Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune

Au cours de l’été 1837, Stendhal a parcouru la Bretagne et la Normandie. Lors de ce voyage qu’il a décrit dans le Tome II de « Mémoires d’un touriste » (1838), il s’est arrêté à Avranches où il a pris le temps d’observer le paysage qui s’offrait à lui depuis les hauteurs de la ville (p.201) :

« (…) j’ai admiré une des plus belles vues de France. (…) On se trouve (…) sur le bord d’une vallée large, profonde, admirablement plantée d’arbres bien verts, avec un lointain qui se perd sur la droite au milieu de forêts, et la mer sur la gauche. ».

Avant de reprendre la diligence pour se rendre à Granville, l’écrivain a déjeuné dans une auberge d’Avranches. Le temps du repas, il est question de pêche et Stendhal s’amuse de la « politesse normande » (p.202) à l’égard des pêcheurs anglais qui fréquentaient alors les berges de la Sélune et de la Sée.

stendhal-copie
Stendhal, 1838, Mémoires d’un touriste, Tome II, édition Ambroise Dupont, Paris.

Cette « foule d’Anglais » dont nous parle Stendhal était probablement composée en partie de ressortissants britanniques installés à Avranches :

« Au XIXème siècle, une petite communauté britannique fréquenta Avranches et compta jusqu’à trois cent-cinquante individus. Dès 1826, trente-huit ressortissants sont attestés et pendant la première partie du siècle, de nombreux « Anglais » cherchèrent à se loger en ville. Cette immigration incita quelques rentiers à investir dans la construction de belles demeures, le long des nouveaux boulevards aménagés à la périphérie de la ville. Les « colons » britanniques toujours plus nombreux s’y installèrent. (…) ces rentiers, ces pasteurs ou retraités trouvaient à Avranches une qualité de vie supérieure à celle des villes anglaises polluées par l’essor industriel. » David Nicolas-Méry, Avranches, capitale du pays du Mont-Saint-Michel, éd. Orep, 2011

Parmi ces anglais qui pêchaient à la ligne, on trouvait aussi des voyageurs qui profitaient de leurs séjours en France pour pêcher. Les rivières de Normandie et de Bretagne, proches de l’Angleterre, étaient particulièrement prisées. Pour les guider, les journalistes et écrivains britanniques ont écrit de nombreux articles, comme dans la revue Field à partir de 1853, dans lesquels ils commentaient la qualité de la pêche dans nos rivières (ABPM1 , 2015, p.15-18). En 1847, Roderic O’Connor faisait même paraître un ouvrage destiné aux ressortissants britanniques et dédié à la pratique de la chasse, du tir et de la pêche en France. Dans le chapitre « Pêche de la truite » (Trout fishing), pour le département de la Manche, on peut lire :

« Ce département offre de nombreuses possibilités au pêcheur sportif. Les rivières Vire, Sienne, Soulle, Thar, Sées, Sélune, Douves et leurs affluents respectifs sont riches de très beaux poissons. (…) Pour pêcher la Sée, il est conseillé de partir d’Avranches, et de remonter la rivière parce qu’en aval la rivière est navigable. Pour pêcher la Sélune, il est conseillé de partir de St Hilaire, et de pêcher en descendant le courant. Cette rivière et ses affluents sont excellents pour la pêche. Sur la Sélune, vous aurez même la possibilité de prendre un saumon. » (O’Connor, 1847)2

Les relations qui s’installèrent entre français et anglais au sujet de la pêche n’ont pas toujours été les meilleures. En Bretagne, mais aussi en Normandie si l’on en croit Stendhal, les premiers accusaient en effet les seconds de braconnage en pêchant à la mouche aux seules fins de dépeupler les rivières (ABPM, 2015, p.9-14). Pour comprendre ce qui attisait « la jalousie des Normands », il faut replacer cet épisode dont nous parle Stendhal dans le contexte plus large de l’histoire de la pêche à la ligne. Dans la première moitié du XIXème siècle, la pêche de loisir en France ne s’est pas encore développée. La pêche en eau douce est une composante d’une économie de subsistance et la pêche à la ligne n’est qu’une technique parmi d’autres (pêche au filet, pêche à la foëne3 , utilisation de nasses…) héritées du Moyen Age et permettant de prendre du poisson (Mane, 2011).

En Angleterre, la pêche à la ligne a connu une histoire différente :

« En Angleterre, la pêche populaire apparaît subalterne par rapport à la pêche sportive. Celle-ci subit directement l’influence de la gentry anglaise qui la pratique depuis le XVIIIème siècle au moins. Dans les îles britanniques, on trouve une séparation nette et durable entre ces deux types de pêche. » (Malange, 2011)

Les pêcheurs anglais présents sur les bords de la Sélune et de la Sée en 1837 considéraient la pêche comme un passe-temps et la pêche à la mouche comme un art. Ils utilisaient de belles cannes en hickory (noyer blanc d’Amérique), en lancewood (acacia) ou en greenhart (ébène) (Touron, 2014). Leurs mouches étaient confectionnées avec des plumes d’oiseaux exotiques rapportées des colonies.

Dans le massif armoricain (et donc sur la Sélune, la Sée et la Sienne), mais aussi dans le Limousin, l’Auvergne ou la Franche-Comté, il existait aussi une tradition ancienne de pêche à la mouche (Affre, 2010) mais il s’agissait d’une pêche rustique. Les pêcheurs accrochaient une ligne de gut (boyau séché) ou de crin de cheval à une longue perche en noisetier et fabriquaient leurs mouches avec les plumes des volailles de la basse cour. Cette façon d’opérer, très pragmatique, amusait les anglais qui ne perdaient pas l’occasion de railler les français :

« Certains « artistes » locaux pratiquant les rivières françaises sont les plus singuliers pêcheurs à la mouche imaginables. A l’aide de leur grossière canne, tenue à deux mains, ils fouettent inlassablement l’eau comme s’ils voulaient en assommer les rats d’eau, ou chasser les petits poissons vers un filet… Leur équipement est de nature rustique. Leurs lignes rudimentaires sont faites de quelques brins de gut, noués grossièrement ensemble, et leurs mouches – si on peut les appeler ainsi ? – ne ressemblent à rien de ce que vous avez pu voir jusqu’ici… » (O’Connor, 1847)4

La pêche sportive s’est développée bien plus tôt en Angleterre (dès le XVIIème siècle) qu’en France (début du XXème siècle), et il est vrai que le matériel des pêcheurs anglais était de bien meilleure qualité que celui des pêcheurs français en 1847. En revanche, ces derniers ont su rapidement confectionner des mouches bien plus efficaces que celles traditionnellement utilisées en Angleterre. Dans le massif armoricain, les mouches dites « noyées » avaient notamment la particularité d’être adaptées au courant lent des secteurs situés en amont des seuils de moulins ou d’anciennes pêcheries.

Les pêcheurs anglais ont progressivement quitté la Sélune mais la pratique de la pêche à la mouche est restée. A la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle, elle était probablement la technique privilégiée des premiers pêcheurs à la ligne :

« Lorsque j’ai commencé à traquer le saumon sur la Sélune [dans les années 1970] j’ai eu la chance de pouvoir parler avec de très vieux pêcheurs qui avaient connu la rivière d’avant les barrages. Passionné par la pêche à la mouche je m’étonnais de ne jamais rencontrer de pratiquants de cette technique sur la rivière et m’en ouvrais à mon interlocuteur. Celui-ci me fit remarquer que ce fut une pratique courante, voir la seule utilisée [à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle], lorsque les saumons arrivés au moulin situé dans le secteur de l’actuel pont des Biards, aux environs des mois de mai/juin, se regroupaient dans le bief en attendant les crues automnales pour aller frayer plus haut. » (Témoignage d’un pêcheur de la Sélune, 14.04.2015)

L’émergence de la pêche à la mouche a donc eu lieu très tôt sur la Sélune et sur la Sée, dès la première moitié du XIXème siècle, grâce à la présence de pêcheurs anglais rapidement imités par les Normands. Elle n’a donc pas été une pratique réservée à une élite. La pêche à la ligne dans le sud Manche a eu ses précurseurs (Coupard & Lecoq, 2005) et nombre d’entre eux ont confectionné des mouches pour prendre truites et saumons. Certaines sont encore précieusement conservées par quelques pêcheurs aujourd’hui. Elles sont un témoignage de l’histoire halieutique des rivières du sud Manche.

Bibliographie

Affre P., 2010, La pêche de papa, Terres Editions.

Association Bretonne de Pêche à la Mouche (ABPM), 2015, Mouches et pêcheurs d’Armorique d’hier et d’aujourd’hui, (éd. ABPM).

Coupard M. et Lecoq J., 2005, La vallée de la Sée. De St Pois à l’estuaire, éd. Alan Sutton

Malange J.-F., 2011, Histoire sociale des pratiques de pêche à la ligne en France de 1829 à 1941 : aux origines d’une conscience environnementale, Thèse de doctorat, Université de Toulouse.

Mane P., 2011, Canne à pêche, foëne, filet et autres engins de eau douce au Moyen Age, Ethnozootechnie, n°90.

Nicolas-Méry D., 2011, Avranches, capitale du pays du Mont-Saint-Michel, éd. Orep

O’Connor R., 1847, An introduction to the field sports of France : being a practical view of hunting, shooting and fishing on the continent : habits and instinct of the animals and the laws of France.

Touron J.-M., 2014, La belle histoire de la pêche à la mouche, éd. CPE

Stendhal, 1838, Mémoires d’un touriste, Tome II, édition Ambroise Dupont, Paris.

Pour citer ce billet : Olivier THOMAS, 2017, Stendhal et les pêcheurs anglais à la découverte de la Sélune, selune.hypotheses.org

  1. Association Bretonne de Pêche à la Mouche []
  2. « This department will afford the angler abundance of sport. The rivers Vire, Sienne, Soulle, Thar, Sées, Sélune, Douves and their respective tributaries are full of fish of superior quality. (…) To fish the Sées, he should proceed to Avranches, and ascend the stream as the Sées is navigable from thence to the sea. To fish the Sélune, he should proceed to St Hilaire, and fish down the stream and its tributaries which are excellent. The angler will occasionally hook a salmon in this river. » (O’Connor, 1847, p.257-258) []
  3. Une foëne est un outil en fer à cinq ou sept dents fixé à l’extrémité d’un manche long d’environ un mètre (parfois plus). Le pêcheur se place au dessus du poisson qu’il frappe d’un coup sec pour le « harponner » avec les dents de la foëne. Cette technique de pêche a été utilisée au moins depuis le Moyen Age en Europe par les pêcheurs en eau douce et jusqu’au XXème siècle. []
  4.  « Some of the native artists are the most singular fly fisher imaginable. They generally take their clumsy rods in both hands, and flog away as if they were beating water-rats out of the water ; or hunting small fish into a net. Their tackle too is of a very rustic nature : it usually consists of a coarse line and a few pieces of gut rudely fastened together ; and their flies, if i can call them flies, ressemble nothing you have ever seen constructed for fishing purposes » (O’Connor, 1847, p.234) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.