Retour sur la réunion publique du 5 juillet sur l’histoire de la vallée de la Sélune

Une centaine de personnes a participé à la réunion publique organisée le 5 Juillet à la salle des fêtes des Biards pour la restitution d’une partie de nos travaux. Nous sommes ravis d’avoir eu l’opportunité de faire cette présentation et souhaitons remercier très vivement la commune d’Isigny-le-Buat et plus spécialement Anne-Marie Hardé, maire délégué de Les Biards, d’avoir mis à disposition la salle des fêtes des Biards et de nous avoir accompagné dans les différents aspects logistiques. Sans leur aide, cette soirée n’aurait pas pu avoir lieu.  Nous remercions également l’ensemble des habitants et curieux de la Sélune de leur présence. Continuer la lecture de Retour sur la réunion publique du 5 juillet sur l’histoire de la vallée de la Sélune

Parution d’un article dans la revue Les Annales de Géographie : Déconstruire ? L’exemple des barrages de la Sélune (Manche)

Yves Le Lay et Marie-Anne Germaine ont publié un article dans la revue Les Annales de Géographie (n°175, 3/2017). Cet article intitulé « Déconstruire ? L’exemple des barrages de la Sélune (Manche) » porte sur l’analyse des articles de la presse locale – Ouest France, la Manche Libre et la Gazette de la Manche – traitant des barrages de la Sélune et du projet de démantèlement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit. Continuer la lecture de Parution d’un article dans la revue Les Annales de Géographie : Déconstruire ? L’exemple des barrages de la Sélune (Manche)

Soirée de restitution des travaux sur l’histoire de la vallée de la Sélune – 5 Juillet / 20h30 à la salle des fêtes des Biards

L’équipe de chercheurs présentera mercredi 5 Juillet 2017 à 20h30 une partie de ses travaux sur la vallée de la Sélune. Cette conférence publique ouverte à tous aura lieu à la salle des fêtes des Biards. Continuer la lecture de Soirée de restitution des travaux sur l’histoire de la vallée de la Sélune – 5 Juillet / 20h30 à la salle des fêtes des Biards

Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune

Au cours de l’été 1837, Stendhal a parcouru la Bretagne et la Normandie. Lors de ce voyage qu’il a décrit dans le Tome II de « Mémoires d’un touriste » (1838), il s’est arrêté à Avranches où il a pris le temps d’observer le paysage qui s’offrait à lui depuis les hauteurs de la ville (p.201) :

« (…) j’ai admiré une des plus belles vues de France. (…) On se trouve (…) sur le bord d’une vallée large, profonde, admirablement plantée d’arbres bien verts, avec un lointain qui se perd sur la droite au milieu de forêts, et la mer sur la gauche. ».

Avant de reprendre la diligence pour se rendre à Granville, l’écrivain a déjeuné dans une auberge d’Avranches. Le temps du repas, il est question de pêche et Stendhal s’amuse de la « politesse normande » (p.202) à l’égard des pêcheurs anglais qui fréquentaient alors les berges de la Sélune et de la Sée. Continuer la lecture de Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune

La Sélune au niveau du Pont de la République et du Pont sur le Lair au fil des saisons

Dans le cadre de l’Observatoire Photographique des Paysages (OPP) de la vallée de la Sélune, nous réalisons depuis 2014 des clichés d’environ 90 points répartis sur le bassin versant de la Sélune chaque saison (février, mai, août et novembre) afin de suivre les transformations saisonnières ou plus durables des paysages.

La série de clichés pris en amont et en aval du Pont de la République montre l’abaissement progressif du plan d’eau du lac de Vezins et l’apparition de berges sur lesquelles une végétation nouvelle est petit à petit venue s’installer. Elles témoignent aussi de l’apparition des vestiges engloutis sous l’eau comme l’ancien pont de la République. La série prise depuis le Pont sur le Lair témoigne des mêmes transformations. De nouvelles photographies seront prises tout au long de la vidange du plan d’eau en 2017 et 2018. Continuer la lecture de La Sélune au niveau du Pont de la République et du Pont sur le Lair au fil des saisons

Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

Les pratiques de repeuplement piscicole des cours d’eau ne débutent véritablement en France que dans la seconde moitié du XIXème siècle, après la redécouverte[1] de la fécondation artificielle de la truite en 1849 et la création de la pisciculture d’Huningue dans le Haut-Rhin en 1852 (Thibault, 1983)[2]. A cette époque, et bien que les historiens peinent à en trouver la preuve (Malange, 2011)[3], l’idée du « dépeuplement » des eaux marines et des eaux douces est profondément ancrée dans les discours des membres des sociétés savantes. Les naturalistes du XIXème siècle vont alors s’attacher à identifier les causes de la diminution des populations piscicoles en France. A l’exception du braconnage et de la présence d’animaux jugés nuisibles à cette époque comme les loutres, ce sont essentiellement les « externalités négatives » du progrès industriel qui sont pointées du doigt (Barthélémy, 2013)[4]. On recense ainsi de façon récurrente dans les écrits des sociétés savantes[5] et des scientifiques : la multiplication des seuils, écluses et barrages, les pollutions liées à l’industrie et à l’urbanisation (égouts), la destruction des habitats par dragage, curage et canalisation des rivières, et la surpêche (le développement des transports augmentant la demande en poissons). Continuer la lecture de Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

Ce site présente les résultats des recherches menées par une équipe de géographes et sociologues travaillant sur la vallée de la Sélune dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la rivière. Ce travail propose un état des lieux, un historique et un suivi des paysages et des usages de la vallée de la Sélune.