La roche au « profil humain » : sur l’origine du nom donné au lac de La Roche Qui Boit

Le lac de la Roche Qui Boit doit son nom à une singularité géologique visible dans le paysage : une roche à « profil humain » qui surplombe la rivière Sélune. L’histoire transmise oralement raconte qu’elle constituait autrefois un repère de crue. En effet, lorsque les pluies gonflaient la rivière, le niveau de la Sélune montait parfois jusqu’aux lèvres du visage de pierre, signifiant ainsi un débit important du fleuve côtier.

Le toponyme de la « Roche Qui Boit » est donc bien antérieur à la création du lac. Il apparait par exemple dans les aveux des Montgommery au XVIIè siècle (1566 – 1670) car la roche faisait à cette époque la limite amont des droits de pêcheries sur la Sélune hérités des seigneurs de Ducey et du Valdouer. Ainsi la seigneurie comportait « droit de pêcherie et pêcher avec bateaux filets et autrement depuis le lieu communément appelé Roche qui boit jusqu’à la grande rue de Genêts, suivant les anciens aveux et possessions immémoriales et sans contredits. » (Source : Provost de la Fardinière, Mélanges, 2010, Archives départementales de la Manche)

La Roche Qui Boit, située sur le site même du barrage hydroélectrique construit en 1919, a malheureusement été partiellement détruite lors des travaux effectués sur l’ouvrage en 2000, emportant le bas du visage.

Appel à contribution

Si vous posséder des photos ou d’autres représentations (dessins, gravures) de la Roche qui boit et que vous souhaitez les partager, vous pouvez contacter notre équipe ici : geo.selune@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.