La construction des barrages

La construction des barrages sur la Sélune

Les barrages de la Roche-qui-Boit et de Vezins ont été construits dans l’entre-deux-guerres par la société des Forces Motrices de la Sélune. La concession du barrage de la Roche-qui-Boit est accordée en 1914. Le barrage est mis en service en 1920. En 1921, les Forces Motrices de la Sélune déposent une demande de concession pour installer une usine hydroélectrique en amont, à Vezins, dans le but de satisfaire la demande croissante et d’alimenter en électricité l’industrie de la chaussure de Fougères. Le barrage est mis en service en 1932 après trois années de chantier. Il est huit fois plus puissant que celui de la Roche-qui-Boit. Ce dernier sert depuis de bassin de démodulation des éclusées générées par l’usine de Vezins.

La construction des barrages a donné lieu à des chantiers très importants : construction des ouvrages eux-mêmes mais aussi d’ouvrages d’art tels que le Pont des Biards ou le Pont de la Républiques. Les Archives Départementales de la Manche disposent de cartes postales et photographies anciennes qui témoignent de l’importance de ces travaux.

Vue générale en aval du barrage la construction des contreforts de la centrale et de l'usine_01021931
Vue générale en aval du barrage la construction des contreforts de la centrale et de l’usine (1 février 1931). Source : Archives Départementales.
49 Fi 3 Vue générale en amont du barrage  terrassements et fondations 28 juillet 1929
Construction du Pont de la République. Source : Archives Départementales de la Manche (28 juillet 1929).
AD50_85
Construction du Pont de la République. Source : Archives Départementales de la Manche.

Les barrages

– Le barrage de la Roche-qui-Boit a été construit entre 1915 et 1920 sur la commune de Saint-Laurent-de-Terregatte. Il mesure 129 mètres de long et 16 mètres de haut.

barrage roche qui boit
Cliché : Master 2 GEDELO 2014/15 (RB, GG, MG, JL, IM), Novembre 2014.

– Le barrage de Vezins, plus en amont, à Vezins (commune-annexe de la commune canton d’Isigny-le-Buat), a été construit entre 1929 et 1932. Il mesure 278 mètres de long et 36 mètres de haut.

barrage de vezins
Cliché : Master 2 GEDELO 2014/15 (RB, GG, MG, JL, IM), Novembre 2014.

Ces deux ouvrages sont l’œuvre de l’ingénieur Albert Caquot auquel on doit de nombreux ouvrages en béton armé. Il réalisa plus de 300 ponts et barrages et participa notamment à la construction de la plus grande usine marémotrice du monde sur la Rance en Bretagne entre 1961 et 1966. Les deux barrages sont à contreforts et voûtes multiples de 0,10 mètre d’épaisseur.

Des retenues d’eau occupent l’amont de chacun de ces barrages sur une longueur de 6 km (30 hectares) pour la Roche-qui-Boit et de 19 km (151 hectares) pour Vezins. Ils sont donc bien visibles dans le paysage puisqu’ils ont ennoyé la vallée sur une longue section en gorges sous deux lacs dont le plus grand sert de support à une base de loisirs depuis 1989, la Mazure.

cropped-10477887_10152402992536470_3084168265974285772_n.jpg
Le lac de Vezins. Cliché : MAG, Juillet 2012.

Exploités par EDF depuis 1946, ces barrages fournissent une production annuelle de 27 GWh, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 15 000 habitants ou 1/1 000ème de ce que fournit la centrale nucléaire de Flamanville mise en service en 1985-1986 dans le même département. Le barrage de Vezins appartient à l’État tandis que la Roche qui Boit appartient à EDF.

L’accueil des barrages au début du 20ème siècle

Les barrages tout autant que les usines hydroélectriques associées semblent tout d’abord synonyme de progrès et de modernité. La mise en service du barrage de la Roche-Qui-Boit  est associée à la distribution de « la lumière et l’énergie électrique » qui « transformera graduellement notre pays et favorisera grandement l’expansion commerciale et industrielle » (Ouest-Eclair, 10/04/1914). L’arrivée de la distribution d’électricité en juillet 1920 est l’occasion de festivités : « la ville d’Avranches illuminée pour la première fois à l’électricité par les forces de la Sélune » avec « plus de 300 lampes [qui] orneront l’hôtel de Ville et les monuments publics » (Ouest-Eclair, 10/07/1920).

Barrages et usines constituent une attraction à part entière au moment de leur construction. Les détails techniques et la foule de chiffres fournis par les guides touristiques et les articles recensés dans la presse locale attestent de l’intérêt que suscitent ces réalisations qualifiées de « titanesques » (Ouest-Eclair, 4/11/1931), de « travaux merveilleux et inimaginables, accompagnés des perfectionnements les plus modernes », de « merveille que l’on ne trouve que rarement et qui montre le degré élevé du génie de l’homme » (Ouest-Eclair, 29/08/1933). Des excursions en autocar sont organisées pour se rendre à la Roche-qui-Boit, et à compter de juin 1932, la Compagnie des Chemins de fer normands met en circulation un autobus assurant, depuis Granville et Avranches, l’excursion à la vallée de la Sélune afin d’effectuer la visite du barrage et de l’usine de Vezins qui figurent sur de nombreuses cartes postales d’époque.

L’analyse des articles de presse de l’époque et les recherches dans les archives devraient nous permettre de mieux renseigner cette période.

Ce site présente les résultats des recherches menées par une équipe de géographes et sociologues travaillant sur la vallée de la Sélune dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la rivière. Ce travail propose un état des lieux, un historique et un suivi des paysages et des usages de la vallée de la Sélune.