Sur la présence du saumon (et d’autres poissons) dans la Sélune avant la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit

La question de la présence passée du saumon et d’autres poissons migrateurs (anguille, lamproie…) dans la Sélune occupe une place importante dans le débat public depuis l’émergence du projet de démantèlement des barrages de Vézins et de la Roche-Qui-Boit au début des années 2000. C’est une question que l’on retrouve dans de nombreuses opérations de restauration écologique des cours d’eau en France.

Sur la Touques (Calvados), dans les années 1990, une partie des pêcheurs avançait que la création d’une passe à bassins permettant aux poissons le franchissement du barrage de la distillerie du Château du Breuil en Auge (1998) ne servirait à rien et que les truites de mer ne remontraient jamais le cours de la rivière. Aujourd’hui, la truite de mer a presque entièrement recolonisé le bassin de la Touques et ses affluents, et sa population est passée de 3000 individus en 1998 à plus de 12 000 aujourd’hui. Sur le Leguer (Côtes d’Armor), suite à l’effacement du barrage de Kernansquillec en 1996, le saumon a retrouvé ses anciennes zones de frai[1]. D’autres rivières pourraient être prises en exemple en Seine Maritime ou dans le Pas de Calais.

Que savons-nous de la Sélune ? Les sources disponibles relatives à la pêche des poissons migrateurs datent pour les plus anciennes du Moyen Age. Beaucoup concernent la baie du Mont St Michel, l’estuaire et la partie de la rivière sous influence des marées, jusqu’au moulin de Ducey. Par exemple, dans son Roman du Mont Saint-Michel datant du 12ème siècle, le moine montois Guillaume de St Pair décrivait l’abondance des ressources piscicoles, laissant deviner la grande richesse de la baie à cette époque quand l’esturgeon était encore présent (l’un des derniers fût pêché en 1905) et que des baleines passaient à proximité du Mont St Michel et de Tombelaine ou s’échouaient sur les rivages de Genêts :

 « Entre le mont et Tumbeleine

Cort tost la meir par mié lareine.

Plenté i a de granz saumons,

De lamprees, dautres peissons,

Quer len i prent et muls et bars,

Bons esturgons et granz sabars,

Torboz, plaïz, congres, harens,

Porpeis, graspeis, quant en est tens,

E tanz menuz peissons de meir

Que nes vos sei demiés nommeir. »[2]

Source : Guillaume de Saint-Pair, Roman du Mont Saint-Michel, (Livre I, chap.5, v.465-474)

Les documents sont plus rares pour la partie de la rivière située en amont du moulin de la Roche (c’est-à-dire le secteur actuellement sous les lacs et celui situé en amont). On sait cependant que les saumons et d’autres poissons migrateurs (l’anguille, l’alose…) sont historiquement présents en Normandie (Halard, 1983) dans l’Orne, la Vire, la Sienne ou encore la Sée, ainsi que dans les rivières du massif armoricain (Martin et Phélipot, 2014). La Sélune ne fait pas exception, jusqu’à la construction du barrage de la Roche Qui Boit en 1919. Ce billet propose de partager quelques sources qui témoignent de la présence passée du saumon sur tout le cours de la Sélune.

 1. De nombreuses pêcheries sur le cours de la Sélune

Depuis le Moyen Age, période au cours de laquelle le poisson tenait une place très importante dans l’alimentation (Mane, 1991), et jusqu’à la construction des barrages de la Roche Qui Boit et de Vézins, il y a toujours eu plusieurs pêcheries en activité sur le cours principal de la Sélune. La majorité d’entre elles étaient faites de murs en pierres sèches, appelés « perrés », qui barraient la rivière et de pieux en bois sur lesquels étaient fixés les filets. Toutes les pêcheries avaient pour vocation d’arrêter temporairement les poissons, qui trouvaient là autant de zones artificielles de repos, pour ensuite les pêcher. Au 17ème siècle, pour le seul fief de Haubert de Virey, on comptait huit pêcheries :

« De ce fief dépendaient 8 pêcheries sur les rivière Sélune et dYvrandes. Elles étaient ainsi désignées : La pêcherie du Moulin de Virey, la pêcherie de la Barbotière, la pêcherie de la Belutière, la pêcherie des Choiseaulx, la pêcherie au dessous du Gué des Choiseaulx, la pêcherie Pichard, la pêcherie du Gué de la Rouge-Terre et la pêcherie de la Gigannière »

Source : H.Sauvage, 1898-1899, Mémoires de la Société d’archéologie,  de littérature, sciences et arts dAvranches

Le cadastre Napoléonien[3] de 1825 permet de recenser onze pêcheries et trois moulins sur le seul secteur des lacs actuels :

Localisation des moulins et pêcheries sur le cours principal de la Sélune vers 1825 (Source : d'après le cadastre napoléonien)
Localisation des moulins et pêcheries sur le cours principal de la Sélune vers 1825 (Source : d’après le cadastre napoléonien)

Le nombre important de pêcheries témoigne de la richesse halieutique de la Sélune. Loin d’entraver la remontée des saumons, ces seuils installés dans les rivières participaient à la migration des poissons vers les zones amonts :

« Des barrages nombreux et peu profonds avaient pour conséquences un niveau deau constant, assez élevé pour permettre les migrations de diverses espèces. »

Source : P. Mane, 1991, p. 232

Les seuils des moulins de Vézins, des Biards, et de Virey étaient aussi utilisés pour piéger les poissons à l’aide de filets comme c’était régulièrement le cas du Moyen Age jusqu’au début du 20ème siècle :

« Autres zones de choix sur les cours deau, les retenues qui avoisinent les moulins hydrauliques sont presque toujours doublées en amont dune pêcherie ou dun vivier. Dailleurs, la dîme du moulin sapplique à la mouture mais aussi aux poissons capturés qui représentent un revenu comparable »

Source : P.Mane, 1991, p.232

La pêcherie du Neufbourg (sous le lac de la Roche Qui Boit) et celle de la Pimonière (sous le lac de Vézins) avaient très probablement une activité légale au début du 19ème siècle, comme en témoigne la toponymie sur la cadastre Napoléonien de 1825.

3 - Pêcherie du Neufbourg _ St Laurent de Terregatte _ 1826

Ces pêcheries pouvaient avoir des formes différentes en fonction des poissons recherchés. Les salmonidés comme le saumon et la truite étaient très prisés. L’anguille faisait aussi l’objet de pêches spécifiques, à l’aide de nasses confectionnées avec des baguettes flexibles en osier ou en coudrier (Mane, 2011, p.30).

« Pêcherie de la Pimonière », Cadastre Napoléonien, 1825. (Source : http://archives.manche.fr)
« Pêcherie de la Pimonière », Cadastre Napoléonien, 1825.
(Source : http://archives.manche.fr)

Après la Révolution, les pêcheries abandonnées étaient utilisées ponctuellement par les propriétaires riverains de la Sélune pour pêcher les saumons et le « guimoisseron[1] » comme c’était le cas dans les rivières du massif armoricain à cette époque (Martin P. et Phélipot P, 2014). Il est question de cette pratique dans un ordre de service des Ponts et Chaussés de la Manche en 1882 :

« En aval de ce pont [le Pont Neuf au niveau du Pont de la République actuel], il existe également un grand nombre de vieilles pêcheries qui devraient, dans un but dintérêt général et pour empêcher la destruction du poisson dans cette partie de la Sélune, être dessolés et les matériaux enlevés de la rivière, par ce moyen, les eaux rencontrant moins dobstacles, s’écouleraient dune manière plus régulière et causeraient certainement moins de dégâts en amont. »

Source : Rapport du conducteur des Ponts et Chaussés, 22/12/1882.

Les saumons devaient donc échapper aux pièges tendus par les propriétaires des pêcheries, par les meuniers et par les braconniers. Ces pratiques de pêche limitaient le nombre des poissons qui pouvait atteindre les zones de frai situées en amont de St Hilaire du Harcouët. Une part des saumons parvenait tout de même à passer en profitant des périodes de crues hivernales.

2. Des saumons pêchés au moulin de Virey en 1881

En avril 1881, un article du Glaneur de la Manche fait mention de quatorze saumons pêchés au filet à Virey par le propriétaire du moulin. Cette année là, les crues ont en effet emporté les pièges situés en aval permettant aux saumons de remonter plus nombreux dans la partie haute de la Sélune :

« Plusieurs pêcheries sur la Sélune, depuis Ducey à St Hilaire, emportées cet hiver par la violence des eaux, ont permis aux saumons de remonter très nombreux le cours de cette rivière. M.Martin, propriétaire du Moulin de Virey, en a, depuis trois semaines, déjà pris 14, parmi lesquels un mesurait 1m25. de longueur et pesait 11k 625 gr.

Espérons que nos rivières vont se trouver repeuplées de guimoisserons dont autrefois elles étaient si abondamment pourvues. »

Source : Le Glaneur de la Manche, 23 avril 1881

L’article fournit des informations importantes qui témoignent de la présence du saumon jusqu’à St Hilaire du Harcouët et même au delà. Tout d’abord, le fait que les pêcheries construites soient encore utilisées en hiver au 19ème siècle montre qu’il était possible de piéger les saumons qui entraient dans la rivière à cette période. Ensuite, le saumon « record » dont parle le journaliste mesure 1m25 mais ne pèse que 11 kg 625. S’il s’agissait d’un saumon frais, il pèserait environ 20 kg. Il s’agissait donc d’un saumon ravalé, c’est-à-dire un poisson qui avait frayé en amont de St Hilaire du Harcouët au cours de l’hiver 1880-1881 et qui redescendait en mer quand il a été piégé au niveau du Moulin de Virey. Enfin, le journaliste évoque l’abondance passée de « guimoisserons » (smolts de saumons). De nombreuses sources historiques permettent de juger de l’abondance passée du saumon dans la Sélune et de la productivité importante de cette rivière. Par exemple, lors d’une séance de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie, des sciences et des arts (Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1855), consacrée à la question « Les rivières de la Manche sont-elles toujours poissonneuses ? », l’un des membres, M.Juin, témoigne des pêches extraordinaires de guimoisserons réalisées sur la Sélune : « () cest lorsque le saumon dun an descend en avril, quon le pêche sous le nom de guimoisseron, à Ducey, près le moulin, et que quelquefois il est si abondant, quon le prend par hectolitres; alors on ne trouve pas toujours à la vendre aux habitants, et lon se trouve forcé de le donner aux porcs ».

Avant que ne soit fermée la Sélune par le barrage de la Roche Qui Boit, c’est essentiellement la pression de pêche associée – et favorisée – par la présence de nombreux seuils qui entrainait une forte variabilité du nombre des saumons qui remontaient la Sélune chaque année. Ainsi, au XIXème siècle, certains propriétaires de moulin n’hésitaient pas à rehausser leur seuil pour pêcher plus facilement les saumons qui se retrouvaient bloqués à l’aval.

3. Le projet avorté d’une échelle à poissons au moulin de Virey

Le 26 novembre 1882, des habitants de St Hilaire et des propriétaires d’habitations situées en amont du moulin de Virey déposaient une pétition auprès du Service Hydraulique des Ponts et Chaussés du département de la Manche à l’encontre de M.Martin, propriétaire du Moulin de Virey. Ils lui reprochaient de « ne lever jamais les vannes faisant suite au déversoir et que ce dernier ait été exhaussé il y a quelques années, négligence et exhaussement qui ont pour but de faire regorger les eaux sur les propriétés situées en amont » (Ordre de service de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 7 décembre 1882).

Dans son rapport, l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, mentionnait que les vannes et le seuil du moulin étaient utilisés pour bloquer les poissons et faciliter leur pêche :

« Il fut également constaté à ses diverses dates que les vannes faisant suite au déversoir navaient pas été levées (Cela se passe ainsi depuis fort longtemps et divers riverains prétendent que les vannes ne sont pas levées afin que le poisson ne s’échappe par là () »

Source : Ordre de service de l’Ingénieur des Ponts et Chaussées, 7 décembre 1882

Suite à l’enquête, l’Ingénieur intégra à son rapport et au projet de règlement un article concernant la construction d’une échelle à poisson. Cet article fut refusé par l’Ingénieur en Chef qui invoqua le caractère « dispendieux » de l’ouvrage, la perte d’eau pour l’usine, la loi du 31 mai 1865 sur la pêche et l’avis du Conseil Général de n’imposer la création d’une échelle à poisson qu’en cas de réfection d’un ouvrage sur une rivière navigable et flottable, ce qui n’était pas le cas de la Sélune :

« Par conséquent cet article ne me parait pas pouvoir être maintenu, à moins de circonstances particulières quil faudrait préciser. »

Source : Lettre de l’Ingénieur en Chef, 24 avril 1886

Le 30 avril 1886, dans la lettre de réponse à son supérieur, l’Ingénieur ordinaire faisait explicitement référence à la présence de saumons au niveau du seuil du moulin de Virey, mais s’inclinait devant sa hiérarchie :

« Jai lhonneur de vous retourner le rapport et le projet de règlement du moulin de Virey modifiés conformément aux instructions contenues dans votre lettre du 24 avril dernier.

Larticle du projet de règlement relatif à l’établissement dune échelle à poisson a été supprimé. Le barrage, dont une coupe figure dans les dessins des ouvrages régulateurs, est bien de nature à empêcher le passage des saumons, mais, comme vous, je pense quen se basant sur les circulaires ministérielles et la loi du 31 mai 1865, il y a lieu, la Sélune n’étant ni navigable, ni flottable, de ne pas imposer au propriétaire du moulin de Virey la construction dune échelle à poisson »

Source : Lettre de l’Ingénieur ordinaire à l’Ingénieur en Chef, 30 avril 1886

La Sélune se ferme donc partiellement une première fois en 1886.

4. Une nouvelle demande d’échelle à poisson en 1912 au moulin de la Roche

En 1911, M. Monnier, propriétaire du moulin de la Roche déposait auprès des services de l’État une demande de surélévation de son seuil pour permettre la transformation de son moulin en usine hydroélectrique. Plusieurs protestations s’élevèrent de la part des riverains situés en amont immédiat, lesquels voyaient leurs terrains régulièrement inondés. Parmi eux, un autre pétitionnaire, le Président d’une Société de pêche, demandait l’installation d’une échelle à poisson :

« Une autre protestation émane de M.Lebret, notaire à St Hilaire du Harcouët, agissant en qualité de président de la Société des pêcheurs à la ligne du Mortannais, il proteste contre lexhaussement du niveau de la retenue et demande quau cas où il serait passé outre il soit exigé du permissionnaire l’établissement dune échelle à poissons et la mise en place de grillages à lamont de la prise deau et à laval du canal de fuite ».

Source : Rapport de l’Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussés, Résultats de l’enquête, 1 mars 1912

Il est intéressant de remarquer que la Société des pêcheurs à la ligne du Mortannais était située en tête de bassin à plus de 20 km du moulin de la Roche. La demande d’échelle à poissons concernait donc très probablement les saumons que les pêcheurs du Mortannais avaient l’habitude de prendre dans la Sélune et ses affluents au dessus de St Hilaire. Par ailleurs, on note que M.Lebret demandait la mise en place de grillages « à lamont de la prise deau et à laval du canal de fuite ». Il s’agissait là d’une précaution pour éviter la destruction des poissons à la montée (saumons, truites de mer) et lors de la dévalaison (anguilles et smolts).

Deux ans plus tard, lors de l’enquête préalable à la construction du barrage de la Roche Qui Boit, les sociétés de pêcheurs à la ligne de la Sélune demandèrent dans le registre d’enquête la construction d’une échelle à poissons. Le Fishing Club de France[2] va également s’engager aux côtés des sociétés de pêche locales :

« Dans la commune de Ducey, plusieurs observations sont consignées au registre denquête : elles émanent des sociétés de pêcheurs à la ligne existant sur le cours de la Sélune ou de ses affluents, tant en amont quen aval du barrage proposé. Ces observations rendent toutes au même but : obtenir la construction d’échelles à poissons pour permettre la migration des truites et salmonidés qui sont nombreux dans le bassin de la Sélune. La Société des Pêcheurs à la ligne de lAvranchin, la Société des pêcheurs à la ligne du Mortannais, la Gaule Fougeraise sont daccord sur ce point. A leur demande est jointe une pétition de la société le Fishing Club de France dont le siège social est 43 Rue Saint Lazare à Paris qui déclare quelle actionnera en justice les permissionnaires si l’échelle à poissons nest pas prévue et établie par eux. »

Source : Rapport de l’Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussés, Résultats de l’enquête et décisions définitives, 29 avril 1914.

L’ingénieur parlait explicitement de « la migration des truites et salmonidés » et différenciait donc les truites farios des salmonidés migrateurs (saumons et truites de mer) qui fréquentaient le bassin de la Sélune. Comme en 1912, on remarque que les sociétés de pêche situées en tête de bassin (« Société des pêcheurs à la ligne du Mortannais, la Gaule Fougeraise ») sont directement intéressées par la mise en place d’une échelle à poissons. De plus, l’implication du Fishing Club de France, composée pour une grande part de pêcheurs qui pratiquaient la pêche à la mouche du saumon, révèle la valeur de la Sélune en tant que rivière à saumons à cette époque. L’Ingénieur y fait d’ailleurs allusion plus loin dans son rapport :

« Les intéressés et notamment les sociétés de pêcheurs à la ligne qui ont formulé des réclamations au moment de lenquête peuvent intervenir pour demander que le tableau de classement soit complété de manière à y comprendre cette rivière qui est certainement très intéressante au point de vue de la migration du poisson () . »

Source : Rapport de l’Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussés, Résultats de l’enquête et décisions définitives, 29 avril 1914.

Le classement de la Sélune n’interviendra qu’en 1924, en application du décret du 23 février qui définit l’obligation d’assurer la libre circulation des poissons via l’installation d’échelles à poissons.

5. Avant 1920, des saumons au delà du moulin de la Roche

En 1920, E.Dausse, alors membre de la Société dArchéologie, de Littérature, Sciences et Arts des arrondissements dAvranches et de Mortain, fait paraître un poème dédié au barrage hydroélectrique de la Roche-Qui-Boit et au lac. Pour l’auteur, le progrès technologique a permis aux hommes de « dompter » le cours de la Sélune. Dans les deux premiers quatrains, il nous décrit une rivière rapide où alternent radiers et fosses dans lesquelles se reposaient les saumons qui remontaient son cours :

« Farouche, au creux abrupt de ses gorges profondes,

Entre ses bois déserts et ses rocs éboulés,

Vierge et folle, en dépit des âges écoulés,

Elle se couronnait de royales osmondes.

 

Tantôt, en se ruant sur les blocs en débris,

Elle précipitait ses cascades fantasques,

Et tantôt, tournoyant, creusait de sombres vasques

Où le saumon trouvait ses familiers abris

() »

Source : Extrait de « La Sélune Domptée », E.Dausse, 29 août 1920, Revue de lAvranchin, Tome 19.

Ainsi, comme en témoigne ce poème, le saumon marquait l’imaginaire et participait à définir l’identité de la rivière bien au delà du moulin de la Roche.

Quelle Sélune demain ?

Les quelques sources présentées dans ce billet témoignent de la richesse halieutique et de la présence de saumons dans la Sélune par le passé. Depuis la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit en 1919, les poissons migrateurs (saumons, truites de mer, anguilles, lamproies marines…) ne remontent plus la Sélune que sur son tiers inférieur parce que l’obstacle est infranchissable. En cas de démantèlement des ouvrages de Vézins et de la Roche Qui Boit, la Sélune pourrait voir le saumon revenir sur les zones de frai qu’il occupait encore au début du 20ème siècle, du moulin de la Roche au moulin de Virey et même au delà de St Hilaire du Harcouët sur les nombreux affluents situés en tête du bassin versant (L’Airon, la Cance, le Lair…). Il ne s’agirait pas cependant d’un retour à un état « naturel » ou du rétablissement d’un « âge d’or ». Le contexte socio-géographique est différent de ce qu’il était il y a un siècle. Le rétablissement de la continuité écologique serait une nouvelle période de l’histoire de la Sélune à laquelle les habitants et les usagers de la vallée choisiront – ou pas – de participer.

Article rédigé par Olivier THOMAS, Mars 2015.

Références bibliographiques

 _, 1855, « Les rivières de la Manche sont-elles toujours poissonneuses ? », intervention de M.Juin membre de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie, des sciences et des arts, Annuaire des cinq départements de la Normandie, séance du 25 juillet 1855.

Halard X., 1983, La pêche du saumon en Normandie du XIème au XVème siècle, Journal of Medieval History, vol. 9, 173-178.

Mane P., 1991, Images médiévales de la pêche en eau douce, Journal des savants, pp. 227-261

Mane P., 2011, Canne à pêche, foëne, filet et autres engins de pêche en eau douce au Moyen Age, Ethnozootechnie, n°90, pp.21-31

Martin P. et Phélipot P., 2014, Le saumon en Bretagne, Skol Vreizh, 159 p.

[1] Le « guimoisseron » était le nom donné en Basse Normandie au petit saumon lorsqu’il dévalait en mer à la fin de l’hiver et au printemps. On parle aujourd’hui de smolt. Le saumon a alors une teinte argentée, brillante, et mesure en moyenne 20 cm.

[2] Le Fishing Club de France est la plus ancienne association nationale de pêcheurs à la ligne. Elle a apporté son concours à la mise en place de la loi de 1941 sur la pêche, puis à la loi sur l’eau de 1964.

[1] Lien : http://www.observatoire-poissons-migrateurs-bretagne.fr/etudes/func-startdown/468/

[2] « Entre le mont et Tombelaine, la mer sillonne rapidement le sable. Il y a là en abondance des grands saumons, des lamproies, et d’autres poissons : on y prend des mulets, des bars, de bons esturgeons et de grands sabars, des turbots, des plies, des congres, des harengs, des marsouins, des baleines quand c’est l’époque, et tant de petits poissons de mer que je ne saurais vous en nommer la moitié ! »

[3] Lien : http://recherche.archives.manche.fr/?id=recherche_cadastre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.