuriser la circulation des visiteurs. Différentes visites guidées étaient proposées au départ de chaque site de mai à octobre. Au prix de 2 € (pour les plus de 12 ans), ces visites pouvaient être réservées par Internet ou par téléphone ou bien être achetées sur place dans un des cabanons en bois installés à chaque point d’accès. Elles étaient assurées par des guides locaux et duraient entre 45 minutes et 1h30. Elles consistaient en une promenade commentée (le guide était équipé d’un microphone portatif) réunissant jusqu’à 60 personnes. C’est vêtus d’un gilet orange, les différenciant des particuliers s’aventurant seuls dans la vallée, que les visiteurs partent à la découverte de différents secteurs de la vallée de Guerlédan (en cas d’incident, le sauvetage des personnes évoluant seuls dans la vallée est à leur charge). La visite commence par une évocation du paysage de la vallée avant la vidange à partir de photographies du lac (rempli) et une lecture du paysage environnant faite en interaction avec les visiteurs par un jeu de questions-réponses. Outre la présentation de la région (curiosités à voir, etc.) et l’histoire du barrage, les guides proposent ensuite une interprétation des différents éléments d’intérêt qui ponctuent la promenade. Selon les lieux, différents éléments de l’histoire des lieux sont mis en avant d’autant que les vestiges sont riches et diversifiés : le chemin de halage, les 17 écluses (dont 7 maisons éclusières), un bateau échoué, les anciennes carrières d’ardoises, … La visite guidée permet aussi de découvrir des anecdotes historiques proches (évènements de résistance durant la seconde guerre mondiale) ou plus lointaines (construction du canal de Nantes à Brest). C’est aussi une invitation à découvrir d’autres sites de la région en lien avec l’histoire des lieux.

Visite guidée à l’Anse de Guerlédan (Septembre 2015, © Laurent LESPEZ)

Vestiges en fond de vallée à l’Anse de Guerlédan et à Trégnanton (Septembre 2015, © Marie-Anne GERMAINE et Laurent LESPEZ)

Le paysage des versants est marqué par la présence de nombreux troncs d’arbres antérieurs à la construction du barrage qui ont été conservés par l’eau. Ils participent au caractère lunaire du paysage. En revanche, les boues (sédiments) qui recouvrent le fond de vallée ont très rapidement été recolonisées par la végétation de fond de vallée (saules, renouée percipière, …) comme le montrent les photos ci-dessous prises en août et en septembre. Il reste cependant de nombreux endroits où les photographes peuvent trouver des sujets de paysage originaux avec des sols craquelés par exemple.

La recolonisation du fond de vallée par la végétation depuis Beau Rivage (Septembre 2015, © Marie-Anne GERMAINE et Laurent LESPEZ)

Sédiments et sols craquelés à l’Anse de Guerlédan (Septembre 2015, © Marie-Anne GERMAINE et Laurent LESPEZ)

De retour au point de départ, il est possible de compléter cette visite par la consultation de diverses brochures éditées pour l’occasion (Le Tour du lac de Guerlédan à pied, Agenda des animations, La vidange du barrage hydroélectrique de Guerlédan, …) ou l’achat de cartes postales du lac vide, d’autres souvenirs, mais aussi d’ouvrages plus complets renfermant des informations thématiques (album de photographies de la vidange, récit de l’histoire de la vallée, …).

Au-delà des visites guidées, d’autres activités sont proposées. Un sentier permet de faire le tour du lac. Long de 40 km, il offre des panoramas sur la vallée. Pour assurer la sécurité des visiteurs, 40 bornes SOS ont été installées afin de pouvoir contacter les secours. Des expositions sont aussi organisées (photos en plein air, histoire des canaux, …). Conférence sur la faune et la flore et l’histoire de la vallée, exploration photographique, … complètent l’offre.

Sur certains sites, comme à Trégnanton, des restaurants, cafés et boutiques temporaires (vendant des produits plus ou moins liés au barrage – DVD, littérature régionale, …) ont été installés aux abords du lac. Certains affichent être ouverts 7 jours sur 7 et ce jusqu’à 22h ce qui laisse imaginer le succès de l’opération. Plus étonnant, des spectacles sont aussi proposés à proximité du lac : spectacle équestre « Excalibur, l’éveil de Merlin » ; spectacles Son et lumière « L’Ô du lac » et illumination des élcus du canal de Nantes à Brest ; créations théâtrales (spectacle, rando théâtrale, création théâtrale équestre) et spectacle humoristique « Marie Guerzaille ».

Restaurants temporaires à Tregnanton (Septembre 2015, © Marie-Anne GERMAINE et Laurent LESPEZ)

Pour les offices de tourisme concernés, l’opération semble être un succès. A en juger par le nombre de véhicules stationnés sur les parkings (et affichant des plaques des départements voisins mais aussi bien plus lointains, la vidange apparaît bien en effet comme un évènement attractif que chaque visiteur recommande, par bouche à oreille, à ses amis et parents de découvrir.

La vidange de Guerlédan vue depuis un drone (©Nicolas CHARLES, Mai 2015)

Article rédigé par Marie-Anne Germaine et Laurent Lespez, Novembre 2015.


Une réflexion sur « Visite au barrage de Guerlédan pendant la vidange : une source d’inspiration pour la Sélune ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.