Et ailleurs?

La mise en œuvre de la DCE en 2000 fixe une obligation d’atteinte du bon état écologique des masses d’eau tandis que sa transposition dans le droit français en 2006, la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, institue le rétablissement de la continuité écologique des cours d’eau comme une priorité. Cela implique d’intervenir sur les ouvrages hydrauliques qui constituent des obstacles à la migration des poissons migrateurs comme au transit sédimentaire. Cependant, les opérations d’arasement d’ouvrages hydrauliques, qui plus est de grandes dimensions, restent très rares en France comme en Europe où l’on dispose de peu de retour d’expérience. Qu’en est-il ailleurs ?

 L’expérience nord-américaine

C’est en Amérique du Nord, et plus spécialement aux États-Unis, que la politique la plus active d’effacement d’ouvrages hydrauliques est menée. Le mouvement de « dam removal » (enlèvement de barrages) s’y est accéléré dans les années 1990. Ainsi, à ce jour, près de 900 ouvrages ont été supprimés sur les cours d’eau américains dont plus de 450 depuis 1993. Ramené à la vaste superficie des États-Unis, cet effectif impressionnant ne concerne cependant qu’une infime part des ouvrages recensés, soit 0,5% au mieux selon le National Inventory on Dams (voir Carte).

Les projets les plus emblématiques concernent de grands barrages :

    • Le Marmot Dam sur la Sandy River (14,3 m) dans l’Oregon enlevé en 2007 ;

    • Le Glines Canyon Dam (64 m) et l’Elwah Dam (33 m) sur l’Elwah dans l’État de Washington effacés en 2011 ;

    • Le Condit Dam (38 m) sur la White Salmon River toujours dans le même État également supprimé en 2011.

A ces grands projets, il faut ajouter l’effacement des ouvrages associés à un patrimoine naturel exceptionnel :

  • Le barrage Edwards (6 m de haut) sur la rivière Kennebec dans le Maine en 1999 qui a permis le retour des aloses, saumons atlantiques et esturgeons noirs ;
  • L’effacement des barrages de la Kissimmee en Floride mené dans le cadre de la restauration de l’écosystème tropical humide des Everglades (Parc National) …

En réalité, l’inventaire des effacements d’ouvrages transversaux menés aux États-Unis montre que la plupart concerne de petits barrages. Sur les 450 démantelés entre 1999 et 2011, 15 ouvrages seulement avaient une hauteur supérieure à 10 m de haut. La plupart des ouvrages sont en fait d’anciennes chaussées de moulins abandonnées et les démantèlements de barrages de grande dimension restent rares.

La situation européenne

L’adoption de la DCE et d’autres textes (Plan Anguille, …) encourage les pays membres de l’Union Européenne à se tourner vers la restauration écologique, et en particulier la restauration de la continuité écologique. Cependant, ces nouvelles législations ne semblent pas (encore) s’être traduites par une remise en cause généralisée des ouvrages hydrauliques dans les autres pays européens. À l’échelle européenne, la France apparaît en effet précurseur : il n’y a pas d’opérations d’arasement comparables dans les autres pays européens. Bien que des campagnes, soutenues notamment par le WWF, soient menées en faveur du démantèlement de grands barrages en Espagne (Guadalquivir en particulier), celles-ci n’ont pas trouvé de traductions concrètes significatives. Les opérations d’effacements de barrages en Espagne (Pays Basque notamment) et de seuils en Grande-Bretagne (où certaines expériences de restauration écologique de cours d’eau sont riches d’enseignement) ne concernent que des ouvrages de petites dimensions et non fonctionnels au moment de leur démolition. La restauration écologique des cours d’eau se traduit par d’autres interventions : reméandrage, reconnexion d’annexes hydrauliques, retour d’un cours d’eau sans son talweg d’origine …

Le cas de la France

L’inventaire des projets de restauration de la continuité écologique conduits sur le territoire français témoigne néanmoins de la rareté des opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques en particulier de grandes dimensions. Les plus importantes opérations concernent des barrages hydroélectriques. La plupart a eu lieu dans le bassin versant de la Loire en application du Plan Loire Grandeur Nature. Ces chantiers ont principalement été motivés par des objectifs écologiques (restauration de la continuité écologique, migration des poissons), mais on note également des arguments sécuritaires (risques d’aggravation des inondations, mise en sécurité des personnes vis-à-vis de constructions vétustes). La majorité des arasements a été menée sans mise en œuvre de procédures fines de suivi et d’évaluation permettant de bénéficier d’un réel recul sur leurs bénéfices comme sur leurs limites. Enfin, on note que presque partout le volet socio-économique et la dimension valorisation ont été négligés à l’exception de la vallée du Léguer et du plan d’eau du Coupeau.

En conclusion, aucune situation strictement comparable à la Sélune ne peut être retrouvée, que ce soit aux Etats-Unis ou en dans d’autres pays d’Europe. Le projet de Kernansquillec (Côtes d’Armor, 1996) reste le principal projet de référence pour une étude comparative des effets géomorphologiques, biologiques et socio-économiques du démantèlement programmé des ouvrages pour la Sélune.

Explorer la carte des opérations de démantèlement d’ouvrages en travers.

 Pour aller plus loin

Benchmarking – Retours ’expériences sur les opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques, Schéma de Développement Durable de la Vallée de la Sélune (étude pour la DDTM 50 réalisée par L. Lespez et M.-A. Germaine avec le bureau Etheis), 2012.

Voir le guide PRAGMO (Practical river restoration, Appraisal guidance for monitoring Options) publié par le River restoration center (Royaume-Uni)

Voir le recueil de retour d’expériences sur la restauration des cours d’eau publié par l’Onema (2010, actualisation 2012)

Sur le barrage de Kernansquillec :

– site de l’association de la vallée du Léguer

– vidéo de présentation de Jean DAVID, président de l’association de la vallée du Léguer à l’occasion du colloque « ouvrages hydrauliques » organisé à Cholet par l’association des EPTB : Kernansquillec, une action en faveur du patrimoine naturel et industriel

– plaquette « Le site de Kernansquillec, 1923-1996-2001 : La renaissance d’une vallée » (office de tourisme de Belle Isle en Terre)

fiche rédigée par l’Onema sur l’arasement du barrage de Kernansquillec

Sur le plan d’eau du Coupeau sur le Vicoin :

fiche rédigée par l’Onema sur l’effacement du plan d’eau du Coupeau

– vidéo sur la renaturation du Vicoin, Mairie de Saint-Berthevin en Mayenne


Coupeau : renaturation du Vicoin par Saint-Berthevin

En Basse-Normandie :

– la vidéo sur l’arasement du barrage de l’Enfernay sur l’Orne à Saint-Rémy : « l’Orne renaît à l’Enfernay »

– la vidéo du dérasement du seuil de Ver sur la Sienne (Calvados)

– l’observatoire des opérations de restauration de la continuité écologique dans le Calvados

Ce site présente les résultats des recherches menées par une équipe de géographes et sociologues travaillant sur la vallée de la Sélune dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la rivière. Ce travail propose un état des lieux, un historique et un suivi des paysages et des usages de la vallée de la Sélune.