Archives par mot-clé : histoire

Vidanges des lacs de la Sélune et pêches de récupération entre 1952 à 1993

Dans la vallée de la Sélune, la vidange du lac de Vezins a débuté au cours du printemps 2017 et devrait se terminer à l’été 2018. A cette occasion, un pêche de récupération de la faune piscicole devrait être organisée. L’opération n’est pas inédite puisque plusieurs pêches ont déjà eu lieu par le passé lors des différentes vidanges de Vezins et/ou de la Roche-Qui-Boit. Pour en reconstituer l’histoire, nous avons consulté les archives conservées à Vezins et à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM). Il s’agit pour l’essentiel de correspondances entre EDF, l’Administration des Eaux et Forêts, le Conseil Supérieur de la Pêche et les Sociétés de Pêche locale de St Hilaire et de Ducey. Les éléments rapportés ci-après en sont une synthèse.   

Depuis 1952, ce sont 7 opérations de vidanges des barrages de Vezins et/ou de la Roche-Qui-Boit qui ont eu lieu. La question de la pêche des poissons présents dans les lacs s’est posée à chaque fois, mais Continuer la lecture de Vidanges des lacs de la Sélune et pêches de récupération entre 1952 à 1993

Retour sur la réunion publique du 5 juillet sur l’histoire de la vallée de la Sélune

Une centaine de personnes a participé à la réunion publique organisée le 5 Juillet à la salle des fêtes des Biards pour la restitution d’une partie de nos travaux. Nous sommes ravis d’avoir eu l’opportunité de faire cette présentation et souhaitons remercier très vivement la commune d’Isigny-le-Buat et plus spécialement Anne-Marie Hardé, maire délégué de Les Biards, d’avoir mis à disposition la salle des fêtes des Biards et de nous avoir accompagné dans les différents aspects logistiques. Sans leur aide, cette soirée n’aurait pas pu avoir lieu.  Nous remercions également l’ensemble des habitants et curieux de la Sélune de leur présence. Continuer la lecture de Retour sur la réunion publique du 5 juillet sur l’histoire de la vallée de la Sélune

Soirée de restitution des travaux sur l’histoire de la vallée de la Sélune – 5 Juillet / 20h30 à la salle des fêtes des Biards

L’équipe de chercheurs présentera mercredi 5 Juillet 2017 à 20h30 une partie de ses travaux sur la vallée de la Sélune. Cette conférence publique ouverte à tous aura lieu à la salle des fêtes des Biards. Continuer la lecture de Soirée de restitution des travaux sur l’histoire de la vallée de la Sélune – 5 Juillet / 20h30 à la salle des fêtes des Biards

Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune

Au cours de l’été 1837, Stendhal a parcouru la Bretagne et la Normandie. Lors de ce voyage qu’il a décrit dans le Tome II de « Mémoires d’un touriste » (1838), il s’est arrêté à Avranches où il a pris le temps d’observer le paysage qui s’offrait à lui depuis les hauteurs de la ville (p.201) :

« (…) j’ai admiré une des plus belles vues de France. (…) On se trouve (…) sur le bord d’une vallée large, profonde, admirablement plantée d’arbres bien verts, avec un lointain qui se perd sur la droite au milieu de forêts, et la mer sur la gauche. ».

Avant de reprendre la diligence pour se rendre à Granville, l’écrivain a déjeuné dans une auberge d’Avranches. Le temps du repas, il est question de pêche et Stendhal s’amuse de la « politesse normande » (p.202) à l’égard des pêcheurs anglais qui fréquentaient alors les berges de la Sélune et de la Sée. Continuer la lecture de Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune

Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

Les pratiques de repeuplement piscicole des cours d’eau ne débutent véritablement en France que dans la seconde moitié du XIXème siècle, après la redécouverte[1] de la fécondation artificielle de la truite en 1849 et la création de la pisciculture d’Huningue dans le Haut-Rhin en 1852 (Thibault, 1983)[2]. A cette époque, et bien que les historiens peinent à en trouver la preuve (Malange, 2011)[3], l’idée du « dépeuplement » des eaux marines et des eaux douces est profondément ancrée dans les discours des membres des sociétés savantes. Les naturalistes du XIXème siècle vont alors s’attacher à identifier les causes de la diminution des populations piscicoles en France. A l’exception du braconnage et de la présence d’animaux jugés nuisibles à cette époque comme les loutres, ce sont essentiellement les « externalités négatives » du progrès industriel qui sont pointées du doigt (Barthélémy, 2013)[4]. On recense ainsi de façon récurrente dans les écrits des sociétés savantes[5] et des scientifiques : la multiplication des seuils, écluses et barrages, les pollutions liées à l’industrie et à l’urbanisation (égouts), la destruction des habitats par dragage, curage et canalisation des rivières, et la surpêche (le développement des transports augmentant la demande en poissons). Continuer la lecture de Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

L’histoire sous les lacs : Pêcheries, moulins, gués et ponts sur la Sélune

Avec la construction du barrage de la Roche-Qui-Boit (1919) puis de Vezins (1932), de nombreux éléments bâtis/aménagés sur la Sélune ont disparu sous les lacs. Ce patrimoine oublié (pêcheries, moulins, gués et ponts) témoigne des usages anciens de ce fleuve côtier et raconte une partie de l’histoire des habitants de la vallée. Il pourra être observé à l’occasion de la vidange du lac de Vezins qui débutera début 2016 pour s’achever en juillet 2018.

Pour engager la redécouverte de ce patrimoine, les chercheurs de l’équipe ont commencé à en faire un inventaire cartographique. La synthèse de ce travail prend la forme d’un poster qui dorénavant peut être consulté à la Médiathèque intercommunale Marin-Marie à St-Hilaire-du-Harcouët (69, boulevard Gambetta, au chevet de l’église) (Consulter les horaires).  Continuer la lecture de L’histoire sous les lacs : Pêcheries, moulins, gués et ponts sur la Sélune