Souvenirs d’inondations

La Sélune est décrite comme une petite rivière tranquille. Elle offre une autre image quand il pleut beaucoup car elle peut alors déborder et créer des inondations. Le quartier du Pavement à Poilley et les bas-quartiers de Ducey sont avec Saint-Hilaire-du-Harcouët les zones les plus vulnérables aux inondations comme le montrent les évènements recensés par Ronan Leclair[1]  depuis le début du 19ème siècle.

1.    Le risque d’inondation parmi les arguments contre l’arasement des barrages

Dans le contexte d’arasement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit, la question du rôle de ces derniers vis-à-vis des crues est souvent mise en avant : ces ouvrages sont-ils régulateurs ou pas des inondations ? Et, comment va-t-on se prémunir des inondations après la suppression des barrages ? L’enquête publique réalisée durant l’automne 2014 dans le cadre du démantèlement des barrages a tout spécialement révélé cette inquiétude. Parmi les avis défavorables exprimés (pour rappel : au total, 4565 avis collectés dont 53% favorables et 47% défavorables), 1499 avis mettent en avant le risque d’inondation, soit près de 70% des avis défavorables. La crainte d’une aggravation des inondations (69%) figure comme l’argument principal avec la perte de production d’énergie renouvelable (70%) devant le coût de l’opération (63%) et le pessimisme environnemental (60%).

 

Par courrier

Par mail

Par registre en mairie

Total

Mention du risque inondation

794

296

409

1499

52,96 %

19,74 %

27,2 %

100 %

Figure 1 : Mention du risque inondation dans l’enquête publique de 2014[2]

Dans le détail, le rapport de l’enquête publique montre que cet argument recouvre plusieurs points. Certains avis attribuent clairement un rôle écrêteur au barrage. D’autres mettent en avant le rôle d’EDF via la gestion du niveau de la retenue avant la crue qui permet de « tamponner » la crue en maintenant par exemple une côte basse du lac de Vezins en hiver afin d’absorber une partie du débit. D’autres avis s’appuient sur des éléments plus personnels : ils font état de leur propre expérience de la crue ou se remémorent les conséquences des inondations récentes en insistant sur les conséquences dramatiques qu’une aggravation pourrait avoir pour les industries installées à Ducey notamment. Enfin, une partie des avis met en perspective ce problème avec la possibilité d’une plus forte occurrence à venir de ces phénomènes en s’appuyant sur l’actualité (changement climatique) et les crues qui surviennent au niveau national.

Sur le terrain, c’est surtout à l’aval des barrages que cette préoccupation est sensible. Durant le printemps 2018 puis l’automne de la même année, des enquêtes ont été réalisées le long de la Sélune à Ducey et Poilley auprès de pêcheurs, de joueurs de pétanque, d’habitants du quartier du Pavement à Poilley et dans les bas-quartiers de Ducey, de responsables d’industries et d’élus locaux (Fig 2). Il s’agissait d’interroger ces habitants sur leurs souvenirs d’inondations et de mieux comprendre leur perception du risque d’inondation et de son éventuelle aggravation.  Figure 2  – Localisation des personnes rencontrées à Ducey et Poilley (Fond de carte OSM). Les prénoms ont été modifiés 

Les dernières grandes inondations remontent au début des années 2000. Nous avons rencontré des habitants qui avaient vécu cet épisode et d’autres crues, d’autres qui avaient passé leur enfance dans le quartier et ont partagé des souvenirs plus anciens avec nous, ainsi que des gens installés plus récemment. Ces rencontres ont montré un double attachement : un attachement au dispositif technique – le barrage – perçu comme protecteur des inondations et un attachement au dispositif humain qui s’active lors des inondations.

2.    Se souvenir de l’inondation

Outre les épisodes de crues dont certains se souviennent quand ils étaient enfants, on nous a raconté les inondations de 1990, 1995, et surtout 2000. Ces souvenirs sont cohérents avec les arrêtés de catastrophe naturelle qui ont été pris dans le secteur (Fig 3).

Type de catastrophe

Début le

Fin le

Arrêté du

Inondations et coulées de boue

14/02/1990

11/02/1990 (Poilley)[3]

17/02/1990

17/02/1990 (Poilley)

16/03/1990

24/05/1990 (Poilley)

Inondations et coulées de boue

17/01/1995

31/01/1995

06/02/1995

Inondations, coulées de boue et mouvements de terrain

25/12/1999

29/12/1999

29/12/1999

Inondations et coulées de boue

12/11/2000

13/11/2000

03/04/2001

Figure 3 – Arrêtés de catastrophe naturelle depuis 1990 dans la commune de Ducey et Poilley (https://www.communes.com/risques-ducey et https://www.communes.com/risques-poilley-50 )

2.1 Des objets qui incarnent la mémoire des inondations

Le souvenir des inondations passe souvent par des objets. Pour un riverain, ce sont les journaux d’époque qu’il conserve et qu’il étale sur la table durant l’entretien. Chez un autre, c’est un tas de parpaings pour surélever les meubles qui sont restés dans le fond du jardin, des photos rangées dans un meuble ou encore un petit bateau laissé là par le précédent propriétaire et prêt à porter main forte aux inondés.

Cliché : MJ Menozzi (2018)

Figure 4 – Des parpaings au fond du jardin en attendant les prochaines inondations

D’autres se documentent en lisant des articles ou en menant des enquêtes plus approfondies. Ainsi, un habitant installé récemment a acquis une certaine mémoire des inondations à partir de lectures sur les épisodes plus anciens. Il regrette que cette mémoire ne soit pas entretenue et qu’on ne produise pas plus de connaissances sur le fonctionnement des crues avant les barrages. Il imagine par exemple le recours à des modélisations : « Les choses se passent. On sait modéliser, on nous les présente pas. C’est simplement technique ». Cette mémoire, selon lui, permettrait de mieux gérer le risque.

2.2 Des débordements réguliers qui n’affectent que les prés

Les inondations le long de la Sélune ne sont pas quelque chose d’exceptionnel. Les prés se remplissent d’eau régulièrement : « De toute façon on subissait les inondations, on était habitués. Mais là je parle des inondations dans les champs, pas dans les maisons ». Un élu se souvient aussi de la montée des eaux comme un phénomène fréquent : « enfant, malgré les barrages, j’ai vu passer l’eau par-dessus la route nationale. C’était presque chaque année … ». A l’inverse, les inondations de 2000 sont remémorées comme exceptionnelles : « Enfant, il y a déjà eu des inondations, mais pas important comme ça [comme en 2000]. Les prés inondés, le chemin inondé, le pavement sous l’eau mais pas les maisons ».

L’inondation marque les esprits lorsque les biens sont envahis par l’eau entrainant plus ou moins de dégâts. Les souvenirs d’enfance que nous avons recueillis ne contiennent aucun récit vraiment marquant. Ces personnes gardent bien en mémoire le souvenir de l’eau qui monte, qui envahit la rue, voire les maisons voisines, mais n’ayant pas été personnellement touchées, la dimension émotionnelle est moindre comme en témoigne une habitante : « Dans la mesure où nous n’avions pas les pieds dans l’eau, je ne l’ai pas vécu comme quelque chose d’effrayant, mais c’était effrayant de voir les gens du Pavement avoir de l’eau dans leur maison. Pour eux c’était terrible ». Les souvenirs reviennent en parlant : « les voisins, qui tenaient un salon de coiffure, étaient régulièrement inondés. Toutes les maisons de la rue, donc les maisons ont été rehaussées, mais elles ne l’ont pas été suffisamment. Puisque cette fois-là ça a été inondé. C’était le cas aussi de l’autre maison, au croisement de la rue. De mon enfance, j’ai souvenir de toutes les maisons inondées, sauf mes parents qui avaient rehaussé la maison, sauf qu’en 2000 ça a été inondé ».

Dans la zone industrielle de Ducey, proches des prés régulièrement inondés, les inondations n’inquiètent pas. On se souvient des déviations rendues obligatoires par le recouvrement des routes par l’eau mais on ne craint que pour la station d’épuration de la fromagerie, plus basse que les locaux de l’entreprise.  

2.3 Le récit des inondations exceptionnelles de 2000

Si les inondations des prairies sont vécues comme quelque chose de normal, cela l’est beaucoup moins quand l’eau atteint les zones urbanisées comme à l’automne 2000. Les souvenirs recueillis auprès des riverains conduisent à distinguer trois moments : avant, pendant et après les inondations.

Avant

De fortes pluies peuvent faire craindre des inondations. L’eau commence à monter dans les prés, et si cela se poursuit, s’engage dans les rues basses, au risque d’atteindre les maisons. Quand il pleut, les riverains regardent les prés se gorger d’eau. À partir d’une certaine limite, ils commencent à s’inquiéter, comme ce fut le cas l’année précédant nos enquêtes, en 2017.

Au mois de novembre 2000, « Il avait beaucoup plu les jours précédents. On s’est dit, ça y est, on va déguster ». Une habitante raconte son inquiétude une fois prévenue des inondations à venir par les pompiers : « Quand est-ce que l’eau va arriver ? ils ne savaient pas ». Ce dont se souvient ce couple, c’est que l’eau montait de manière égale : 10 cm par heure. « C’est pas brutal », précisent-ils. Puis, la crue a tout recouvert : « L’intégralité du territoire, il y a 2000m² là, la maison puis le jardin, c’était intégralement recouvert ».

Cette montée lente est-elle liée à l’effet retardateur des barrages ? C’est ce que suggère cet autre habitant : « J’ai vu des montées d’eau, mais des inondations, des hivers réguliers, des prés couverts, normal. Mais jusqu’à un certain niveau. Vraiment des inondations, des grandes inondations : 2000, 1995, sinon ? … et les barrages ça aura été une chance ». C’est aussi ce que confirme l’expertise réalisée en 2012 par Egis Eau pour la DDTM de la Manche (Fig 5) : la présence des barrages peut retarder l’arrivée d’une crue à l’aval de quelques heures.

Source : DDTM 50

Figure 5 – Évolution du débit de crue selon l’expertise réalisée en 2012[4]

Du fait de la lenteur de la montée de l’eau, la question d’un éventuel danger n’est pas mentionnée à propos des inondations à Ducey et Poilley car ce ralentissement permet d’anticiper. Un processus d’alerte a le temps de se mettre en place afin de prévenir les habitants et qu’ils prennent les mesures nécessaires pour mettre leurs biens à l’abri. Ainsi, cet habitant explique avoir eu le temps de déplacer sa voiture : « bon alors évidement il faut mettre les voitures, la voiture il faut la mettre au sec, dans le bourg » car « oui, oui [il a assez de temps car] ça monte doucement, c’est pas un torrent ». La situation de la Sélune est d’ailleurs souvent comparée aux épisodes torrentiels dont sont victimes les départements du Sud Est de la France comme l’Aude par les personnes rencontrées : « Ça monte doucement. C’est pas dangereux du tout, on n’est pas en péril ».

Pendant

Les inondations induisent un bouleversement dans l’organisation du quotidien. Il faut des cuissardes pour sortir de la maison ou bien attendre au premier étage que l’eau baisse. L’électricité, le gaz et l’eau sont coupés. Le rez-de-chaussée est déménagé. Les meubles lourds sont mis sur des parpaings tandis que le reste du mobilier qui peut l’être est monté dans les étages.

L’inondation en elle-même ne dure pas très longtemps – « Ça monte très vite et ça descend très vite » ou « Ça baisse assez vite. Ça grimpe et ça redescend » même si les souvenirs divergent (pour certains, 48 h pendant que d’autres disent avoir eu la maison dans l’eau durant 8 jours). Dans tous les cas, ce temps court n’empêche pas l’inondation de commettre des dégâts : « Mais ça a le temps de bousiller tout, les tapisseries, … ». Plusieurs des personnes rencontrées nous ont montré les photos prises de leur maison avec 30 cm d’eau et les meubles surélevés.

Si les inondations ne sont pas perçues comme dangereuses, elles restent impressionnantes : « On regarde si le voisin en a plus que chez soi », « Les gens du coin, les veinards. Pendant que nous on avait 50 cm de flotte, eux en avaient que 15 ! ».

Au final, raconter l’arrivée de l’eau dans les maisons suscite de grands émois, exprimés par les mots, le ton de la voix et ce sont des sujets dont on n’a finalement pas très envie de parler car on préfère oublier : « On enfouit ça, on oublie. Comme c’est des mauvais souvenirs … ». Vivre l’inondation de sa maison, « c’est un cauchemar, c’est insupportable ».

Après

Puis, après il est nécessaire de remettre de l’ordre et de la propreté, nettoyer les souillures, réparer ce qui a été abîmé. Un habitant se souvient avoir été payé par l’assurance pour avoir lui-même assuré le ménage à son domicile. On nous explique que la rivière ne charrie que du sable, et non pas de la vase comme dans l’Aude, ce qui est plus facile à nettoyer. Enfin, après le temps du nettoyage vient celui de l’évaluation des dégâts, des réparations, de prestations d’assurances.

3.      Responsabilités humaines et techniques face au risque d’inondation

Les souvenir sont racontés sur un registre personnel et émotionnel. Mais dans la recherche des explications, les discours prennent une dimension collective et sociale, en questionnant les rôles des uns et des autres. Il est alors fait appel aux rôles des hommes mais aussi des techniques qui peuvent, ou empêcher, ralentir la crue, ou bien au contraire l’aggraver.

3.1 Le rôle des humains dans la gestion de la crise

Le récit des inondations de 2000 met en avant une défaillance humaine : le barrage n’a pas été bien géré. Les riverains rencontrés considèrent que c’est le dispositif humain qui a failli, pas le dispositif technique, reconnaissant à celui-ci toute son efficacité. Ainsi, ils remettent en cause le comportement des personnels en charge de la gestion du barrage : « Pour moi les inondations, ici on a été inondés deux fois, le 8 novembre et le 13 novembre. Ça, je pense, les gens [les personnels d’EDF qui travaillent au barrage] qui devaient surveiller étaient partis faire la fête à Saint-Martin. Il y a eu quelque chose, je voudrais pas être médisant ». Cet événement est ainsi imputé à un défaut de surveillance ponctuel qui a depuis été résolu. 

Les riverains évoquent également le dispositif mis en place pour gérer l’alerte et la prise en charge des habitants sinistrés avec l’intervention des gendarmes et des pompiers notamment qui sont venus les prévenir et les ont aidés à organiser la maison pour échapper aux inondations : « Il y avait un couple âgé de 80 ans. Les pompiers étaient venus les chercher en barque ». Ils se remémorent aussi l’entraide entre voisins comme ceux qui leur apportaient du pain.

C’est dans les humains qui gèrent le dispositif technique et le système d’alerte que plusieurs riverains placent toute leur confiance. Selon un ancien sinistré, s’il n’a pas connu d’inondation depuis 2000 c’est parce-que le barrage est à présent l’objet d’une « surveillance sérieuse ». S’ils mentionnent que le système d’alerte s’appuie aussi bien sûr sur une surveillance informatique, leur satisfaction et tranquillité reposent aussi sur la confiance placée dans leur maire qui « nous renseigne bien, surveille bien et s’occupe de tout ».

3.2 Le rôle des barrages pour réduire les risques

Dans les différents discours recueillis, aucun riverain ne met en cause les barrages dans les inondations de 2000. Au contraire, ils estiment que c’était une bonne chose qu’ils soient là et que dans le cas contraire les choses auraient peut-être été pires : « Là le barrage existait, mais c’était une nouvelle équipe au barrage qui n’avait pas su réguler l’eau ». Pour décrire le rôle des barrages, différents paramètres sont mobilisés tels que des données techniques : le seuil de 80m3/s qui déclenche l’alerte, l’ouverture des vannes de fond tel jour ou encore la côte hivernale. Deux principaux arguments sont mobilisés pour justifier leur rôle protecteur : en régulant le débit d’eau et en ralentissant les écoulements vers l’aval, ils permettent d’éviter les débordements ; et en amont le réservoir permet d’absorber le trop plein d’eau.

Nous n’avons d’ailleurs rencontré aucun riverain de l’aval qui soit favorable à l’arasement des barrages. Tous disent ne pas comprendre cette décision. Pour les gens de l’aval, les barrages servent à réguler les inondations. Les lacs sont envisagés comme des « réservoirs » permettant de stocker le trop plein d’eau en cas de fortes pluies. Ces retenues jouent le rôle d’une « éponge » qui absorbe ce trop-plein. Un riverain, inquiet de voir son bien inondé, attribue même la construction des barrages à la limitation du risque inondations suite aux inondations de 1901.

3.3 Mais aussi d’autres facteurs aggravants

Raconter les inondations est l’occasion de se questionner sur les facteurs de risque en lien avec l’aménagement du territoire depuis plus d’un siècle. À côté du rôle régulateur des barrages, les habitants parlent aussi de la disparition d’un certain nombre de freins aux inondations.Figure 6 – Eléments de l’aménagement du territoire qui influent sur le risque inondation selon les riverains (source du fond de carte : géoportail.gouv.fr) En vert ce qui limite le risque, en rouge ce qui accroit le risque.

La transformation des paysages (remembrement, disparition des haies et talus) et pratiques agricoles (maïs) est incriminée en premier lieu. Ainsi, cet habitant dit : « On sera inondés en permanence ! Il n’y a plus de rétention naturelle, il n’y a plus de talus, on a bouché les chemins creux… L’eau va directement à la rivière ».

L’urbanisation est ensuite pointée du doigt. Cependant ce n’est pas forcément, ou seulement, la construction en zone vulnérable qui est évoquée mais aussi les effets de l’artificialisation des sols sur les processus de ruissellement : « Le risque d’inondation s’est certainement accru avec les constructions ici, il y a moins de terre pour absorber l’eau ».

Plus ponctuellement, ce sont des aménagements empêchant la circulation de l’eau et provoquant l’ennoiement de quartiers de Ducey qui sont dénoncés : le remblai de l’ancienne voie de chemin de fer ainsi que la route nationale sont ainsi identifiés comme des obstacles. Il est fait référence à la sagesse des anciens qui ne construisaient pas dans des zones inondables pour se convaincre que les rues basses de Ducey ne pouvaient pas être inondées avant et que les risques d’inondation ont dû apparaître plus tard. C’est depuis la construction de la route départementale et la construction du remblai de la voie de chemin de fer que les choses auraient changé : « Moi je pense que, on n’avait pas d’inondations. Ici on est dans les anciens quartiers de Ducey, on est dans le bas de Ducey, vraisemblablement habité depuis fort longtemps. Et malheureusement c’est la construction de la route dans les années 1800. Elle fait barrage, et derrière il y a encore le remblaiement de la voie de chemin de fer … ce qui fait qu’on est devenus inondables […] J’ai tendance à croire que si nos ancêtres ont construit dans le bas de Ducey, c’est parce qu’ils n’avaient pas d’inondations. L’eau devait partir parce-que-que la route n’existait pas, que la voie de chemin de fer n’existait pas ».

Les inondations sont aussi reliées pour certaines personnes à un manque d’entretien de la rivière. Les plus anciens, qui ont passé une partie de leur enfance ici, se rappellent le lit de la rivière, fait de graviers et de sable et non pas de vase comme aujourd’hui. Ils mentionnent aussi les embâcles, qui empêchent un bon écoulement de l’eau : « Quand il y a des branches qui tombent, c’est pas toujours … ça manque peut-être d’entretien. Ça fait des branches qui font des embâcles et qui retiennent ».

Après avoir énuméré ces facteurs complémentaires, le maintien des barrages apparaît d’autant plus crucial car personne ne croit qu’il soit possible de changer les pratiques agricoles, de remettre en cause les constructions en zones inondables ou encore de modifier la route ou la voie ferrée. Les barrages sont perçus comme l’élément majeur d’un système statique : ils n’envisagent pas de changement et s’appuient sur une solution de statu quo pour minimiser le risque.

4.      Des inquiétudes renforcées par le manque d’information

À l’issue de l’enquête publique, le commissaire enquêteur met en perspective la perception du risque d’inondation par les riverains et les conclusions des études hydrographiques réalisées en 2012 pour la DDTM considérant que l’aggravation du risque n’est pas avérée. Cependant cette conclusion n’est pas partagée par l’ensemble des habitants qui restent peu sensibilisés et très mal informés par les services de l’Etat de manière plus générale sur l’opération de suppression des barrages.

4.1 Des habitants peu informés

Les habitants sont inquiets pour leur sécurité mais aussi pour la valeur de leur bien : « On a dit que si on était de nouveau inondés, je demandais aux gens qui ont signé cet arrêté d’arasement des barrages, de racheter mon bien ». Ils s’inquiètent de voir leur maison inscrite officiellement en zone à inondable : « Là ça craint. Quand on vous dit, quand il y a un arrêté qui est sorti, disant que vous êtes en zone inondable, on savait plus ou moins qu’on était en zone inondable, mais quand le notaire est obligé de déclarer à la personne qui achète un bien, qu’il achète un bien en zone inondable … ». Cette situation est dure à accepter : « il va falloir apprendre à vivre avec les crues. C’est invivable. ».

L’inquiétude est renforcée par l’incertitude et l’inconnu qui accompagnent le projet d’effacement des barrages comme l’explique cette habitante : « C’est le grand point d’interrogation. L’avenir avec les barrages qui continuent d’exister, ils auront cette fonction-là [protéger des crues]. Mais s’ils sont arasés, c’est l’inconnu total. On ne sait pas jusqu’où vont aller les inondations. Ça va faire comme dans l’Aude. Il peut très bien y avoir de l’eau qui arrive très vite. On peut très bien avoir de l’eau comme dans la région parisienne, avec de l’eau stagnante dans les habitations sur plusieurs jours ». Pour elle aussi, la perspective d’une dévaluation de son bien immobilier pèse dans l’incompréhension d’une décision non expliquée : « Subir non seulement les inondations, mais aussi tout ce qu’il y a autour, avec la dégradation de notre habitat, on va même plus pouvoir vendre, on est bloqué. C’est quand même pas très sympathique en fait. Pour quel gain ? ».

Certains habitants s’interrogent également sur l’absence de solutions alternatives pour les protéger : « Je voudrais qu’on me dise pourquoi il n’y a pas eu de réserve en cas d’inondation, un bassin avec des vannes automatiques ? ». La question des barrages est discutée en comparaison avec les aménagements réalisés ailleurs, comme dans la région parisienne où des réservoirs d’eau aménagés à l’amont de Paris limitent les risques d’inondations dans la capitale.

4.2 Un discours de l’État qui reste très technique

L’étude réalisée par Egis Eau remise à la DDTM de la Manche en novembre 2012 (Fig 5) montre, à partir de l’analyse de crues importantes ayant inondé Ducey, qu’au mieux, dans 40% des cas, les barrages atténuent le débit de crue de 5 à 10%, et qu’une fois sur deux ils décalent son pic de pointe de 2 à 6 heures. Le rapport d’enquête publique reprend ces résultats pour expliquer qu’une fois les barrages disparus, le débit de crue pourrait augmenter de 10% avec un élargissement probable des limites des secteurs inondés. Par ailleurs, le pic de crue sera décalé dans le temps : la crue, presque inchangée, arrivera en revanche plus rapidement. Le délai étant raccourci, le rapport met en avant qu’il convient d’être particulièrement attentif dans l’établissement des procédures annonçant les crues et dans les mesures préventives pour protéger les biens et les hommes.

La DDTM a édité 4 numéros d’un bulletin d’information intitulé « Au long de la Sélune » destiné à informer les riverains sur le projet. Le quatrième volume est spécialement dédié à l’hydrographie et aux inondations. Le schéma comparant l’hydrogramme de crue avec et sans barrages y est présenté accompagné de ces explications (Fig 7).

L’État rappelle ainsi que les barrages de la Sélune n’ont pas vocation à protéger les habitations et habitants des crues puisque leur fonctionnement en vue de produire de l’énergie hydroélectrique nécessite un maintien de retenues remplies. Les marges de manœuvre sont faibles pour stocker l’eau avant qu’elle soit réinjectée en aval. Cependant, il précise que l’exploitant (EDF) est prié depuis l’hiver 2001/2002 d’abaisser le plan d’eau de 2 mètres (par rapport à la cote maximale) d’octobre à mars. Probablement insuffisamment expliquée, cette mesure est assez confusément comprise par les habitants qui l’associent à une mesure visant à les protéger alors qu’elle vise à éviter une inondation en amont de la retenue. Un autre habitant nous explique que le barrage joue aussi un rôle vis-à-vis de la marée : en hiver, lorsqu’il y a beaucoup d’eau et que la marée monte, le barrage stoppe la marée, et lorsqu’elle s’en va, on peut faire des lâchers d’eau douce. Il est inquiet de la disparition du barrage qu’il considère comme d’autres comme une protection contre les crues.

Au-delà de ces interprétations divergentes sur le rôle des barrages, d’autres acteurs dénoncent que les études mais également le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) se concentrent sur les seules inondations majeures (la crue centennale en particulier). Si les barrages n’ont pas d’effet sur ces événements, ils en ont en revanche sur les « petites crues » et il est attendu que des garanties soient données pour que les effets de celles-ci ne s’aggravent pas.

Au final, le rapport de synthèse de l’enquête publique indique : « La crainte de voir s’aggraver le risque d’inondation mobilise fortement le public. Les études démontrent que cette vision n’est pas scientifiquement fondée car depuis toujours la Sélune déborde, avec ou sans la présence de barrages. L’élaboration du PPRI et son approbation nous semblent désormais indispensables pour identifier et anticiper les aléas potentiels ». Il semble important d’ajouter que la mise en œuvre du PPRI[5] aurait due impérativement s’accompagner d’un effort d’information mais également de sensibilisation des habitants, notamment ceux habitant en zone inondable. Le Syndicat Mixte du bassin versant de la Sélune a construit des supports de communication mais ceux-ci sont insuffisamment mobilisés[6]. Ce travail apparaît indispensable pour accompagner ce changement, qui jusque-là s’est fait sans beaucoup de communication renforçant les craintes des riverains comme cette habitante qui réagit à l’arasement par ces mots : « Cela ouvrira une grande incertitude, d’une rivière non maîtrisée ». L’absence d’informations ne relève cependant pas que de la responsabilité de l’Etat. Ainsi, un couple qui a aménagé dans la vallée dans les années 1980 explique « On a été mal renseignés ». S’ils avaient connu le risque inondations, ils n’auraient peut-être pas acheté cette maison qu’ils ont visitée au mois d’août loin de penser que la rivière pouvait monter. Dans le cadre de la mise en œuvre de ces nouvelles stratégies de prévention consignées dans le PPRI, il semble important de prévoir les dispositifs à la fois techniques (données météorologiques, stations de mesures hydrologiques, …) mais aussi humains (système d’alerte), et que les collectivités locales développent des stratégies de sensibilisation auprès des habitants.

L’absence de communication mais aussi de concertation est mise en avant par certaines des personnes rencontrées qui considèrent que cela nuit à la mise en œuvre d’une gestion collective du risque. Pour eux, la gestion du risque passe par des choix techniques mais aussi humains. Ils regrettent de ne pas avoir été conviés à la discussion sur l’arasement des barrages et de ne pas obtenir de réponses de la part de l’Etat. Pour autant, les riverains rencontrés ne semblent pas actifs au sein de l’association des Amis des Barrage même s’ils apprécient leur combat : « ils ont l’air de bien s’occuper de ça, pour retarder le plus possible les décisions ».

Conclusion

Ronan Leclair[7] constate que le risque d’inondation est indissociable de trois facteurs : l’évolution des enjeux humains (plus de constructions en zone inondable augmentent la vulnérabilité aux crues), les mutations agricoles et paysagères et la gestion des barrages. Ces trois éléments sont bien présents dans les discours des personnes rencontrées.

Jusque-là, l’arasement des barrages de la Sélune n’est pas parvenu à être une opération exemplaire sur le plan de la concertation et de l’implication des habitants qui restent méfiants voire hostiles vis-à-vis de ce projet. L’appropriation par les habitants de la nouvelle vallée sera pourtant déterminante dans la réussite du projet en cours de définition par les élus. Alors que les élus des collectivités locales et de la Communauté d’Agglomération Mont Saint Michel Normandie s’apprêtent à construire un projet pour la reconversion de la partie dénoyée de la vallée de la Sélune il apparaît important de rappeler la nécessité d’associer la population locale à cette réflexion ou a minima de prendre en compte ses attentes et de la tenir informée des choix pris quant à l’avenir de la vallée.

Ce billet a été rédigé par Marie-Jo Menozzi et Marie-Anne Germaine, publié en Mars 2020.

[1] LECLAIR Ronan, « Les inondations dans la vallée de la Sélune : quelle histoire depuis le début du 19ème siècle ? » https://selune.hypotheses.org/741 (consulté le 22/10/2018)

[2] In Enquête publique conjointe concernant le projet de démantèlement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit (50). Enquête publique conduite au titre de la loi sur l’eau, Rapport de la commission d’enquête à l’attention de la préfecture de la Manche, Département de la Manche, novembre 2014.

[3] En vert, les dates, quand elles sont différentes de celles de Ducey

[4] Extrait de http://www.manche.gouv.fr/content/download/19658/128052/file/DDTM-Selune-N%C2%B04_web.pdf

[5] Le PPRI a été approuvé le 6 Mai 2019 (http://www.manche.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Risques-Naturels-et-Technologiques/Plans-de-prevention-des-risques/Plans-de-Prevention-des-Risques-naturels-PPRN/PPRN-approuves/Plans-de-Prevention-des-Risques-d-Inondation-PPRI/PPRi-Selune). Il s’agit d’un document

[6] Voir ici : http://bassin-selune.fr/sites/bassin-selune.fr/files/telechargement/COMMUNICATION/Expositions/Expo2016/p7_outils_prevention.pdf

[7] LECLAIR Ronan, ibid.


3 réflexions sur « Souvenirs d’inondations »

  1. ——————————————————————–

    Nous sommes en pleine crise épidémique mondiale, non maitrisée. Les conséquences financières et matérielles sont énormes et surement encore sous-évaluées (*)… !

    Face à tant d’incertitudes, il est INADMISSIBLE que dans ces circonstances, ORDRE N’AIT pas ÉTÉ DONNE à tous les hauts fonctionnaires et serviteurs de l’état, DE STOPPER immédiatement tous projets, autres que ceux ayant un caractère URGENT et IMPÉRIEUX.

    En conséquence, la poursuite, la PRÉCIPITATION même, pour démolir le Barrage de La Roche Qui Boit (**) est à considérer comme une FAUTE GRAVISSIME, puisque il ne s’agit pas là, d’un projet ayant CARACTÈRE d’URGENCE, loin de là !

    (**) Arasement de la Roche qui Boit 15 millions d’€ annoncés…au départ. Il convient de rappeler les 52 Millions d’€ prévus mais non exhaustifs consacrés au chantier de VEZINS, pour le moment resté en friches.

    (*) Pour mesurer l’inconscience des gestionnaires de l’argent publique, juste quelques exemple des dépenses en cours et prévisibles :
    – Rattraper le déficit abyssale engendré
    – Remise en état du système Hospitalier et salaires des soignants à restaurer
    – Indemnisation de certaines entreprises impactées et les faillites des autres.
    – La montée du chômage et les indemnisations qui vont suivre
    – L’urgence de financer la recherche pour le vaccin et les médicaments.
    – Le réseau d’eau potable défaillant en Guadeloupe dont la remise en état est évaluée à 1 milliard d’€.
    – – NB : Les budgets accordés par l’agence de l’eau Seine Normandie pour supprimer les Barrages, serait plus utile pour aider cette remise en état !
    – Relance de l’économie, seulement au niveau du tourisme, 1,35 Milliard d’€ débloqués.

    – Etc ….

    LG

    1. Bonjour,
      Le billet « Souvenirs d’inondation » n’a pas été rédigé par Ronan Leclair (qui a réalisé son stage de fin d’études dans le cadre de ce programme de recherche de février à juillet 2015. Malheureusement nous n’avons pas ses coordonnées à jour.
      Cordialement,

Répondre à Fauchon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.