Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune

Les pratiques de repeuplement piscicole des cours d’eau ne débutent véritablement en France que dans la seconde moitié du XIXème siècle, après la redécouverte[1] de la fécondation artificielle de la truite en 1849 et la création de la pisciculture d’Huningue dans le Haut-Rhin en 1852 (Thibault, 1983)[2]. A cette époque, et bien que les historiens peinent à en trouver la preuve (Malange, 2011)[3], l’idée du « dépeuplement » des eaux marines et des eaux douces est profondément ancrée dans les discours des membres des sociétés savantes. Les naturalistes du XIXème siècle vont alors s’attacher à identifier les causes de la diminution des populations piscicoles en France. A l’exception du braconnage et de la présence d’animaux jugés nuisibles à cette époque comme les loutres, ce sont essentiellement les « externalités négatives » du progrès industriel qui sont pointées du doigt (Barthélémy, 2013)[4]. On recense ainsi de façon récurrente dans les écrits des sociétés savantes[5] et des scientifiques : la multiplication des seuils, écluses et barrages, les pollutions liées à l’industrie et à l’urbanisation (égouts), la destruction des habitats par dragage, curage et canalisation des rivières, et la surpêche (le développement des transports augmentant la demande en poissons).

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, il n’était cependant pas question de faire le procès du modèle économique industriel qui se mettait en place, mais de s’appuyer sur les progrès de la science et de la technique pour remédier au « dépeuplement » des cours d’eau, et en particulier à la raréfaction du saumon et de la truite en raison de leur valeur économique. Les mesures adoptées ont concerné la pisciculture, la réglementation de la pêche fluviale, et l’aménagement des cours d’eau (ex : installation d’échelles à poissons) (Thibault, 1987)[6].

Car dans la seconde moitié du XIXème siècle, la société ne se soucie que de la « part utile de la nature » (Luglia, 2016)[7]. Les milieux aquatiques sont appréhendés comme « un contenant neutre »   (Roux, 2007)[8] qu’il suffirait d’ensemencer[9], à l’image de la terre, et grâce aux progrès de la science dans le domaine de la pisciculture, pour qu’il y ait toujours du poisson à pêcher :

« La pisciculture est lart de multiplier les poissons comme lagriculture lart de multiplier les fruits de la terre : elle doit donc comprendre de même lensemencement, l’éclosion, et le développement des germes jusqu’à sa maturité : la pêche est sa récolte »[10].

En fait, la lutte contre le dépeuplement des cours d’eau n’apparait pas comme une problématique environnementale. Elle est d’abord motivée par des enjeux économiques. Et c’est de façon très pragmatique « la diminution du revenu des pêches ou la volonté de tirer un profit important des cours deau » qui retient l’attention de l’administration (Malange, 2011)[11]. Par extension, le projet de repeuplement des cours d’eau est animé par un objectif d’alimentation publique :

« Multiplier les poissons permettrait dans le prisme de lidéologie malthusienne de répondre aux besoins alimentaires suscités par la croissance démographique. Le poisson est, dans ce contexte, considéré comme une ressource alimentaire, facilement multipliable et qui pourrait ainsi devenir une denrée de base pour les populations les plus pauvres. » (Barthélémy, 2013)[12]

Ainsi, c’est l’idée du dépeuplement des cours d’eau, soutenue par des arguments économiques et alimentaires, qui va favoriser le développement de la pisciculture en France. Et dans un même mouvement, le soutien de la ressource en poisson d’eau douce par l’activité de pisciculture va s’inscrire au fondement des pratiques de gestions piscicoles déployées par les pêcheurs à la ligne. Car c’est aussi au XIXème siècle qu’émerge et se développe la pêche de loisir en France. Bénéficiant des progrès scientifiques dans le domaine de la reproduction artificielle des salmonidés, les premières sociétés de pêche sont créées entre les années 1870 et 1900. Sous influence des pouvoirs publics qui espèrent à travers elles favoriser la réussite des opérations de repeuplement, et par l’intermédiaire des notables locaux qui occupent généralement les places d’honneur du bureau des sociétés de pêche, elles vont devenir un lieu privilégié de diffusion de ces nouveaux principes de gestion piscicole (Malange, 2011)[13]. Les pêcheurs vont dès lors devenir des acteurs incontournables du repeuplement des rivières par déversement de poissons élevés en pisciculture.

Sur la Sélune, les sociétés de pêche de Ducey, de Mortain et de St Hilaire du Harcouët vont tout au long du XXème siècle faire de la pisciculture et de l’alevinage un principe fondamental de la gestion piscicole de la rivière et des lacs. En s’appuyant sur des archives de la presse locale et sur des correspondances[14] entre les Sociétés de Pêche de la Sélune et l’Administration des Eaux et Forêt entre 1926 et 1967, ce billet propose de commencer à en écrire l’histoire.

1. Des « saumons du Rhin» dans la Sélune et la Sée

En 1855, alors que le constat d’un dépeuplement des cours d’eau se diffuse en France, le Docteur Houssard, membre de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie, des sciences et des arts, constatait la diminution du revenu des pêches du saumon dans les rivières de la baie du Mont St Michel :

« M.le docteur Houssard établit quautrefois la Sée, la Sélune et le Couesnon, donnaient lieu, par la pêche du saumon surtout, à un commerce dune importance notable, mais quactuellement cette pêche ne produit presque rien. »[15].

Difficile de dire si l’analyse du Dr Houssard était fondée. Sur la Sélune, comme ailleurs en France, les archives disponibles pour le saumon – essentiellement des statistiques tenues par les pêcheurs eux-mêmes – laissent davantage apparaitre un variabilité inter-annuelle qu’une diminution des stocks de saumons. Et cette variabilité nous renseigne plus sur l’activité commerciale liée à la pêche que sur la ressource en elle-même. Ainsi, dans la baie du Mont Saint Michel par exemple, le nombre des saumons expédiés depuis Avranches entre 1813 et 1827 a pu varier considérablement d’une année à l’autre.

doc-1-graphique
D’après Audoin V. et Edouards N.M., 1832, Recherches pour servir à l’histoire naturelle du littoral de la France. Voyages à Granville, aux Iles Chausey et à St Malo, Paris, Crochard Libr., T.1 : 181

Mais sur la même période, le prix de vente moyen ne varie pas et reste à 6 frs/kg, ce qui laisse penser qu’il n’y avait pas de raréfaction la ressource. De plus, le poids moyen des poissons pouvait être différent d’une année à l’autre (de 3,1 kg en 1814 à 5,2 kg en 1824) si bien que le produit de la vente n’était pas automatiquement proportionnel au nombre de poissons expédiés. Les pêcheurs pouvaient donc, certaines années, expédier moins de saumons pour un revenu égal ou supérieur. Dès lors, il est difficile de dire si les stocks de saumons des rivières de la baie à cette époque étaient en augmentation ou en diminution, d’autant qu’on ne connait pas les quantités de poissons vendus localement par les pêcheurs professionnels, ni celles prélevées en rivière par les habitants de la vallée dans le cadre des pêches de subsistance. Et même dans ce cas, les quantités obtenues permettraient plus de discuter de l’effort de pêche que des stocks réels de saumons pour cette période. Les propos du Dr Houssard peuvent donc être relativisés.

Au début du XXème siècle, les pêcheurs à la ligne de la Sélune vont néanmoins s’appuyer sur les progrès de la pisciculture pour tenter de multiplier le nombre des saumons. Ainsi, avant que ne soit construit le barrage de la Roche-Qui-Boit, les membres de la Société de pêche de St Hilaire du Harcouët ont lâché dans la Sélune et l’Airon des alevins de salmonidés – truites et saumons – et ce pendant cinq ans, de 1909 à 1914 comme en témoigne cette coupure de presse de l’Opinion de la Manche datée du 11 avril 1914 :

doc-2-lopinion-de-la-manche-11-avril-1914
Extrait de l’Opinion de la Manche, 11 Avril 1914

Les oeufs (ou peut-être les alevins directement) de saumons et de truites provenaient probablement de la pisciculture d’Huningue dans le Haut-Rhin[16]. Quelques années plus tard, les pêcheurs à la ligne de l’Avranchin ont eux aussi procédé à des alevinages de saumons dans la Sée, si bien que les pêcheurs professionnels en activité dans la baie du Mont St Michel ont rapidement vu revenir de grands saumons :

« Après 1920, selon M. le Chanoine Sauvanaud, le Dr Aubrée d’Avranches avait fait venir des alevins de salmonidés, en provenance du Rhin[17], déposés dans les frayères. Quelques années plus tard, tous les pêcheurs prirent des saumons atteignant des poids étonnants, au moins 12 Kg. René Jugan, dit Jardinier, m’a souvent relaté cette expérience. Il s’agissait d’une espèce au dos noirâtre ; « ils étaient plus lingards » c’est à dire plus longs. Mais au bout de deux à trois ans, l’espèce disparut »[18].

La pratique d’alevinage en saumons semble s’être perdue par la suite sans pour autant être oubliée des pêcheurs. En effet, en 1952, la première opération de vidange des lacs provoquait la mort des salmonidés – pour une grande part des saumons – présents à l’aval des barrages :

«  () nous avions eu à déplorer dans la Sélune, sur un parcours de 3 kilomètres, la perte de tous les poissons salmonidés, ceux-ci sont morts par asphyxie occasionnés par la vase.

Nous avons dénombré vingt saumons pourris, dont un de 24 livres, qui seraient devenus des géniteurs pour lannée prochaine, nous avons perdu les alevins de lannée, les tacons qui seraient descendus en mer lannée prochaine, les orgeux. La perte se répercutera sur quatre années de pêche. »[19]

La Société de Pêche La Ducéenne demandera réparation à l’Administration des Eaux et Forêts par l’intermédiaire du Président de la Fédération Départementale de Pêche et de Pisciculture de la Manche, mais les pêcheurs n’obtiendront pas les oeufs de saumons qu’ils demandaient car l’Administration des Eaux et Forêts ne parvint pas à s’en procurer :

« A la suite de la vidange () plusieurs saumons ont été trouvés morts dans la Sélune et sans doute nen a t-il subsisté que fort peu pour assurer la fraye de cette génération.

A la demande doeufs de saumons que mavait adressée M.Desvaux, Secrétaire de lAssociation de Pêche et de Pisciculture de Ducey pour remédier à ce défaut, javais répondu qu’à moins de récolte doeufs exceptionnelle dans les Gaves, je ne pourrais pas lui donner satisfaction, lAdministration elle-même ne pouvant pas obtenir de l’étranger les oeufs de saumons quelle désirait »[20].

Par la suite, d’autres rempoissonnements auront lieu sur la rivière Sélune entre les années 1989 et 1997 (Le Cam et al., 2016[21]). Au total, 333 700 tacons issus d’adultes de l’Aulne (Finistère/29) et 30 000 issus d’adultes du Gave d’Oloron (Pyrénées-Atlantiques/62) ont été introduits dans la Sélune. Financés par EDF, l’objectif était de compenser la perte de production de la zone ennoyée et de la zone amont des lacs. Dans la même décennie, des lâchers de juvéniles de saumon, élevés en grande partie à la station de Cerisel, ont aussi été effectués à l’amont du lac de Vezins pour étudier les possibilités de traversée du lac par les smolts et ce jusqu’au barrage. Cette mesure alternative à la présence des barrages s’est révélée inefficace et ces opérations d’introduction n’ont pas été renouvelées.

Le cas de la Sélune – et des rivières du Sud-Manche (Sée, Couesnon) – n’est pas isolé en France. Dès le XIXème siècle, et tout au long du XXème siècle, les pêcheurs ont été partout très créatifs avec l’introduction de saumons du Rhin[22] et d’autres origines (Ecosse, Irlande, Baltique, Norvège ou même Canada). A titre d’exemple, entre 1966 et 1987, c’est au total 6,5 millions de juvéniles de saumons qui ont été introduits dans les fleuves et rivières en France sans qu’il ne soit constaté de véritables améliorations concernant l’état des stocks dans les années 1990[23].

Plus généralement, qu’il s’agisse des pratiques de repeuplement en poissons migrateurs comme des autres mesures (réglementation de la pêche fluviale et aménagement des cours d’eau), les efforts réalisés depuis le XIXème siècle n’ont pas permis d’enrayer le déclin des populations de saumons consécutif « à la régression de leur répartition dans [les] différents axes fluviaux (). » (Thibault, 1993)[24].

2. Vidanges des lacs et (re)peuplements piscicoles

Les lacs ont été le lieu de diverses tentatives de peuplements et de repeuplements piscicoles, suite à leur mise en eau, mais aussi après les différentes opérations de vidange qui ont eu lieu depuis 1952. Les Sociétés de pêche locale ont été des acteurs incontournables de ces pratiques de déversement. Ce sont en tout des centaines de milliers d’alevins de truites, de brochets, de perches, de black-bass, de sandres mais aussi de carpes et de poissons blancs (rotengles, ablettes…) qui ont été introduits dans les lacs de Vezins et la Roche Qui Boit pour tenter de les mettre en valeur d’un point de vue piscicole et pour soutenir la pêche de loisir.

2.1 Les pêcheurs, premiers gestionnaires du peuplement piscicole des lacs ?

Il y a peu d’archives entre les deux guerres mais l’on sait que dès la mise en eau du lac de Vezins en 1932, et jusqu’en 1939, des alevins de truites, carpes et gardons ont été introduits par les pêcheurs. Des black-bass auraient aussi été déversés en 1936 par les pêcheurs du Mortanais.

Après la Seconde Guerre Mondiale les déversements ont repris. Suite à l’opération de vidange de 1952, l’Administration des Eaux et Forêts a subventionné un rempoissonnement réalisé en 1953. Truites arc-en-ciel (100 truitelles et 5000 alevins) et brochets (3000 alevins de 3 mois et 22kg de poissons de 1 an) ont ainsi été déversés dans les lacs.

La même année, le Conseil Supérieur de la Pêche organisait le déversement de 40 000 alevins de rotengles, 3 000 alevins de carpes et 200 truitelles. Mais l’opération fut un échec. La mortalité fut importante, et après le déversement, une grande partie des poissons morts flottaient à la surface du lac de la Roche Qui Boit. Dans un courrier du 19 février 1953, le Président de la Société de Pêche de Ducey en faisait part à l’ingénieur des Eaux et Forêts :

« () les poissons étaient sur la rive au bord de leauet tous crevés sauf pour les carpes qui à part quelques unes avaient résisté au coup dur. Avouez que nous navons pas de veine. On nous promet des oeufs de saumon, nous nen recevons pas, on nous promet des rotengles, on nous les apporte morts. Cest à vous décourager de se dévouer pour que les pêcheurs puissent être contents des efforts que nous faisons pour eux.

Tous les alevinages que nous avons fait à nos frais ont été autrement mieux réussis et nous ne nous sommes pas fait photographiés dans Ouest-France pour autant, car je ne crois pas quil soit très intelligent de faire savoir à tout le monde quun alevinage a été fait dans les deux lacs avec du poisson crevé. »[25]

Dans cet extrait, le Président de la Société de Pêche de Ducey faisait implicitement remarquer que les pêcheurs étaient probablement les gestionnaires légitimes des lacs et des cours d’eau de part leur expérience et leur savoir-faire. Par la suite, si l’Administration des Eaux et Forêts a continué d’organiser les repeuplements faisant suite aux vidanges des lacs, une plus large concertation avec les pêcheurs, dont témoigne l’augmentation du nombre des correspondances, semble s’être mise en place. Ces derniers ont sollicité les pouvoirs publics après chaque vidange pour obtenir le financement des repeuplements, et ils proposaient souvent une liste des espèces qu’ils souhaitaient (re)introduire, ainsi que la quantité qu’ils jugeaient bon de déverser. En dernière instance, l’Administration des Eaux et Forêts arbitrait la gestion piscicole proposée par les pêcheurs au regard de son coût et de son intérêt pour la mise en valeur des lacs.

2.2 Des lacs de peu de valeur sans repeuplements piscicoles

En 1955, une étude piscicole était menée par les Eaux et Forêts pour engager une « mise en valeur des lacs de retenue de barrage ». Comme constaté lors de la vidange de 1952, l’Ingénieur en charge du diagnostic mettait en avant le faible intérêt piscicole de Vezins :

« Lorsque le lac a été vidangé, il y a trois ans, on a capturé quelques dizaines de kilogrammes de carpes et surtout des quantités de brèmes. Cest encore le poisson le plus abondant du lac mais il nest pas estimé dans la région. () Il ny a pas dablette. Et pas davantage de truites (). En temps normal, sans que le brochet fut abondant, on en pêchait dans le lac () Des essais dintroduction de la truite arc-en-ciel et du black-bass ont été faits mais nont pas donné de résultats »[26].

A cette époque, les lacs sont essentiellement perçues par l’administration des Eaux et Forêts, mais aussi les pêcheurs, comme des domaines piscicoles. La notion de « milieu aquatique » ne guide pas encore les pratiques de gestion. Dans les années 1950, les lacs sont d’abord des masses d’eau à valoriser par l’introduction et la multiplication des poissons.

2.3 Introduire du brochet pour sa valeur sociale

Ainsi, dans son rapport, le même ingénieur proposait ensuite de constituer un nouveau peuplement piscicole et plaçait au premier rang le brochet qui selon lui « convient incontestablement au lac de Vezins ». Mais l’argument avancé n’avait pas de fondement écologique. Il écrivait même : « il ny est pas abondant parce que le frai est généralement perdu à cause des changements de niveau deau () ». C’est en fait la valeur sociale du poisson qui justifiait son introduction : « Il est très apprécié et donc a sa place dans le lac de Vezins. () ». Pour permettre sa croissance, il préconisait aussi le déversement d’ablettes et de rotengles, « utile[s] pour alimenter le brochet ».

Plus loin dans son rapport, l’ingénieur revenait sur le problème de la reproduction du brochet et suggérait l’artificialisation de secteurs annexes aux lacs :

« Quoique les dénivellations de ces lacs soient faibles, () elles nuisent sans aucun doute à la reproduction du brochet ; mais nous pensons quil serait relativement facile dy remédier en créant, () de petits étangs à lembouchure de ruisseaux qui se jettent dans le lac. »

Conscient que le brochet ne pouvait pas – ou très difficilement – se reproduire dans le lac de Vezins, il se tournait enfin vers la pisciculture :

« Dautre part si lon pouvait créer un établissement d’ésociculture dans la région de Carentan, on pourrait empoissonner régulièrement ces lacs en brochetons ».

Ni cet établissement d’ésociculture, ni les zones de reproduction à l’embouchure des ruisseaux, ne  ne seront créés. Des milliers de petits brochets vont néanmoins être déversés dans les deux lacs en 1956 et 1957. Mais sans trouver de lieux pour se reproduire et en l’absence d’autres déversements pour soutenir la population de brochets, les pêcheurs constateront en 1963, lors de la vidange du lac de la Roche Qui Boit, que l’espèce a presque entièrement disparu[27].

2.4 Des échecs répétés dintroduction du Black-Bass

En 1955, l’Association de Pêche et de Pisciculture de St Hilaire a proposé à l’Administration des Eaux & Forêts d’introduire du black-bass dans le lac de Vezins. L’Agent technique en charge de la question rappelait alors en réponse qu’une première tentative avait eu lieu en 1934-1935 mais que le poisson avait rapidement disparu. Il précisait également que le black-bass se reproduisant en mars, dans peu d’eau (50 cm à 1 m) et que les variations de niveaux telles qu’elles existent à Vezins lui seraient défavorables. Il notait enfin que seule l’installation d’une frayère artificielle permettrait au black-bass de se reproduire. Cependant, l’Ingénieur des Eaux et Forêts contredira l’agent technique et notera dans son rapport :

« () un nouvel essai pourrait être tenté avec le black-bass à petite bouche qui nest peut-être pas celui qui a été utilisé [par le passé] »

Ce n’est qu’en 1967, après des échecs répétés – le black-bass ne représentant au mieux que 4% des prises de l’année selon des statistiques émises par l’Association de pêche et de pisciculture de St Hilaire – et surtout parce que son introduction coûtait plus chère qu’elle ne rapportait, que le Directeur des Eaux & Forêts décidait que cette espèce ne serait plus introduite :

« Sauf cas particulier, qui devra faire lobjet dune étude spéciale, il ny a plus lieu denvisager des alevinages en black-bass. Les résultats dune telle opération, toujours onéreuse, sont en effet très aléatoires. »

2.5 Lintroduction du sandre dans les années 1960

Le sandre était une espèce méconnue, voire inconnue, des pêcheurs dans l’Ouest de la France au milieu du XXème siècle. Poisson d’Europe de l’Est, il n’était présent à cette époque que dans les affluents du Rhin, dans la Saône, le Rhône (Chimits, 1953)[28] ainsi que dans la Meuse et le Doubs. Sa reproduction artificielle ne sera réellement maîtrisée qu’en 1953. Et c’est à partir de cette date que ce poisson va progressivement coloniser les cours d’eau et les lacs au gré des déversements d’alevins, ou par le placement de boite-éclosion « Corchus » (du nom de l’inventeur), organisés par les Sociétés de pêche en France.

La première tentative dans les lacs de Vezins et de la Roche Qui Boit a lieu en 1960. Mais les oeufs en provenance de la société SOCARP Corchus, installée à Vauvert dans le Gard, voyagent par le train et arrivent en mauvais état. Après plusieurs tentatives, ce sont en définitive 9000 alevins de sandres qui seront déversés en 1962 dans les lacs, puis 11 700 en 1963, 10 000 en 1964 et 3 000 en 1965. Contrairement au black-bass, l’opération est un succès et en 1967, l’administration des Eaux et Forêts décide d’arrêter l’alevinage, le sandre se reproduisant de lui-même dans les lacs. Il ne sera plus réintroduit qu’à la suite des différentes opérations de vidanges.

2.6 Des déversements « intensifs » de truites comme alternative à la pollution des lacs ?

En 1957, et bien que des milliers de truites, de brochets et de poissons blancs avaient été introduits depuis les années 1920, l’Association de Pêche et de Pisciculture de St Hilaire constatait que 80% des poissons pêchés dans le lac étaient des brèmes, mais son Président jugeait cependant que les repeuplement en truites étaient nécessaires et devaient être poursuivis :

« Nous avons constaté la réussite partielle de ces repeuplements puisque des pêcheurs ont capturé des truites dans le lac principalement en amont : jai limpression que ces deux espèces réussissent, surtout l’« Arc-en-ciel » à croissance plus rapide, mais malheureusement chaque année les pollutions anéantissent nos efforts (le lac devenant un véritable bassin de décantation) aussi dimportants repeuplements simposent à nouveau. »[29]

La pollution est donc présentée comme la cause principale des mauvais résultats des pratiques de repeuplement. Elle sert même ici de justification au renouvellement des déversements de poissons dont la plupart provenait de la pisciculture locale.

2.7 La pisciculture au fondement de la promotion du territoire halieutique autour de St Hilaire

L’objectif de ces pratiques était de soutenir la pêche de loisir mais aussi de faire la promotion des parcours de pêche pour attirer davantage de pêcheurs. Ainsi dans les années 1960-1970, avec le concours des commerçants de St Hilaire du Harcouët, l’Association de Pêche et de Pisciculture va faire la promotion de son territoire halieutique par l’intermédiaire de dépliants présentant l’offre de pêche autour de St Hilaire. Les cours d’eau et le lac de Vezins sont décrits comme un « trésor naturel » où le pêcheur pourra « pratiquer son sport grâce à dimportants et intensifs repeuplements ». L’Association ne manque pas d’introduire un paragraphe pour vanter les mérites de son « établissement de pisciculture permettant de produire chaque années 300 000 alevins et truitelles pour le repeuplement de nos cours deau rendant ainsi nos rivières très poissonneuse () ». La notion de quantité de poissons revient à plusieurs reprises dans le dépliant jusque dans les images et l’on peut lire sous la photo d’une table couverte de poissons (en haut à droite de l’image) : « 200 kg de poissonscapturés lors dun concours de pêche de moins de 2h ». La valeur du territoire halieutique est envisagée ici comme proportionnelle à la quantité de poissons qu’il est possible de pêcher. Et les chiffres interviennent aussi pour mettre en avant le territoire de pêche, un « heureux pays () riche de plusieurs centaines de kilomètres de rivières et dun lac dune longueur de 7 kilomètres () ».

doc-3-depliant-pe%cc%82che
Association de Pêche des Riverains et Pêcheurs de la région de Saint Hilaire du Harcouët « Tous ces cours d’eau sont repeuplés par l’association » Extrait de St Hilaire du Harcouët. Paradis des pêcheurs (dépliant, non daté)

Ainsi, tout évoque une gestion quantitative de la pêche dont l’héritage est encore très présent dans la politique actuelle de gestion piscicole et halieutique de l’Aappma qui possède depuis 1920 sa propre pisciculture (Dodeman et Lefeuvre, 2008)[30] et déverse encore fréquemment des truites dans les cours d’eau autour de St Hilaire du Harcouët : « Nous on met du poisson tous les 15 jours. »[31]

ConclusionVers une gestion patrimoniale de la Sélune ?

Initiées dans la seconde moitié du XIXème siècle, les pratiques de repeuplements piscicoles se sont développées avec l’essor de la pêche de loisir au point de devenir une activité banale et normalisée de gestion des populations de poissons par les pêcheurs. Bien que critiquée dès son origine en France (Malange, 2011)[32], le déversement de poissons élevés en pisciculture dans les cours d’eau, qui apporte une réponse aux symptômes plutôt qu’aux causes du dépeuplement de ces mêmes rivières, s’est s’installé au XXème siècle comme une composante de la pêche récréative.

Dans la vallée de la Sélune, toutes les Sociétés de pêche y ont eu recours. Mais aujourd’hui, on observe des changements importants dans les pratiques de gestion piscicole. Si les liens entre pêche récréative et pisciculture n’ont pas disparu, certaines Aappma ont choisi de diminuer la fréquence des déversements de truites surdensitaires et d’autres travaillent activement pour que les lâchers ne se fassent plus exclusivement qu’en étangs. Enfin, une Aappma du bassin versant s’oriente vers une gestion patrimoniale de son territoire de pêche :

« – On lâche un peu dalevinage pour louverture hein. On a un parcours aussi où on fait deux autres lâchers en cours de saison et sinon on a une écloserie () en dessous dun petit étang, il y a une source et là on a une écloserie. Et tous les ans à Noël on nous livre à peu près 15 000 oeufs quon fait éclore. 30 000 des fois. ça dépend des années.

[Après] dès 5 cm, dès quelles sont aptes à manger toutes seules on les mets en rivière. Dans les ruisseaux hein, des tous petits rus. Tous les chevelus. On a fait un plan de gestion. On a des pêches électriques avec les gars de la Fédération, là, qui viennent et à la suite du plan de gestionil y a quelques chevelus où on nen met plus et on peut constater derrière sur les pêches électriques si la rivière se suffit à elle même où si il y a besoin daider. »

– Le projet à terme cest de ne plus aleviner les rivières ?

– Voilà ! Cest le meilleur des projets de toute façon.

()

– Donc cest des poissons de la souche locale ?

– Oui. Cest la Fédération () qui a réussi à avoir des géniteurs. »[33]

La notion de « gestion patrimoniale » émerge avec la Loi-Pêche de 1984 et se diffuse au sein du monde associatif de la pêche à partir des années 1990. Le poisson cesse alors d’être une ressource dont la gestion – essentiellement basée sur des actions de repeuplements – a d’abord une finalité halieutique. Il est dorénavant question de « patrimoine piscicole » pensé comme une composante des milieux aquatiques qu’il convient de préserver. D’un point de vue strictement piscicole, la gestion patrimoniale peut être définie comme « l’ensemble des actions à entreprendre, y compris celle qui consiste à ne rien faire, sur les peuplements de poissons. Elle oeuvre pour la préservation de leur patrimoine génétique. »[34] Plus largement, la gestion patrimoniale des populations piscicoles participe d’une gestion durable des milieux.

Plus de 30 ans après cette loi, peu d’Aappma ont mis en oeuvre une gestion patrimoniale intégrale sur leurs parcours de pêche. D’abord parce que cela ne peut se faire que sur des cours d’eau en bon état (le milieu doit permettre aux poissons d’accomplir l’intégralité de leur cycle biologique), mais aussi parce que l’inertie des pratiques et des représentations parmi les pêcheurs est particulièrement forte :

« Les opérations de repeuplement constituent les plus anciennes, les plus instinctives des pêcheurs »[35]

En fait, le passage d’une gestion piscicole basée sur les repeuplements à une gestion patrimoniale ne constitue pas une rupture qui correspondrait au vote de la Loi-Pêche de 1984, mais plutôt une transition, longue, entre deux moments de l’histoire de la pêche de loisir en France.

Sur la Sélune, ce changement s’amorce à peine, à la faveur d’échanges entre pêcheurs et de dialogues avec les fédérations. Il est au point de départ de nouvelles pratiques de pêche mais aussi d’un nouveau regard sur la rivière.

doc-4-frise-selunePour citer ce billet : Olivier THOMAS, 2016, Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune, selune.hypotheses.org


[1] On trouve déjà des traces de l’aquaculture à l’époque romaine et dans la Chine ancienne, mais c’est véritablement à partir du XIVème siècle que les sources concernant l’activité de pisciculture deviennent plus nombreuses. Les premiers essais de reproduction artificielle de poissons dateraient du début du XVème siècle. Cependant, le procédé restera peu connu jusqu’au XIXème siècle sauf par quelques scientifiques ou amateurs éclairés. (Malange J.F., 2011, Histoire sociale des pratiques de pêche à la ligne en France de 1829 à 1941 : aux origines dune conscience environnementale, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Toulouse 2 Le Mirail, p.101-110)

[2] Thibault M., 1983, Les transplantations de salmonidés d’eau courante en France, saumon atlantique (Salmo Salar L.) et truite commune (Salmo trutta L.). C.R. Soc. Biogeogr., 59, (3C), 405-420

[3] Malange J.F., 2011, Histoire sociale des pratiques de pêche à la ligne en France de 1829 à 1941 : aux origines d’une conscience environnementale, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Toulouse 2 Le Mirail, Chapitre 1.

[4] Barthélémy C., 2013, La pêche amateur a fil du Rhône et de lhistoire. Usages, savoirs et gestions de la nature, L’Harmattan, Paris, p.34.

[5] Millet C., 1856, Rapport sur les mesures à prendre pour assurer le repeuplement des cours deau de la France, Paris, Société d’Acclimatation.

[6] Thibault M., 1987, Op.Cit., p.417

[7] Luglia R., 2016, Gérer et protéger la nature. Les relations entre naturalistes, pouvoirs publics et agriculture. France XIXè-XXIè siècle. MRSH, La Forge Numérique. Lien : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/3915 (consulté le 6 oct. 2016)

[8] Roux F., 2007, Des « pêcheurs sans paniers ». Contribution à une sociologie des nouveaux usages culturels de la nature, Thèse de doctorat en sociologie, Université de Nantes.

[9] Des membres de l’Académie des sciences envisageaient notamment de « semer du poisson comme on sème du grain ». Source : Quatrefages (de) J.L. A., 1962, Fertilité et culture de leau, Imprimerie de L.Martinet, Paris.

[10] Anonyme, Ouest Eclair, 17 juillet 1910

[11] Malange J.F., 2011, Op.Cit., p.129

[12]Barthélémy C., 2013, Op.Cit., p.39

[13] Malange J.F., 2011, Op.Cit. p.27

[14] Source : Archives de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, Manche.

[15] Source : « Les rivières de la Manche sont-elles toujours poissonneuses ? », Association normande pour les progrès de lagriculture, de lindustrie, des sciences et des arts, Annuaire des cinq départements de la Normandie, Séance du 25 juillet 1855, p.297.

[16] On sait en effet que des essais fructueux ont été réalisés dans la Manche, comme par exemple à Brix entre 1858 et 1860, à partir d’oeufs fournis par la pisciculture d’Huningue et que l’activité de reproduction des salmonidés en  pisciculture s’est développée un peu partout en France à partir de la seconde moitié du XIXè siècle. Source : Congrès scientifique de France, 27è session, tenue à Cherbourg en 1860-1861, pp. 284-286.

[17] Le saumon du Rhin a été la première souche de saumon utilisée dans la première pisciculture créée à Huningue en 1853. Entre 1852 et 1862, 5,8 millions d’alevins de saumons ont été produits et déversés dans le Rhin et dans divers fleuves en France. A partir de 1920, d’autres piscicultures ont suivi l’exemple d’Huningue sur l’Aulne, les gave d’Oloron et l’Allier et ont reçu des oeufs ou des alevins de saumons du Rhin qui était jusqu’au début du XXème siècle l’un de plus grands fleuves à saumons d’Europe.

[18] Le Viquet, n°80, 1988, p.173

[19] Correspondance entre le Président de la Fédération Départementale de Pêche et de Pisciculture de la Manche et Administration des Eaux et Forêts pour l’obtention d’une subvention exceptionnelle suite à la destruction des salmonidés à l’aval des barrages au cours de leurs vidanges. 5 septembre 1952

[20] Correspondance du Directeur Général des Eaux et Forêts avec le Conservateur d’Alençon, au sujet de la fourniture éventuelle d’oeufs de saumons pour la Sélune, le 5 janvier 1953

[21] Le Cam S, Perrier C, Besnard A-L, Bernatchez L, Evanno G. 2015 Genetic and phenotypic changes in an Atlantic salmon population supplemented with non-local individuals: a longitudinal study over 21 years. Proc. R. Soc. B 282: 20142765. http://dx.doi.org/10.1098/rspb.2014.2765

[22] Coumes, J. 1862. Notice historique sur l’établissement de pisciculture de Huningue (département du Haut-Rhin) appartenant au gouvernement français et placé dans les attributions de l’administration des Ponts et Chaussées. Ministère de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, Strasbourg.

[23] Management of Atlantic salmon (Salmo salar) in France : Past and Present, MorFish program, Jean-Luc Baglinière (UMR Inra-Agrocampus Ouest Ecologie et Santé des Ecosystèmes) & Laurent Beaulaton (Pôle Onema-Inra Gest’Aqua, Rennes)

[24] Thibault M., 1993, Analyse historique de la mise en place des mesures de gestion des ressources halieutiques des eaux continentales, Rencontres halieutiques de Rennes, Les eaux continentales françaises : une richesse à gérer, ENSA, Rennes, p.29

[25] Correspondance entre le Président de la Société de Pêche de Ducey et l’Administration des Eaux et Forêts

[26] De la Haye, (Ing. Principal), 1955, Mise en valeur des lacs de retenue de barrage, Rapport, Direction Générale des Eaux et Forêts.

[27] Aujourd’hui, la reproduction des brochets présents dans Vezins semble se faire essentiellement très en amont du lac. A l’occasion des crues hivernales, les géniteurs parviennent en effet à remonter au delà de St Hilaire et des pêcheurs en prennent par exemple chaque année sur l’Airon après l’ouverture en 1ère catégorie en mars et avril.

[28] Chimits P., 1953, Notes sur la pisciculture du sandre, Bull. Fr. Piscic.,168 : 109-112

[29] Correspondance entre le Président de l’Association de Pêche et Pisciculture, Riverains et Pêcheurs réunis et l’Ingénieur des Eaux et Forêts, 19 janvier 1957

[30] Dodeman G. & Lefeuvre P., 2008, St Hilaire du Harcouët : ses associations au fil du temps, C.Corlet, Condé-sur-Noireau.

[31] Extrait d’un entretien réalisé avec un membre du bureau de l’Aappma « La truite St Hilairienne » en août 2016.

[32] « Pendant plus de 40 ans la France a produit, à grand renfort dargent, beaucoup dalevins quon a généreusement lancés dans les eaux. Mais les lois et surtout les pratiques de prélèvement et de prédation (légales mais surtout illégales) ont, dans le même temps, peu changé. Les Français du XIXè siècle, certainement convaincus du bien-fondé de leurs actions, ont surtout oublié de considérer le problème « environnemental » en terme de système. Même si la notion d « écosystème » est forgée dans les années 1930, les critiques adressées au monde de la pisciculture français portent déjà en germes, cette idée de la nécessité de considérer le milieu aquatique comme un tout ». Malange J.F., 2011, Op.Cit., p 130.

[33] Extrait d’un entretien réalisé avec un membre de bureau d’une Aappma de la vallée de la Sélune en août 2016.

[34] Principes de la gestion piscicole, Fédération de pêche de la Drôme (26). Lien : http://peche26.pagesperso-orange.fr/Gestionpiscicole.pdf (consulté le 7 oct. 2016)

[35] Breton B., 1993, La pêche en France, Que sais-je ?, PUF, p.112


Une réflexion au sujet de « Quelques éléments d’histoire sur les pratiques de (re) peuplements piscicoles dans la vallée de la Sélune »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.