L’opération de restauration écologique

Nous reprenons ici les éléments réglementaires et institutionnels qui ont conduit en novembre 2009 à la décision d’arasement des barrages de la Sélune et présentons les différentes dimensions et étapes du projet.

Aucun calendrier n’est ici proposé. Il est important de souligner que le projet de restauration de la continuité écologique de la Sélune est suspendu aux conclusions de nouvelles expertises demandées par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, suite à sa visite dans le Sud Manche le 4 décembre 2014. Face au coût de l’opération (38 millions € auxquels il faut rajouter 15 millions € de mesures d’accompagnement) et aux oppositions locales, elle a en effet jugé nécessaire d’étudier des solutions alternatives au projet de destruction des barrages hydroélectriques. Ainsi, sont réclamées : « des expertises sur le potentiel de production d’hydroélectricité » de ces barrages et des solutions pour garantir le passage des poissons tant à la dévalaison qu’à la montaison. Elle a enfin déclaré : « Il faut que le rapport qualité-prix soit raisonnable. On ne met pas 53 millions d’euros pour faire passer les poissons ».

Pour aller plus loin :

– écouter l’émission « Sursis pour les barrages de la Sélune » diffusée sur France Inter le 21 décembre 2014

– regarder la vidéo de la visite de la ministre Ségolène Royal dans la vallée de la Sélune le 4 décembre 2014 (source : La Manche Libre)


Visite de Ségolène Royal à la Mazure par MancheLibre

Ce site présente les résultats des recherches menées par une équipe de géographes et sociologues travaillant sur la vallée de la Sélune dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la rivière. Ce travail propose un état des lieux, un historique et un suivi des paysages et des usages de la vallée de la Sélune.